Ile-de-France : le casse-tête de la vaccination s’intensifie à l’heure de la deuxième injection

Dans les établissements de santé franciliens, environ 20000 rendez-vous pour des primo-injections vont devoir être décalés. L’agence régionale de santé (ARS) assure, elle, que la campagne avance à «un rythme soutenu».

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Dans les établissements de santé d’Ile-de-France, environ 10000 deuxièmes injections sont prévues la semaine prochaine.
Dans les établissements de santé d’Ile-de-France, environ 10000 deuxièmes injections sont prévues la semaine prochaine. LP/Arnaud Journois

« Extrêmement compliqué ». De l'aveu même de cet acteur plongé dans l'organisation de la vaccination, le casse-tête de la lutte contre le Covid-19 s'intensifie chaque jour qui passe, un mois après le premier vaccin Pfizer injecté en France. Et l'Ile-de-France, qui pourrait apparaître à la traîne selon comment les chiffres sont recensés – 200 000 personnes ont été vaccinées selon l'agence régionale de santé (ARS) –, ne semble pas y échapper.

Le signe ? Le message de Martin Hirsch, directeur général de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), adressé ce jeudi à l'ensemble du personnel dont Le Parisien a eu connaissance : « La semaine prochaine, à compter de mardi, nous ne pourrons plus pratiquer, à l'AP-HP comme dans tous les établissements de santé de la région Ile-de-France, que des deuxièmes injections et devrons suspendre les premières injections, pour les professionnels comme pour les patients. »

«On court à la catastrophe»

Alors même que le rythme a déjà décéléré cette semaine. Une situation qui préoccupe les syndicats. « On se retrouve avec des clusters déjà dans des hôpitaux à Dieppe (Seine-Maritime) ou Compiègne (Oise). Si cela se poursuit, on court à la catastrophe », pointe Christophe Prudhomme, médecin urgentiste et délégué CGT. Lui-même devait avoir sa deuxième injection ce jeudi, repoussée à la semaine prochaine. Mais c'est « tout le système » qui est « à changer » face à « la dépendance » de la France « sur les tests, les masques, aujourd'hui le vaccin », prône SUD-Santé.

Ile-de-France : le casse-tête de la vaccination s’intensifie à l’heure de la deuxième injection

Depuis le 1er janvier, plus de 44 326 personnes ont été vaccinées à l'AP-HP, soit 11 382 patients (27 %), 17 541 personnels (40 %) et 14 953 professionnels de santé hors AP-HP (34 %), selon le décompte fourni par l'Assistance publique.

Cette suspension des primo-injections est décidée afin de « sécuriser » les deuxièmes injections, de l'ordre de 10000 la semaine prochaine et pourrait se poursuivre la semaine d'après. Avec son lot de rendez-vous à recaler, soit 20000, selon nos informations. « Ces vaccinations reprendront dès que possible », assure Martin Hirsch.

Une situation soumise aux « aléas » des livraisons de vaccins par les fournisseurs, comme le rappelle l'ARS Ile-de-France, dans sa communication du jour, qui se veut néanmoins rassurante : « La campagne se poursuit à un rythme soutenu. »

Dans les semaines prochaines, priorité est donc donnée aux rendez-vous de deuxièmes injections, pour les 90000 professionnels de santé hospitaliers et de ville, tout en maintenant la vaccination pour les 75 ans et plus. Comment ? En adaptant la répartition au fil des semaines et en décalant les rendez-vous de quinze jours.

Fin février, tous les premiers vaccinés auront eu leur rappel

La semaine prochaine, les différents départements devraient donc continuer à recevoir le même volume de vaccins. Dans le Val-de-Marne, la préfecture confirme : 5000 doses pour les 13 centres ambulatoires. « Nous avons moins de visibilité pour les semaines qui suivent », fait-on savoir.

Newsletter L'essentiel du 94
Un tour de l'actualité du Val-de-Marne et de l'IDF
Toutes les newsletters

Mais selon l'ARS, de 72000 injections la semaine prochaine, on évoluerait progressivement pour atteindre les 93000 la semaine du 22 février. De sorte qu'à la fin du mois, tous les premiers vaccinés auront eu leur rappel et 127000 personnes auront eu une première injection.