Un distributeur de fruits et légumes à la gare d’Ermont-Eaubonne : «Cela correspondait à un besoin»

C’est la première gare concernée en Ile-de-France. Pratique en temps de couvre-feu, les usagers peuvent désormais y acheter des paniers de produits frais et locaux. D’autres gares devraient rapidement suivre.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Niels Julien-Saint-Armand a installé à Ermont-Eaubonne un distributeur de produits frais et locaux.
Niels Julien-Saint-Armand a installé à Ermont-Eaubonne un distributeur de produits frais et locaux.  LP/Christophe Lefevre

Vous descendez du train et vous n'avez pas le temps de faire des courses? L'étrange carrousel bleu peut vous rendre bien des services. La gare d'Ermont-Eaubonne (Val-d'Oise) est en effet la première gare d'Ile-de-France à accueillir depuis peu un distributeur de produits frais et locaux, en bio ou en cours de certification.

Avec par exemple, pour cette semaine, un panier à 8,65 euros contenant six œufs, 500 grammes de topinambours, un kilo de patates douces et quatre pommes, et un autre à 7,85 euros, proposant un kilo de pommes de terre, un kilo de carottes, un demi-kilo de panais et un radis noir.

Ce nouveau service intitulé « Boutiques de mon village » a déjà fait ses preuves dans de petites villes. « Au départ, j'ai installé des boutiques dans des communes rurales où il n'y a plus de commerces alimentaires, explique le responsable, Niels Julien-Saint-Amand. J'ai commencé dans un village d'Eure-et-Loir, et j'ai vu que cela correspondait à un besoin. Cela a été très bien vécu. Je me suis dit pourquoi ne pas le proposer ailleurs ? »

«Tout est produit à moins de 100 km de la gare»

Le titulaire d'un Master en commerce a séduit la SNCF, qui l'a orienté vers Ermont-Eaubonne et ses 22 millions de voyageurs annuels. « Le principe central, c'est vraiment de faire du circuit court, puis de plus en plus local, glisse l'entrepreneur. Tout est produit à moins de 100 km de la gare, en Eure-et-Loir. Ensuite, l'idée est de compléter avec des produits franciliens. »

La semaine prochaine, Niels Julien-Saint-Amand devrait ainsi tester un panier avec des pommes et des poires de Saint-Nom-la-Bretèche (Yvelines). Il veut aussi composer un panier « 100 % Vexin ». Le tout à un prix abordable, grâce à l'absence d'intermédiaires.

Si la composition des paniers change toutes les semaines, les produits sont remplacés trois fois par semaine dans la machine réfrigérée, fabriquée en Normandie, qui maintient les aliments à 2,2 °C. « Ils sont conservés de la même manière que chez les producteurs, explique Niels Julien-Saint-Amand. Et je teste les produits avant de les proposer. »

Pratique surtout en cette période de couvre-feu

Les usagers croisés cette semaine à la gare sont déjà conquis. « Cela peut dépanner lorsque l'on descend du train, en rentrant du travail glisse Marie, de Taverny. Surtout s'il est tard et que les magasins sont fermés. » « Dès fois je suis pressée en rentrant chez moi, et je n'ai pas le temps de faire des courses, souffle Maryse, d'Ermont. Surtout en ce moment, avec le couvre-feu à 18 heures. Là, ça peut permettre d'avoir des produits frais sans faire de détour. C'est très intéressant. »

« C'est une très bonne idée, salue Colette, d'Eaubonne, en regardant les denrées disponibles. Et si ce sont des produits de proximité, c'est encore mieux. En plus, le prix n'est pas excessif. Moi je ne suis pas fan des topinambours, mais je prendrais bien des carottes. » Et c'est aussi l'un des intérêts de cette nouveauté. « Ce que l'on veut proposer, c'est aussi des goûts auxquels les gens ont moins accès », explique Niels Julien-Saint-Amand. « Je n'ai jamais goûté de panais, ce sera l'occasion », confirme un client déjà fidèle.

Une expérimentation d'un an

Quarante paniers ont été vendus lors de la première semaine d'installation. L'expérimentation est prévue pour un an mais, à terme, l'objectif serait d'atteindre entre 100 et 150 paniers hebdomadaires. Un autre distributeur devrait être installé au printemps à Andrésy (Yvelines).

Newsletter L'essentiel du 95
Un tour de l'actualité du Val-d'Oise et de l'IDF
Toutes les newsletters

« En développant cette offre, nous avons eu à cœur de simplifier le quotidien des voyageurs franciliens, en plaçant sur leurs trajets des solutions adaptées, susceptibles de leur faciliter la vie en leur évitant de multiples déplacements, notamment après le travail, explique-t-on du côté de la SNCF. L'initiative fait sens pour nos voyageurs, comme pour les visiteurs des gares et les riverains. »

Des producteurs locaux déjà existants dans les gares

L'automate s'inscrit dans une démarche lancée il y a quelques années, avec notamment l'offre « Panier Fraîcheur », créée il y a près de quinze ans et implantée dans une trentaine de gares, ou encore le réseau de producteurs La Ruche qui dit Oui, présent dans sept gares franciliennes.

« Depuis de nombreuses années déjà, les gares sont des maillons de circuits courts permettant à des producteurs des territoires d'offrir aux voyageurs des produits frais et facilement traçables », précise la SNCF.

A Ermont-Eaubonne, notamment, l'offre « Panier Fraîcheur » est disponible avec un producteur local, qui vient tous les mardis livrer des paniers de fruits et légumes frais, issus de sa production.