Ivry : ils marchent pour dénoncer les conditions de vie des femmes du foyer Adoma

Une soixantaine de personnes ont participé ce samedi à la mobilisation organisée par les femmes du foyer Adoma du quartier Monmousseau. Elles réclament des conditions de vie dignes et le respect de leur intimité.

 Ivry, ce samedi 30 janvier 2021. Une soixantaine de personnes ont rejoint les femmes du foyer Adoma pour une marche solidaire.
Ivry, ce samedi 30 janvier 2021. Une soixantaine de personnes ont rejoint les femmes du foyer Adoma pour une marche solidaire. LP/Laure Parny

Leurs témoignages glaçants sur leur vie au sein du foyer Adoma d'Ivry-sur-Seine ne peuvent laisser indifférents. Les rares femmes qui vivent dans ce foyer « en fin de vie », de l'aveu même du bailleur, ont organisé ce samedi une marche solidaire pour leur « dignité ». La Maison de quartier de Monmousseau, le Collectif pour l'avenir des foyers (Copaf) et l'association Du Gourbi à la Dignité les ont aidées à exprimer leur désarroi.

Agressions, harcèlement, voyeurisme, problèmes d'hygiène : leurs conditions de vie ont ému la soixantaine de personnes venues marcher à leur côté. Certains ont même assisté auparavant à des saynètes dans lesquelles les résidentes contaient les pires anecdotes de leur vie au foyer. Deux d'entre elles ont porté plainte dernièrement, l'une pour tentative de viol, l'autre pour harcèlement.

Des manifestations de soutien

« Je suis très touchée par la situation de ces femmes, souffle Anne-Marie au milieu des marcheurs. Avec le collectif ivryen de vigilance contre le racisme (CIVCR) auquel j'appartiens nous intervenons pour aider les hommes de ce foyer, mais les femmes n'avaient jamais fait appel à nous. Imaginez être une poignée de femmes seulement dans ce lieu délabré, ça doit être très difficile. »

Ivry, ce samedi après-midi. Le vieux bâtiment rose de la rue Michelet est bien connu des Ivryens depuis des années.LP/Laure Parny
Ivry, ce samedi après-midi. Le vieux bâtiment rose de la rue Michelet est bien connu des Ivryens depuis des années.LP/Laure Parny  

Quelques mètres devant, au sein du cortège, Ophélie Le Bras est venue avec ses enfants. Elle travaille avec l'association Du Gourbi à la Dignité et imagine déjà comment aider les résidentes du foyer. « Mon association, Sport Access, va leur organiser des séances en plein air, assure la dynamique jeune femme. Au moins côté bien-être, on peut leur être utile. » La mobilisation a aussi permis aux résidentes de recevoir ce samedi un sac contenant des produits d'hygiène.

Elles demandent un logement décent

Mais ce dont ont vraiment besoin ces femmes, c'est d'un « logement décent » comme l'ont scandé les manifestants ce samedi. Elus d'Ivry et du conseil départemental présents à la marche ont promis que des négociations sont en cours avec le bailleur. Le bailleur confirme qu'à partir de ce lundi, ces résidents vont être informés par voie d'affichage notamment, du démarrage imminent de travaux pour la construction d'un nouveau foyer, mi-février. Cette résidence de 165 logements va être construite à 200 mètres du foyer actuel.

« En attendant on ne peut pas continuer comme ça, tempête Sylvie, qui vit seule dans le foyer. On a enfin le sentiment d'être entendues, de sortir de notre trou. C'est encourageant, il faut que ça aboutisse. »