Quand le producteur des «Bidasses» réunissait le Tout-Paris du cinéma à Enghien

Comédien et surtout producteur de gros succès du cinéma, Michel Ardan entretenait un lien étroit avec la cité thermale. Une place de la ville porte désormais son nom.

 Michel Ardan a produit de nombreux succès des années 1960 et 1970 comme « Les Bidasses en folie », premier film de Claude Zidi, avec les Charlots.
Michel Ardan a produit de nombreux succès des années 1960 et 1970 comme « Les Bidasses en folie », premier film de Claude Zidi, avec les Charlots. DR

C'est un joli clin d'œil, pour une personnalité qui a beaucoup œuvré pour le septième art. La place située devant le cinéma UGC d'Enghien-les-Bains (Val-d'Oise) porte désormais le nom de Michel Ardan. Un bel hommage pour un artiste décédé en 1979, dont l'histoire est liée à la cité thermale. Il fut à l'origine de plusieurs gros succès du cinéma hexagonal des années 1960 et 1970 comme « Les Grandes Gueules », avec Bourvil et Lino Ventura, « Une ravissante idiote » avec Brigitte Bardot, ou encore « Les Bidasses en folie », premier film de Claude Zidi, avec les Charlots.

Il fait ses débuts au Hollywood

Arrivé très jeune d'Arménie avec sa famille, installée à Enghien, le jeune Khatchik Hovsep Kazazian, dont on célèbre cette année le centenaire de sa naissance, a découvert l'ambiance des salles obscures au Hollywood, un cinéma aujourd'hui disparu, situé dans la grande rue (actuelle rue du Général-de-Gaulle). Il y travaille en aidant le projectionniste, pour gagner quelques francs et aider sa famille.

Un premier pas dans un univers qu'il ne quittera jamais, d'abord comme acteur, dans des films comme « L'Ennemi public n° 1 » d'Henri Verneuil ou « Classe tous risques » avec Lino Ventura et Jean-Paul Belmondo, mais surtout comme producteur. « La pellicule qui se déroulait devant lui a éclairé son projet », sourit sa fille, Michèle Ardan.

Michel Ardan a produit de nombreux films à succès des années 1960 et 1970. DR
Michel Ardan a produit de nombreux films à succès des années 1960 et 1970. DR  

Lino Ventura, Bourvil, Salvatore Adamo tournent chez lui

Parti vivre à Paris avec ses parents, il reviendra s'installer à Enghien en 1964, et fera toujours en sorte de lier sa ville de cœur et sa carrière professionnelle. Et d'abord dans le choix du nom de sa société, intitulée « Productions Belles Rives ».

Surtout, de grands noms du cinéma français défileront dans la demeure située sur les bords du lac, et qui abritera de nombreux castings. S'il organise beaucoup de ses déjeuners à la Carpe d'or ou à la Cascade, deux restaurants courus d'Enghien, aujourd'hui disparus, Michel Ardan reçoit également ses invités dans sa maison. Celle-ci servira même de décor pour plusieurs scènes des « Grandes gueules », l'un de ses principaux succès, avec Lino Ventura et Bourvil, sorti en 1965.

Quelques scènes des « Arnaud », avec Bourvil et Salvatore Adamo, seront également tournées dans la cité thermale. Une ville dont il se fait l'ambassadeur. Ainsi, c'est sur ses conseils, que Jean-Guy Fechner, l'un des Charlots, y achète une maison en 1974.

L'un des premiers à organiser des premières en banlieue

Amoureux d'Enghien, il y organise de nombreuses projections dans les deux cinémas de l'époque, le Hollywood et le Français (l'actuel UGC). « C'était l'un des premiers à organiser ses premières de films en banlieue », explique sa fille.

Les Enghiennois ont pu ainsi découvrir en avant-première et rencontrer les comédiens des « Caïds », avec Serge Reggiani, « Les Bidasses en folie », avec les Charlots et Jacques Dufilho, ou encore « La Grande Java ».

Il fait également venir des vedettes qui participent à des ventes aux enchères organisées dans la salle des fêtes. Les bénéfices serviront à financer des associations locales ou l'achat de matériel pour les écoles. « Mon père se servait de sa notoriété pour organiser des choses et en tirer des bénéfices pour sa ville », sourit sa fille.