Quand l’art s’invite dans les rues d’Arnouville

La ville s’est saisie des contraintes liées à la crise sanitaire pour transformer et moderniser l’événement « Palette d’artistes ». Cette année, c’est donc en plein air que se tient l’exposition visible dès ce samedi.

 Arnouville, ce vendredi 5 février. Le graffeur Emoy met les dernières touches à la fresque créée spécialement pour l’exposition.
Arnouville, ce vendredi 5 février. Le graffeur Emoy met les dernières touches à la fresque créée spécialement pour l’exposition. LP/A.C

Pouvoir visiter une exposition sans passer par un écran ? Une opportunité bien rare en ces temps de Covid-19. Mais c'est celle qu'a souhaité offrir la mairie d'Arnouville à sa population avec l'édition 2021 de « Palette d'artistes ». Pandémie oblige, l'événement, traditionnellement organisé au sein de l'espace Charles-Aznavour, semblait inévitablement voué à l'annulation.

C'était sans compter la parade proposée par le service culture de la ville : monter une version entièrement repensée, modernisée et surtout hors les murs.

Une vingtaine d'œuvres sur le thème « A vos masques »

Dès ce samedi, c'est donc en plein air dans différents sites de la commune que le public pourra découvrir librement la vingtaine d'œuvres sélectionnées pour ce cru marqué par la crise sanitaire.

Des dessins, peintures, collages, photos ou encore sculptures s'articulant tous autour d'un thème commun pour le moins à la mode : « A vos masques ». « Nous avions lancé un appel à projet auquel ont répondu plusieurs artistes. Cela fait référence à l'actualité bien sûr mais aussi aux folklores populaires, au carnaval ou encore aux apparences », précise la ville qui espère ainsi permettre à la fois aux habitants de pouvoir découvrir des œuvres mais aussi « égayer leur quotidien durant cette période morose ».

« L'art à portée de tous »

À noter notamment, le travail du photographe Arnouvillois Sadinoel et sa série Visages particulièrement réussie. Pour qu'elles soient plus visibles mais aussi afin de les protéger des aléas de la météo ou d'éventuels plaisantins, toutes ces créations ont été reprographiées sur des toiles de grand format. Ce sont elles qui sont ainsi accrochées, accompagnées de panneaux et de QR Codes explicatifs, sur les grilles de l'école Jean-Jaurès ou encore aux abords du gymnase Léo-Lagrange jusqu'au 7 mars.

Installation de l'exposition « A vos masques » dans les rues d'Arnouville. L.Bruzeau
Installation de l'exposition « A vos masques » dans les rues d'Arnouville. L.Bruzeau  

« C'est ouvert à tous, exposés aux yeux de tous quand on va au travail, à l'école… De cette façon, l'art est vraiment à la portée de tout le monde », se réjouit Émilie Dannely, responsable du service culture d'Arnouville, « tellement contente » que cet événement puisse se tenir alors que pointait la menace d'un nouveau confinement.

Le graff, invité pour la première fois

Un petit parcours artistique, que chacun peut arpenter à loisir, a ainsi été créé « en ligne droite de la gare jusqu'à l'espace Fontaine ».

Car « Palette d'artistes » s'est également ouvert cette année pour la première fois à un autre type de création : le graff. Cinq artistes professionnels de la société Les ateliers du Graff ont été invités à exercer leurs talents, bombe à la main, sur les murs et les grilles de l'ancienne mairie, datant du XIXe siècle et transformée en lieu culturel depuis 2018.

Tout au long de la semaine, sont peu à peu nées en live, sous les yeux des passants et des élèves du collège tout proche, cinq fresques déclinant elles aussi librement le thème « A vos masques ». À oxygène pour Emoy, graffeur originaire d'Arnouville ou de bal pour Kaldea, une artiste de Paris.

Graff de Kaldea. LP/A.C
Graff de Kaldea. LP/A.C  

Le patrimoine préservé

Mais que les défenseurs du patrimoine se rassurent, celles-ci n'ont rien d'irrévocable et tout d'éphémère. Un tour de passe-passe permis grâce à une invention mise au point par Les ateliers du graff : le Plasti'Graff, désormais protégée par un brevet.

Newsletter L'essentiel du 95
Un tour de l'actualité du Val-d'Oise et de l'IDF
Toutes les newsletters

« C'est un tout nouveau procédé que nous avons créé il y a dix mois environ, explique Anje, président des ateliers et graffeur d'expérience. Tout est dans le support en plastique recyclé et recyclable qui permet désormais de peindre dans des lieux où c'était tout à fait impossible jusqu'à présent. »

Et ça marche. Avant Arnouville, les Ateliers du Graff ont ainsi déjà pu investir les marches du musée de l'Homme à Paris ou encore le mur de Berlin avec l'East Side Gallery.

Exposition visible dès ce samedi et jusqu'au 7 mars, école Jean-Jaurès, Jardin des écoles, gymnase Léo-Lagrange et Espace fontaine. Gratuit

VISITEZ LE FESTIVAL DU REGARD GRÂCE À VOTRE SOURIS

Les organisateurs ont espéré jusqu'au dernier moment pouvoir rouvrir les portes fermées depuis le second confinement. Mais même prolongé jusqu'au 17 janvier, le festival du Regard, organisé cette année dans les locaux de l'ancienne poste de Cergy désertée depuis 2018, n'a pas fait exception.

L'événement, proposant les clichés d'une vingtaine de photographes du monde entier, n'aura finalement pu recevoir du public que trois petites semaines et avec une jauge réduite. Seule bonne nouvelle, une visite virtuelle très complète est disponible sur le site du festival.

L'occasion de découvrir d'une autre façon le travail de Cédric Delsaux, devenu célèbre pour avoir introduit les personnages de Star Wars dans le monde réel, de l'Irlandais Richard Mosse consacré à la végétation africaine. Ou encore de l'artiste suisse Sabine Weiss, aujourd'hui âgée de 96 ans, qui avait prêté pour l'occasion des clichés inédits pris en Laponie en 1957.

www.festivalduregard.fr