Pontoise : les habitants nettoient leurs quartiers

Cinq opérations de nettoyage ont été organisées dans les différents quartiers de la commune à l’occasion du « World Clean Up Day ». Dont une à Marcouville.

 Pontoise, ce dimanche. Une vingtaine d’habitants ont nettoyé Marcouville.
Pontoise, ce dimanche. Une vingtaine d’habitants ont nettoyé Marcouville. LP/V.T.

Sacs-poubelles et pinces à la main, une vingtaine d'habitants avance, en ligne, sur le « terrain rouge » désœuvré du quartier des Hauts-de-Marcouville, à Pontoise. En binôme, ils ramassent papiers, emballages, mégots, bouteilles, verres ou même des bidons d'huile pour moteur… « Surtout, faites bien attention à ce que vous prenez », prévient Florence Chambon.

Pontoise : les habitants nettoient leurs quartiers

Cinq opérations de nettoyage citoyen ont été organisées ce dimanche, simultanément, dans cinq quartiers différents de la commune à l'occasion du « World clean up day » - journée appelant à nettoyer la planète. « Chaque groupe se retrouve à la fin de son ramassage pour faire un bilan, indique Florence, une des organisatrices. Il nous a paru indispensable, cette année, de le réaliser à Marcouville. »

« Éveiller les consciences »

Les deux incendies survenus dans les parkings souterrains ont mis un peu plus en lumière des incivilités grandissantes. Saïda, 46 ans, espère que ce nettoyage citoyen pourra « éveiller les consciences ». « En montrant l'exemple comme aujourd'hui, certains habitants pourraient faire plus attention ensuite… Enfin, je l'espère », souffle cette fonctionnaire.

Habitante du quartier depuis 18 ans, elle voit son cadre de vie se « dégrader » au fil des mois. « Les gens font moins attention et ne prennent pas soin des espaces partagés, fustige-t-elle, pince à la main. Il faut que chacun comprenne qu'il a un rôle à jouer pour que l'endroit où l'on vit reste propre. »

« Un quartier délaissé »

Malika, 57 ans, désespère de voir l'image de son quartier se ternir. « Parfois, on a l'impression qu'on ne fait même pas partie de Pontoise ! Alors qu'on reste quand même un quartier de cette belle commune, argue la mère de famille. Moi, j'agis pour sensibiliser les autres ! » L'opération draine, d'ailleurs, des habitants au-delà des tours de Marcouville.

Nicole, 71 ans, est descendue du centre-ville historique pour mettre la main à la pâte. « J'ai trouvé l'initiative sympa. Et, surtout, je viens régulièrement visiter des amis ici. Je trouve le quartier délaissé, j'ai voulu aider à améliorer la situation », explique la retraitée, en train de ramasser une canette de bière.

Jason et David, 20 et 24 ans, s'affairent à ramasser des dizaines de débris de verres. Gilet jaune sur le dos, ils ont souhaité « montrer leur engagement » pour sensibiliser leur génération. « Nous, les jeunes, avons un rôle à jouer pour sauvegarder la planète, plaide David. Nous devons prendre les choses en main. » « Ce genre d'opération est début pour créer un vrai mouvement », espère Jason.