JO 2024 : 29 sites du Val-de-Marne sélectionnés pour accueillir des délégations olympiques

A défaut d’accueillir des épreuves, le Val-de-Marne a de grandes chances de voir ses infrastructures utilisées pour leurs entraînements par des délégations étrangères, juste avant les Jeux de Paris 2024.

 A Saint-Maur, le dojo Fabien-Canu du nouveau centre sportif Gilbert-Noël, inauguré en décembre 2018, fait partie des sites retenus.
A Saint-Maur, le dojo Fabien-Canu du nouveau centre sportif Gilbert-Noël, inauguré en décembre 2018, fait partie des sites retenus. LP/Charlotte Follana

Tous les Val-de-Marnais qui avaient perdu le sourire en apprenant que le département n'accueillerait aucune épreuve des Jeux olympiques de Paris 2024 ont enfin relevé la tête ce lundi.

Ils se sont réjouis en découvrant la liste des 29 sites du département retenus pour devenir centres de préparations aux jeux. Soit autant de lieux, gymnases, centre nautiques ou encore dojo dans lesquels des délégations de différents pays peuvent choisir de s'installer pour s'entraîner, dans les semaines qui précéderont l'ouverture du village olympique. Les 29 sites Val-de-Marnais intègrent ainsi un catalogue dans lesquels les différents comités nationaux devront faire leur choix.

Dans le top 3

« Avec autant de lieux sélectionnés, le Val-de-Marne est dans le top 3 en France et vu notre proximité géographique avec les sites des Jeux et nos capacités hôtelières, on a des chances d'attirer du monde », lance Daniel Guérin, vice-président du conseil départemental chargé des sports. « Voilà une nouvelle qui fait du bien, on espère que beaucoup de bénévoles pourront ainsi participer, et cotoyer les étoiles de leur discipline, vise quant à lui William Guy, président du comité départemental olympique et sportif. Nous étions tellement déçus pour les sites de compétition, concernant les Jeux, c'était comme si le Val-de-Marne n'existait pas ! »

L'annonce de ce lundi compense un peu les mauvaises nouvelles passées et laisse espérer des retombées économiques, liées aux nuits d'hôtels, au tourisme ou à la restauration des délégations qui viendront passées du temps en Val-de-Marne. Elles restent souvent plusieurs semaines, jusqu'à l'ouverture du village olympique.

Plusieurs communes val-de-marnaises disposent même de plusieurs sites sélectionnés et qui font la fierté des élus. « C'est une consécration de la qualité de nos infrastructures », vante notamment Sylvain Berrios (LR), maire de Saint-Maur. La ville, déjà candidate pour accueillir des délégations lors de la Coupe du monde de rugby de 2023, pourra accueillir une délégation catégorie escrime au centre sportif Pierre-Brossolette. Saint-Maur y organise déjà chaque année la Coupe du monde de fleuret féminine.

Du judo à Saint-Maur

La ville voit aussi son dojo Fabien-Canu, situé dans le tout nouveau centre sportif Gilbert-Noël, retenu pour le judo. « C'est un sport sur lequel on aime se baser pour l'éducation des enfants, et pour lequel les nombreux bénévoles méritent cette reconnaissance, ajoute le maire. Inscrire ainsi Saint-Maur dans une dynamique olympique, c'est une première. Et c'est un bon retour pour le monde sportif qui s'investit avec nous. Surtout après que le département ait raté le coche pour obtenir des épreuves. »

Le conseil départemental espère toujours relancer la candidature du domaine de Grosbois pour les épreuves équestres, après des changements de sites. Mais selon nos informations, la décision est prise : l'équitation reste à Versailles.

Parmi les centres de préparation aux jeux retenus, en tout cas, 18 étaient présentés par le conseil départemental du Val-de-Marne, comme justement le domaine de Grosbois, la base nautique de Champigny ou encore le parc interdépartemental des sports de Choisy. « Cette décision (NDLR : du Comité d'organisation des Jeux olympiques) constitue également une reconnaissance de la politique départementale en faveur du sport pour toutes et tous, estime Christian Favier (PCF), président du conseil départemental. Elle permettra de faire vivre l'émotion des Jeux au plus grand nombre. »

Convaincre les délégations à venir

Reste désormais à convaincre les délégations de venir s'entraîner dans les sites validés par le COJO (Comité d'organisation des Jeux olympiques). Les Jeux de Tokyo, qui devaient permettre de nouer des contacts, ont été reportés d'un an. Alors les jumelages et autres liens privilégiés avec certains sports ou nations vont être activés ces prochaines semaines.

« Certains sportifs Val-de-Marnais concourront sous les couleurs de leurs pays d'origine par exemple, alors autant convaincre leur délégation de venir chez nous, lance Daniel Guérin. J'ai bon espoir qu'on puisse annoncer dès début 2021 les premiers sites choisis par certaines délégations. »

Les 29 lieux sélectionnés

Boissy-Saint-Léger : domaine de Grosbois (pentathlon moderne, dressage olympique, saut d’obstacles, concours complet).

Cachan : complexe Léo-Lagrange (escrime).

Champigny : base nautique (aviron, canoë-kayak sprint), dojo Roger-Ginet (judo), îlot sportif Jessie-Owens (boxe) et COSEC Jean-Guimier (taekwondo olympique et paralympique).

Chennevières : centre départemental de tir à l’arc (pour Jeux olympiques et paralympiques).

Choisy : parc interdépartemental des sports (canoë-kayak sprint, football, paracanoë, triathlon olympique et paralympique).

Créteil : centre Marie-Thérèse-Eyquem (tir olympique et paralympique), Maison du Handball (boccia, goalball, handball, judo olympique et paralympique, lutte, taekwondo olympique et paralympique, tennis de table olympique et paralympique), Palais des sports (boccia, goalball, handball), Parc des sports-stade Duvauchelle (athlétisme olympique et paralympique, football).

Ivry : complexe des Epinettes (rugby fauteuil), complexe sportif Auguste-Delaune (handball) et stade Edouard-Clerville (football).

Joinville : bords de Marne (aviron).

Le Kremlin-Bicêtre : Cosec Vincent-et-Elisabeth-Purkart (tennis de table), gymnase Jacques-Ducasse (handball).

Nogent : bords de Marne (aviron).

Ormesson : salle de tennis de table Max-Hausler (tennis de table olympique et paralympique).

Saint-Maur : centre sportif Gilbert-Noël (judo) et centre sportif Pierre-Brossolette (escrime).

Sucy : parc des sports (athlétisme olympique et paralympique), salle de judo (judo olympique et paralympique).

Villiers : complexe sportif Octave-Lapize (rugby à VII), gymnase Yves-Querlier (boccia et goalball), pas de tir Robert-Rolland (tir à l’arc).

Villejuif : stade Louis-Dolly (athlétisme, natation).

Vincennes : lieu non précisé (badminton et tennis de table).