Villiers-le-Bel : un syndicat de policiers diffuse la vidéo de l’agression d’une brigade

Après Poissy (Yvelines), les forces de l’ordre ont été la cible de tirs de mortiers dans le quartier des Carreaux à Villiers-le-Bel. Une vidéo, diffusée par le syndicat indépendant des commissaires de police, a été vue près de 30 000 fois ce week-end.

 Villiers-le-Bel. Les policiers ont été pris à partie au niveau de l’Allée Pierre-Corneille.
Villiers-le-Bel. Les policiers ont été pris à partie au niveau de l’Allée Pierre-Corneille. Capture Google Street Vie

Dans la foulée des violences contre les policiers à Poissy (Yvelines), samedi en fin d'après-midi, une vidéo diffusée sur Twitter par le Syndicat indépendant des commissaires de police (SICP), montrant des policiers pris à partie dans le quartier des Carreaux à Villiers-le-Bel, a été vue par près de 30 000 personnes en quelques heures dimanche.

Il s'agissait d'un petit effectif de policiers de la Brigade de sécurité de terrain (BST) qui effectuaient une opération de contrôles dans les halls d'immeuble au niveau de l'allée Pierre-Corneille. Ils ont été la cible de tirs de mortiers. Il n'y aurait toutefois pas eu de blessés.

Une personne interpellée

Selon nos informations, une personne a été interpellée et a été placée en garde à vue. Il ne s'agissait toutefois pas de violences urbaines de l'ampleur de celles de Poissy. D'autres secteurs du Val-d'Oise auraient d'ailleurs été touchés ce week-end.

Jean-Louis Marsac (PS), le maire de Villiers-le-Bel, confirme que l'allée Pierre-Corneille est « une adresse sensible ».

« Elle a été contrôlée la semaine dernière en raison de squats de halls et cages d'escaliers d'immeubles notamment et de problèmes de stupéfiants. Une équipe d'emmerdeurs (sic) importune les riverains et génère des nuisances sonores. Elle fait partie des mauvaises adresses en ce moment », indique-t-il, en insistant sur le partenariat entre la police nationale et les services de la ville.

Des détonations après le couvre-feu

Plusieurs habitants de différents endroits des Carreaux se sont d'ailleurs interrogés après avoir entendu des détonations de « très gros pétards » après 18 heures, la semaine dernière, mais sans avoir pu les localiser car ils étaient chez eux à cause du couvre-feu. Elles émaneraient plus particulièrement du nord du quartier.

Un questionnaire édité par la mairie pour réaliser un diagnostic sur la qualité en matière de sécurité circule actuellement aux Carreaux. « Personnellement, je trouve que le quartier est plutôt calme par rapport à quelques années en arrière. C'est peut-être lié à la crise sanitaire », a pu constater une habitante interrogée ce lundi.