Bientôt des équipes mobiles iront vacciner les seniors dans le Val-de-Marne contre le Covid-19

Le département et des mairies en ont fait la demande. L’Agence régionale de santé a donné son feu vert, alors que le vaccin Astra Zeneca est arrivé.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Alfortville. Outre les 5 000 doses hebdomadaires du vaccin Pfizer, le Val-de-Marne dispose depuis ce week-end de 5 000 doses du vaccin Astra Zeneca.
Alfortville. Outre les 5 000 doses hebdomadaires du vaccin Pfizer, le Val-de-Marne dispose depuis ce week-end de 5 000 doses du vaccin Astra Zeneca. LP/Agnès Vives

Bientôt les angoisses des personnes âgées devraient pouvoir s'envoler dans le Val-de-Marne. Depuis plusieurs jours, le département milite pour pouvoir monter des équipes mobiles de vaccination et ainsi se déplacer dans les 52 résidences autonomie, structures médico-sociales contrôlées par la collectivité.

Un projet appuyé par les maires, notamment ceux qui ne disposent pas de centre de vaccination sur leurs terres. « On a tout ce qu'il faut pour participer, prévient Hélène de Comarmond, maire PS de Cachan. Au centre municipal de santé, nous avons un médecin et trois infirmières. Il nous faut juste les vaccins. » La semaine dernière, seulement 75 Cachanais avaient réussi à se faire immuniser.

À tel point que des maires se démènent pour trouver des solutions transitoires. Au centre de vaccination de Maisons-Alfort, Olivier Capitanio (LR) a joué la solidarité avec ses collègues de Charenton, Joinville et Saint-Maurice. Des créneaux spéciaux ont été ouverts pour les seniors de ces communes.

Les médecins et infirmières des PMI vont être mobilisés

Mais ce lundi matin, le conseil départemental a obtenu le feu vert, « de principe », de l'Agence régionale de santé, a annoncé le président PCF Christian Favier, en marge de la séance publique.

« Nous sommes en lien depuis deux semaines avec le département, pour mettre en place des opérations d'aller vers et pallier les difficultés de déplacement pour certains publics », confirme ce lundi soir Eric Véchard, directeur départemental de l'ARS 94.

De sorte que les médecins et infirmières des PMI par exemple vont être mobilisés. « Sous quinze jours, nous pourrons commencer », promet le président du département.

Reste à prioriser les promis à l'injection. Pour l'heure, ce serait les plus vulnérables qui en profiteraient. « Nous devons être équitables et penser aussi aux personnes âgées qui vivent encore à leur domicile mais ne peuvent se déplacer », justifie Eric Véchard. Sans compter ceux qui passent encore sous les radars dans les foyers pour travailleurs immigrés, les hébergements d'urgence, etc.

5 000 doses Astra Zeneca sont arrivées ce week-end

« Nous voulons vacciner tout le monde, résidents et personnels des résidences autonomie, martèle Brigitte Jeanvoine, vice-présidente (app PS). Personne ne comprendrait qu'on vaccine un tel et pas un tel. »

Newsletter L'essentiel du 94
Un tour de l'actualité du Val-de-Marne et de l'IDF
Toutes les newsletters

Mais le directeur de l'ARS rappelle que « les vaccins Pfizer sont encore comptés ». Dans les deux semaines qui viennent, les doses sont encore consacrées à la deuxième injection.

Dans le Val-de-Marne 16 à 17 % des 100 00 personnes âgées de 75 ans et plus, ont été vaccinés, selon l'ARS ce lundi. Et ce, alors que la campagne de vaccination va prendre un nouveau tournant. Ce week-end, 5000 doses du vaccin Astra Zeneca, plus facile à gérer, et imaginé pour les soignants de moins de 65 ans, sont arrivées dans le département. Les doses sont cette fois stockées dans les réfrigérateurs du centre hospitalier intercommunal de Créteil. Dans quelques jours, 5 000 nouvelles doses feront leur arrivée. Ces dotations vont permettre d'immuniser les pensionnaires des structures pour personnes handicapées (FAM et MAS).