Budget participatif de la région : le Val-de-Marne veut du vélo et de la biodiversité

Jusqu’au 8 mars, votez pour les projets écologiques et solidaires à financer par la région. Zoom sur les propositions dans le département.

 Illustration. L’agriculture urbaine, un enjeu de développement majeur.
Illustration. L’agriculture urbaine, un enjeu de développement majeur.  LP/Jean Cittone

À vos votes ! Jusqu'au 8 mars, choisissez les meilleurs projets écologiques et solidaires val-de-marnais. Les lauréats seront financés par la région, dans le cadre de son budget participatif, à hauteur de 500 M€ sur cinq ans. Deux conditions pour voter : vivre ou travailler en Ile-de-France, et avoir plus de 15 ans.

Cinq thèmes sont mis en avant cette année : biodiversité, vélo, propreté, énergie et santé. L'Île-de-France a sélectionné 722 propositions viables, en attente des votes des Franciliens. « C'est un chèque en blanc, explique la région. On dit aux Franciliens qu'on est prêt à mettre les moyens et que c'est à eux de se mobiliser ».

Le budget participatif « permet d'aller assez vite car on peut débloquer jusqu'à 80 % de la somme en amont de la dépense. Les associations peuvent donc travailler rapidement sur les thématiques environnementales », se félicite Jean-Philippe Dugoint-Clément, vice-président du conseil régional chargé de l'écologie, du développement durable et de l'aménagement.

Priorité biodiversité

L'environnement est à l'honneur parmi la vingtaine de projets déposés dans le Val-de-Marne, avec deux observatoires de la biodiversité. Le premier, autour du ru de Rungis, pour restaurer la faune et la flore de ce ruisseau endommagé.

« Il faut faire quelque chose car il n'y a plus de biodiversité, plus d'insectes, et des haies qui tombent en ruine », témoigne Anette Laudieres de l'ARDEN, l'association en charge de ce projet. Cette habitante de Rungis se réjouit de l'opportunité du budget participatif. « Ça permet de regrouper du monde sur des sujets, et d'avoir un projet commun pour les habitants ».

Le ruisseau de Rungis, photographié par un membre de l’Association Rungissoise de Défense de l’Environnement et de la Nature. Anette Laudieres
Le ruisseau de Rungis, photographié par un membre de l’Association Rungissoise de Défense de l’Environnement et de la Nature. Anette Laudieres  

Un second observatoire prévoit une prairie arborée et un observatoire de la biodiversité ordinaire à Gentilly. Ses objectifs : améliorer la qualité de l'air, renforcer les trames vertes, et éduquer à l'environnement.

À Charenton-le-Pont, deux parcelles ont été identifiées pour créer de nouveaux jardins partagés. Au sein d'un jardin partagé de Choisy, une association imagine un tiers-lieu écologique et solidaire, pour promouvoir l'écologie urbaine.

Cap sur le vélo

La petite reine est également bien représentée dans les projets val-de-marnais, avec l'agrandissement d'un atelier de réparation à Fontenay-sous-Bois et des bornes de gonflage et de réparation de vélos en libre-service à Charenton-le-Pont.

Newsletter L'essentiel du 94
Un tour de l'actualité du Val-de-Marne et de l'IDF
Toutes les newsletters

L'association de Marolles Le Nez au Vent prévoit une Vélo-Box pour ranger et réparer les vélos, et s'équiper de matériel pour des « cours de savoir-rouler à vélo » dans les écoles primaires.

Moins de gaspillage

La lutte contre le gaspillage et la réduction de déchets suscite aussi de l'intérêt. À Joinville-le-Pont, la ville veut des gobelets en inox dans les restaurants scolaires, pour bannir le plastique des cantines.

À Ivry-sur-Seine, l'association De la rue à la Scène veut combattre le gaspillage et aider les plus démunis, grâce à des cantines solidaires et des maraudes.

Le Val-de-Marne est le département qui présente le moins de projets dans la région. Une troisième session du budget participatif aura lieu au printemps. L'occasion d'y remédier.