Champigny : entre Christian Favier (PCF) et Laurent Jeanne (Libres !), c’est électrique

Le président PCF du département accuse les travaux électriques du centre-ville de compromettre l’extension de la géothermie. Ce que dément le nouveau maire Libres !. Une polémique de plus, sur fond d’affrontement politique.

 Champigny, ce mardi. Les travaux de RTE ont démarré  malgré les craintes du président du conseil départemental de l’impact de ce chantier sur l’extension de la géothermie.
Champigny, ce mardi. Les travaux de RTE ont démarré malgré les craintes du président du conseil départemental de l’impact de ce chantier sur l’extension de la géothermie. LP/Laure Parny

Une polémique en chasse une autre à Champigny. A peine élu, Laurent Jeanne, le nouveau maire Libres! de la ville, a déjà eu à répondre au sujet du bureau de police fermé et à la polémique sur les coupes d'arbres nocturnes de la SNCF le long de la voie du RER E. Le voici cette fois accusé d'avoir autorisé les travaux électriques menés par RTE, rue de Musselburgh.

Entre les élections municipales et départementales il n'y a qu'un pas et à Champigny, la campagne est définitivement lancée. C'est Christian Favier (PCF) président du Val-de-Marne, qui prend régulièrement la plume ces dernières semaines pour critiquer auprès des Campinois les actions du nouveau maire de la ville. Il reproche cette fois à Laurent Jeanne d'avoir accepté que ces travaux de renouvellement d'une liaison électrique souterraine aient lieu.

Une décision « sans concertation », regrette Christian Favier

« Depuis novembre 2018, date de la première réunion de concertation avec le préfet, Christian Favier et Christian Fautré s'étaient fermement opposés à ce que cette ligne électrique soit située à Champigny, rappelle le cabinet du président du département. Un cabinet d'expertise a souligné que la liaison pouvait être établie à Saint-Maur, voir sous la Marne et qu'il n'y avait pas de raison d'amener de nouveaux travaux à Champigny. » L'ancien maire PCF de Champigny, Christian Fautré, n'avait donc pas signé d'autorisation de travaux. Ce qu'a fait cet été Laurent Jeanne.

« Sans concertation », regrette Christian Favier, qui estime que ce chantier présente beaucoup de nuisances, mais surtout qu'il compromet l'accès des habitants de ce secteur à la géothermie. Un deuxième puits est prévu dans le bas de la commune. « Dans un courrier en date du 9 juillet 2020, le groupe RTE annonçait que si la nouvelle liaison électrique passait par votre secteur, elle empêcherait le déploiement de la géothermie pour que les habitants puissent y accéder du fait d'un encombrement des sous-sols et de contraintes thermiques », insiste Christian Favier dans un courrier aux habitants du quartier concerné. Ces travaux concernent d'ailleurs plusieurs communes, dont Chennevières et Saint-Maur.

« Si Christian Favier s'intéresse tellement à ce qui passe dans les rues de Champigny, il n'avait qu'à se présenter aux municipales »

« Si Christian Favier s'intéresse tellement à ce qui passe dans les rues de Champigny, il n'avait qu'à se présenter aux municipales, ce sujet ne concerne en rien le département, tacle Laurent Jeanne. Nous avons autorisé ces travaux le plus possible sur le mois d'août pour qu'ils ne gênent pas la Foire au troc et aux cochons. La rue est même déjà ouverte la nuit. Quant à la géothermie, nous avons les éléments techniques de l'EPGC (NDLR : Etablissement public campinois de géothermie). Ces travaux compliquent un peu les choses mais n'empêchent pas la géothermie, sinon nous n'aurions pas accepté. »

LIRE AUSSI > Municipales dans le Val-de-Marne : les communistes dans le rouge

Le nouveau maire rappelle que ces travaux vont renforcer la puissance électrique dans ce quartier. Une amélioration nécessaire notamment pour répondre aux besoins du futur quartier de la place Lénine. La nouvelle version de cette rénovation de quartier, conçue ces dernières années par la majorité communiste, sera présentée par les nouveaux élus aux habitants le 29 septembre prochain. Ce projet était au cœur des élections municipales extrêmement tendues dans la commune. Laurent Jeanne a mis fin à 70 ans de communisme à Champigny. Mais Christian Favier ne compte pas le laisser faire de même avec le Val-de-Marne, le dernier département communiste de France.