Val-d’Oise : et maintenant, louez vos meubles !

Estefania Gonzalez de Ubieta, une habitante d’Herblay-sur-Seine, vient de lancer sa plate-forme en ligne de location de meubles et d’électroménager. Pour une courte ou une longue durée.

 Estefania Gonzalez de Ubieta dans son entrepôt à Gennevilliers (Hauts-de-Seine) où elle stocke les meubles qu’elle loue sur la plate-forme Loc and Roll.
Estefania Gonzalez de Ubieta dans son entrepôt à Gennevilliers (Hauts-de-Seine) où elle stocke les meubles qu’elle loue sur la plate-forme Loc and Roll. DR

Et si vous louiez les meubles de votre intérieur au lieu de les acheter? Après les voitures, les smartphones, l'électroménager ou encore le prêt-à-porter, c'est désormais tendance. Estefania Gonzalez de Ubieta, une habitante d'Herblay-sur-Seine (Val-d'Oise), s'est invitée sur le créneau en lançant sa plate-forme en ligne Loc and Roll en février dernier.

Après avoir exercé durant vingt ans pour des entreprises de conseil, elle a ressenti le besoin de développer un projet personnel. « Cela faisait un moment que ça me trottait dans la tête », explique cette Madrilène de 43 ans dont seule une légère pointe d'accent trahit les origines espagnoles. « Mes parents ont longtemps été expatriés aux Etats-Unis. Ils m'ont parlé de ce concept qui existait déjà là-bas et ils m'ont raconté combien ça les avait aidés. Ils avaient choisi tout leur mobilier sur catalogue sans n'avoir rien eu à faire à leur arrivée et leur départ », explique la jeune entrepreneuse.

Très utile à certaines étapes de la vie

« Je me suis rendu compte que cela m'aurait bien servi aussi à plusieurs étapes de ma vie, poursuit Estefania. Les études, l'expatriation, un travail, un divorce, l'arrivée d'un enfant sont autant de moments où on a besoin de meubles. La location correspond également à nos modes de vie de plus en plus mobiles et à nos préoccupations. Nous sommes de plus en plus nombreux à nous sentir concernés par l'impact de nos habitudes de consommation sur l'environnement. »

En France, ce sont près de 2 millions de tonnes de déchets d'ameublement qui sont jetés chaque année. « Parfois, les meubles sont en bon état mais on n'a pas la place de les stocker alors on s'en débarrasse », déplore Estefania qui, après plusieurs mois de travail, a installé ses bureaux au sein de La Turbine, une pépinière d'entreprises de Cergy, et lancé son site au look rétro moderne.

Le style est d'ailleurs très important pour elle. « Scandinave », « industriel », « modern loft » ou encore « student life », le site, possède plus de 600 références. « Parce qu'on n'est pas tous pareils et qu'on n'a pas tous envie des mêmes meubles ni des mêmes couleurs, résume cette passionnée de déco qui compte bien étoffer son catalogue dans les mois à venir. J'aime aller dans les magasins, regarder des émissions ou lire des magazines pour dénicher de nouvelles tendances. »

26,81 euros par mois pour un canapé convertible

Du lit avec coffre à partir de 13,42 euros par mois, bureau de style vintage des années 1950 à partir de 4,43 euros par mois en passant par le canapé convertible de sept places à partir de 26,81 euros par mois au réfrigérateur combiné congélateur à 6,70 euros par mois, il y en a pour tous les goûts et tous les budgets. Loc and Roll propose même des packs à destination des étudiants, des enfants et des bébés.

Cergy (Val-d’Oise), le 28 septembre 2020. Estefania Gonzalez de Ubieta a lancé sa plate-forme en ligne de location de meubles. LP/Alexandre Boucher
Cergy (Val-d’Oise), le 28 septembre 2020. Estefania Gonzalez de Ubieta a lancé sa plate-forme en ligne de location de meubles. LP/Alexandre Boucher  

Estefania, qui consacre beaucoup de temps à la recherche de meubles neufs ou recyclés, se fournit chez des grandes enseignes ou de petits artisans. « Je n'ai pas de partenariat, j'ai acheté quasiment tous les articles proposés sur le site, explique cette maman de deux jeunes garçons. C'est la complexité principale de mon projet : il faut une grosse trésorerie. Heureusement, j'avais un apport personnel conséquent et j'ai été soutenue par le réseau Entreprendre Val-d'Oise et les banques. »

Des contrats d'un mois à cinq ans

Les contrats de location sont établis pour une durée allant d'un mois à cinq ans. A la fin, le client peut choisir de prolonger sa location, restituer les meubles ou même les acheter. « Le prix d'achat correspond à la valeur résiduelle du produit à ce moment-là, explique-t-elle. Les meubles en fin de vie sont eux récupérés par un organisme d'éco-mobilier. »

Le service comprend également la livraison, le montage et l'installation des meubles qui sont stockés dans un entrepôt à Gennevilliers (Hauts-de-Seine).

Contrarié par le contexte sanitaire mondial, le lancement de son site s'est véritablement opéré après le déconfinement. Depuis juin, ce sont près de 650 meubles qui ont été loués. Le concept a immédiatement plu à Audrey lors de son déménagement à La Garenne-Colombes (Hauts-de-Seine). « Je me suis retrouvée sans rien parce que j'ai dû quitter rapidement une colocation, explique cette jeune professeure des écoles. J'ai loué un combiné plaques et four, un aspirateur et une machine à laver pour un peu moins de 25 euros par mois. Quand on déménage, il y a énormément de frais. Tout racheter aurait été compliqué et m'aurait coûté très cher. »

«On a pu choisir des couleurs qui correspondent à celles qu'on utilise déjà»

Des professionnels se sont aussi laissés séduire. Comme Frédéric, propriétaire du restaurant Veramente à Paris (7e), qui a sauté sur l'occasion pour équiper sa terrasse éphémère après le déconfinement. « On a loué 24 chaises, 6 tables et 4 parasols, détaille ce restaurateur. Après trois mois de fermeture, on n'allait pas investir sur la durée sur du mobilier et à terme se serait posé la question du stockage. Par rapport à ses concurrents, le site est très visuel, moderne et il propose un choix très vaste. Lors de nos premières recherches sur d'autres sites, on était tombé sur des choses très classiques et usées. Là, on a pu choisir des couleurs qui correspondent à celles qu'on utilise déjà. Les clients nous ont complimentés pour notre terrasse. »

Après un démarrage intéressant, Estefania espère désormais développer son affaire hors des frontières de l'Ile-de-France. « Je reçois des appels de Bordeaux, de Marseille. Les besoins sont partout ! »