«Ancré dans l’identité de Saint-Maur», le chêne de 400 ans résistera-t-il au projet immobilier ?

Pétition et rassemblements commencent pour empêcher la construction d’un immeuble tout près d’un des «plus beaux chênes d’Ile-de-France». La municipalité du Val-de-Marne assure que le projet n’impactera pas cet arbre remarquable.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Saint-Maur, ce lundi matin. Une vingtaine de riverains et associatifs se sont mobilisés au pied du chêne remarquable du 70, avenue Leclerc.
Saint-Maur, ce lundi matin. Une vingtaine de riverains et associatifs se sont mobilisés au pied du chêne remarquable du 70, avenue Leclerc. LP/Laure Parny

Il trône fièrement au cœur d'un joli jardin verdoyant depuis 400 ans au moins. Le chêne remarquable du 70, avenue Leclerc, à Saint-Maur (Val-de-Marne), est l'objet de toutes les passions ces derniers jours. Ce lundi matin, une vingtaine de riverains et de représentants d'associations de protection de l'environnement s'étaient donné rendez-vous au chevet de l'arbre majestueux. Un géant au pied duquel l'ancienne propriétaire du terrain aimait tant chanter à tue-tête, jusqu'à sa mort à 102 ans. Le chêne, qui aurait été planté en 1600 environ, doit voir s'élever un immeuble de dix logements à quelques mètres à peine de son impressionnant tronc, dont le tour mesure environ 4,5 mètres.

Le projet de construction a été découvert par hasard par des riverains, effarés par l'annonce de construction affichée. « Je m'en suis rendu compte juste à temps pour déposer un recours gracieux », souffle François Winicki, à l'origine également d'une pétition en ligne. En trois semaines seulement, elle atteint déjà près de 500 signatures.

«L'un des plus beaux qu'il reste en Ile-de-France»

Il faut dire que le chêne serait, selon Georges Feterman, président de l'association Arbre basée à Paris, « l'un des plus beaux qu'il reste en Ile-de-France ». Les associations réunies ce lundi, dont France Nature Environnement, l'association des Parcs et Jardins du Val-de-Marne ou encore Val-de-Marne Environnement, ont déjà écrit en mairie. Elles promettent un rassemblement sur les marches de l'hôtel de ville si le projet de construction est confirmé.

« Rendez-vous compte que le réseau racinaire de ce colosse est au moins aussi important sous terre que l'envergure de ses branches sous nos yeux », insiste Georges Feterman, qui soutient la candidature de cet arbre pour obtenir le label de « l'arbre de l'année 2021 ». Certains riverains, eux, seront reçus par le maire ce mardi pour évoquer leur inquiétude.

Le chêne a été classé remarquable en 2017. LP/Laure Parny
Le chêne a été classé remarquable en 2017. LP/Laure Parny  

« Je vais leur montrer les plans initiaux que nous avons fait modifier pour protéger au mieux cet arbre que nous avons classé comme remarquable en 2017 », précise Sylvain Berrios, maire (LR) de Saint-Maur. La ville a imposé dans son dernier PLU (plan local d'urbanisme) une impossibilité de construire dans un diamètre de huit mètres autour des arbres remarquables. « Pour ce projet nous sommes allés plus loin en empêchant la construction d'un second bâtiment sur le devant du terrain, cela aurait été gênant pour les racines, défend le maire. Nous nous sommes posé toutes les questions sur la préservation de l'arbre avant d'accorder le permis. »

Un recours contentieux envisagé

Marie-Andrée, qui a la chance de saluer chaque jour l'arbre multicentenaire depuis la fenêtre de sa maison, s'inquiète de le voir disparaître. « Si le chantier et le bétonnage de la parcelle le fragilisent c'est le risque, se désole celle qui est devenue voisine du chêne en 1967. La dame qui possédait la parcelle de l'ancien pavillon de chasse du château de Condé, sur laquelle est planté le chêne, l'adorait ! » C'est d'ailleurs au pied de ce colosse que les voisins et amis avaient fêté ses 100 ans, en chantant de vieilles chansons auvergnates, en 2017. A sa mort, deux ans plus tard, ses héritiers ont cédé le terrain à un promoteur.

Les riverains, eux, regrettent que la parcelle ne soit pas devenue un square municipal. « Même si je l'avais souhaité, je n'aurais pas pu préempter », insiste Sylvain Berrios. Le sujet du chêne remarquable devrait s'inviter au conseil municipal de ce jeudi. « Je poserai la question en conseil et j'ai alerté les services du ministère de la Culture, promet Matthieu Fernandez (LREM), conseiller d'opposition présent ce lundi matin. Cet arbre est le dernier témoin du parc du château de Condé. Il est ancré dans l'identité de Saint-Maur. C'est un symbole de notre histoire et de notre cadre de vie qui est complètement foulé aux pieds ! »

Voici le projet immobilier prévu sur la parcelle du chêne remarquable. LP/Laure Parny
Voici le projet immobilier prévu sur la parcelle du chêne remarquable. LP/Laure Parny  

« On ne laissera pas se faire un tel projet, ajoute quant à elle Audrey Safar, l'une des habitants mobilisés. Il faut arrêter de laisser les constructions l'emporter sur la nature. Cet arbre mérite qu'on le laisse tranquille, ce n'est pas pour rien qu'avant, ici, ça s'appelait l'avenue du chêne ! » Cette riveraine envisage désormais le dépôt d'un recours contentieux contre le permis de construire accordé.