Alfortville : des tags injurieux contre le maire et la police devant une école

Déjà attaqués de cette manière par le passé, Luc Carvounas (PS) a été la cible de graffitis insultants lundi matin. Le ou les auteurs de ces œuvres visant également les forces de police sont recherchés.

 Alfortville, lundi 25 janvier 2021. Découverts lundi matin, ces tags injurieux ont été rapidement effacés par les services de la ville.
Alfortville, lundi 25 janvier 2021. Découverts lundi matin, ces tags injurieux ont été rapidement effacés par les services de la ville. DR

A peine apparus, vite effacés. Les services de la commune d'Alfortville n'ont pas tardé à intervenir, ce lundi matin, à deux pas de l'école maternelle Simone-Franceschi. Peu de temps avant, des tags injurieux avaient été découverts sur une série de palissades colorées. Ces messages en grandes lettres noires, assortis d'un dessin et d'inscriptions au sens obscur, visaient la police, mais aussi Luc Carvounas, le maire (PS) de la commune. Ces dernières années, l'élu a souvent fait l'objet de menaces ou d'insultes.

Premier parlementaire, en 2015, à se marier avec son compagnon, Luc Carvounas n'avait pas échappé à un déferlement de haine sur les réseaux sociaux. Il avait porté plainte en mars 2018 pour « insultes homophobes sur Twitter ».

D'autres tags injurieux contre le maire l'an passé

Plus récemment, l'an passé, le mur d'une habitation située allée Jean-Sébastien-Bach avait été agrémenté d'un large message « A mort Carvounas. Violeur d'enfants ». L'auteur, un ancien boxeur maniant aussi la bombe aérosol, avait été arrêté puis rapidement interné à l'hôpital Esquirol à Saint-Maurice.

Alors que se multiplient les condamnations et les marques de soutien, tant de la part de sa majorité que de son opposition, Luc Carvounas se garde bien de comparer les deux faits. « Ces tags n'ont rien à voir avec ceux de cette personne qui me menaçait de mort presque tous les jours », déclare celui qui ne veut pas « mettre une pièce dans la machine » à chaque fois qu'un graffiti le vise. « Il faut dire que c'est assez récurrent », résume-t-il. Le ou les auteurs de ces tags sont activement recherchés.