L’élection municipale annulée au Kremlin-Bicêtre

Jean-Marc Nicolle, ancien maire et candidat (ex-MRC) l’a annoncé ce vendredi soir. Le maire (MRC-GRS) Jean-Luc Laurent fait appel.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Jean-Luc Laurent, devant la mairie du Kremlin-Bicêtre, qu’il a conquise lors des dernières municipales.
Jean-Luc Laurent, devant la mairie du Kremlin-Bicêtre, qu’il a conquise lors des dernières municipales. LP/Fanny Delporte

La nouvelle est arrivée au lendemain du conseil municipal que cet élu qualifie de « très tendu », dans un climat orageux. Et c'est une douche froide qui est tombée ce vendredi. Au Kremlin-Bicêtre, l'élection municipale a été annulée par le tribunal administratif de Melun. C'est l'ancien maire et élu d'opposition Jean-Marc Nicolle (ex-MRC) qui l'a indiqué vendredi en fin de journée sur sa page Facebook.

Deux recours avaient été déposés au sujet de cette élection remportée par Jean-Luc Laurent (MRC - GRS), qui assure un cinquième mandat à la tête de cette ville d'environ 25 000 habitants : l'un par l'équipe du maire sortant et l'autre par celle du candidat et élu (LREM) Lionel Zinciroglu, à la tête d'une liste divers centre et d'une alliance inédite. Tous avaient été convoqués mi-janvier au tribunal administratif, où le document produit par le rapporteur laissait entendre, déjà, que cette annulation pourrait avoir lieu en raison d'« irrégularités ».

Jean-Luc Laurent reste en poste pour l'instant

Cette décision ayant été notifiée à l'ensemble des parties, le maire a un mois pour faire appel du jugement devant le Conseil d'Etat. Et c'est bien l'intention dévoilée ce vendredi dans un communiqué transmis par la mairie. « Le tribunal administratif s'appuie sur la diffusion d'un tract anonyme rappelant la mise en examen et la garde à vue » de Jean-Marc Nicolle, indique le cabinet de Jean-Luc Laurent. « Au regard des contradictions du tribunal administratif qui reconnaît que ce tract n'apporte pas d'élément nouveau dans la polémique électorale, le maire et la majorité municipale ont décidé de faire appel devant le Conseil d'État ».

Et le maire d'ajouter : « Depuis six mois, nous sommes au quotidien au travail pour protéger et accompagner les Kremlinois face à la pandémie et à la crise qui en découle. Nous regrettons que la démocratie et le vote des citoyens soient niés par les deux groupes d'oppositions. »

En cas d'appel, la décision est rendue dans les six mois par le Conseil d'Etat. En attendant, Jean-Luc Laurent est maintenu dans ses fonctions.

Moins de cent voix d'écart

Au Kremlin-Bicêtre, pour rappel, l'élection s'est jouée dans un mouchoir de poche : 52 voix entre les listes portées par Jean-Luc Laurent et Jean-Marc Nicolle, 94 entre Jean-Luc Laurent et Lionel Zinciroglu. « Le juge m'a donné raison, il a décidé d'annuler les élections municipales du fait de l'insincérité du scrutin, résultat de manœuvres imputables à mes adversaires », a écrit de son côté Jean-Marc Nicolle vendredi, rappelant que « Jean-Luc Laurent peut certes retarder cette échéance en faisant appel ». « C'est son droit mais un appel serait évidemment une manœuvre de plus pour gagner du temps au détriment de l'intérêt général des Kremlinois qui ont besoin d'un maire actif et inscrit dans la durée », poursuit-il.

Le 4 juillet, il avait vu son écharpe tricolore décrochée par Jean-Luc Laurent qui lui avait confié la mairie début 2016 pour se consacrer à sa députation. Leur amitié « de 30 ans » avait tourné à la guerre deux ans plus tard, lorsque ont éclaté les suspicions de corruption pesant sur l'édile.

Le candidat de La République en Marche Lionel Zinciroglu (au centre) avait décidé de faire équipe pour le second tour avec le candidat Libres ! Enguerrand Delannoy (à d.) et le DVG Jean-Pierre Ruggieri (à g.) DR
Le candidat de La République en Marche Lionel Zinciroglu (au centre) avait décidé de faire équipe pour le second tour avec le candidat Libres ! Enguerrand Delannoy (à d.) et le DVG Jean-Pierre Ruggieri (à g.) DR  

La liste portée par Jean-Luc Laurent a finalement obtenu 34, 25 % des voix, Jean-Marc Nicolle, 33, 27 % et Lionel Zinciroglu, 32, 48 %.

Newsletter L'essentiel du 94
Un tour de l'actualité du Val-de-Marne et de l'IDF
Toutes les newsletters

« Ce faible écart et ces trois forces équivalentes nous ont motivés encore davantage », explique ce dernier, le seul des trois anciens candidats à avoir décroché son téléphone ce vendredi soir. Interrogé au sujet des raisons de ce recours, l'élu évoque notamment des « tracts anonymes » et « la création de faux comptes sur les réseaux sociaux ».

« C'est un ensemble d'éléments qui a été pris en compte, aucun élément seul n'aurait fait annuler l'élection », précise ce dernier, « très content » d'avoir emporté un « long combat ». Il évoque une « instabilité depuis plus d'un mandat ». Qu'il résume ainsi : « On a encore un souci de justice au Kremlin-Bicêtre ».