Grand Paris : Paris-Est-Marne-et-Bois, premier territoire « engagé pour la nature »

Le territoire Paris-Est-Marne-et-Bois est le premier du Grand Paris à obtenir le label « territoire engagé pour la nature » de l’agence régionale pour la biodiversité.

 Joinville-le-Pont, octobre 2019. L’île Fanac par ailleurs classée au titre de son caractère pittoresque est désormais raccordée au réseau d’assainissement dans le cadre de vastes travaux réalisés par Paris-Est-Marne-et-Bois. Auparavant, les eaux usées étaient rejetées dans la Marne.
Joinville-le-Pont, octobre 2019. L’île Fanac par ailleurs classée au titre de son caractère pittoresque est désormais raccordée au réseau d’assainissement dans le cadre de vastes travaux réalisés par Paris-Est-Marne-et-Bois. Auparavant, les eaux usées étaient rejetées dans la Marne.  LP/Marion Kremp

C'est un de ces recoins de l'Ile-de-France, insoupçonné à moins d'un quart d'heure de Paris, qui vous plonge en pleine nature. Ici, le temps s'arrête pour vous laisser regarder passer les cygnes et les avirons, lever votre nez sur la cime des feuillus ou tout simplement découvrir le charme d'antiques villas des bords de Marne.

L'île Fanac à Joinville-le-Pont n'a pas été choisie par hasard par le territoire Paris-Est-Marne-et-Bois pour y dresser ce mardi après-midi le bilan des actions engagées pour la préservation de l'environnement. L'automne dernier, y ronronnaient les engins de chantier qui mettaient aux normes le réseau d'évacuation des eaux usées. Mettant fin aux rejets polluants dans la Marne à proximité du captage d'eau potable d'Eaux de paris.

Olivier Capitanio (LR), maire de Maisons-Alfort et nouveau président du territoire, a ainsi souhaité officialiser le nouveau label décerné au territoire par l'agence régionale de la biodiversité en juillet dernier.

Paris-Est-Marne-et-Bois est le premier « territoire engagé pour la nature » du Grand Paris. Une reconnaissance des actions menées dans ses treize communes (Nogent, Vincennes, Saint-Maur, Charenton, Joinville, Saint-Mandé, Fontenay, Le Perreux, Saint-Maurice, Villiers, Bry, Champigny et Maisons-Alfort) pour une meilleure prise en compte des enjeux climatiques et environnementaux. Il est aussi le premier à avoir adopté son Plan climat air énergie territorial (PCAET).

« Une écologie qui ne soit pas punitive »

« Nous sommes attachés à une écologie qui ne soit pas punitive et, loin des grandes déclarations de principes, qui fasse avancer concrètement la cause du développement durable dans le cadre de nos compétences », a déclaré Olivier Capitanio.

Le territoire a notamment engagé un travail d'entretien des berges de la Marne et de dépollution dans une démarche d'accompagnement des habitants dans la mise aux normes éventuelle de leur logement.

Rien que pour l'exemple récent du raccordement créé sur l'île Fanac, à Joinville, 49 maisons se sont déjà raccordées sur les 50 concernées. En acceptant la proposition du territoire, les propriétaires ne règlent qu'un tiers environ du montant des travaux, soit entre 1 000 et 2 000 € en moyenne.

Le territoire Paris-Est-Marne-et-Bois a ainsi dépensé 70 M€ ces trois dernières années sur l'assainissement, et programmé 20 000 enquêtes de conformité.

Il a par ailleurs récemment créé un réseau de déchetteries ouvertes à tous les habitants pour limiter les dépôts sauvages et encourager le recyclage. Mais aussi adopté l'année dernière la charte écoquartier dans le cadre de l'opération d'aménagement du quartier Charenton-Bercy.