Le Val-d’Oise, département pilote pour le numérique à l’école

Le département a été choisi avec l’Aisne pour expérimenter les nouveaux outils numériques et la formation des professeurs dans le cadre d’un plan appelé à s’étendre sur tout le territoire.

 Herblay-sur-Seine, ce lundi 21 septembre 2020. Le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer et la secrétaire d’Etat chargée de l’Education prioritaire sont venus présenter le projet « Territoires numériques éducatifs ».
Herblay-sur-Seine, ce lundi 21 septembre 2020. Le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer et la secrétaire d’Etat chargée de l’Education prioritaire sont venus présenter le projet « Territoires numériques éducatifs ». LP/Alexandre Boucher

« Voilà ce qu'on peut faire avec un TNI », lance la professeure à l'adresse de Jean-Michel Blanquer. Accompagné de la secrétaire d'Etat chargée de l'Education prioritaire Nathalie Elimas, ex-députée de la 6e circonscription du Val-d'Oise (Enghien, Sannois, Saint-Gratien, Soisy), le ministre de l'Education nationale assiste ce lundi à une démonstration d'un tableau numérique au groupe scolaire des Chênes à Herblay-sur-Seine.

Comme les sept autres écoles de la commune, ces classes disposent des derniers outils numériques comme l'espace numérique de travail (ENT), une sorte de portail Internet, ou encore le robot programmable à distance Blue-Bot. « On apprend à lire, à écrire avec à ces outils », explique un jeune élève en CP au ministre. Cette autre élève de CM2, raconte que malgré son absence à la rentrée pour raisons de santé, elle a pu « suivre les cours normalement grâce à l'Espace numérique de travail ». « Je regardais sur la médiathèque pour récupérer les travaux et les devoirs. »

Des kits numériques et des formations pour les enseignants

Cinq mois après avoir affiché sa volonté de « réduire la fracture numérique, au-delà du confinement », Jean-Michel Blanquer n'a pas choisi par hasard le département pour lancer son projet « Territoires numériques éducatifs », qui sera également testé dans l'Aisne. « Le Val-d'Oise est un territoire innovant où le sujet du numérique est particulièrement dynamique », loue le ministre. « On va regarder de très près ce qui va arriver ici, poursuit-il. L'idée est d'être la locomotive du développement numérique de nos écoles. Le but n'est pas de développer une addiction aux écrans mais d'offrir une vraie éducation au numérique. Cela peut permettre d'augmenter la pédagogie. »

Un budget de 27,3 millions d'euros

Doté de 27,3 M€, le projet s'accompagne de mesures phares comme l'équipement des 1 000 nouveaux professeurs du premier et second degré (NDLR : 775 néotitulaires dans le Val-d'Oise), l'équipement des classes de maternelle et primaire de kits de robotique afin de coder et de programmer, de prêt d'équipement aux 15 000 élèves des classes élémentaires en état de fracture numérique ou encore la mise à disposition des professeurs de services et de ressources en ligne via une plateforme. Des kits comprenant une tablette, une caméra et un micro sont également prévus pour les professeurs des collèges.

« On va faire un très gros effort de formation »

« Donner un équipement n'est pas suffisant, prévient Jean-Michel Blanquer. On va faire un très gros effort de formation et de pédagogie. » Des formations pour les professeurs et même des parents volontaires seront dispensées.

Dans le Val-d'Oise, le conseil départemental, qui avait prêté 642 tablettes durant le confinement, va « en acheter autant » annonce sa présidente (LR) Marie-Christine Cavecchi. « Le numérique fait partie de nos gênes, se félicite cette dernière. Le département a doté chaque classe de ses collèges de tableaux numériques. Le déploiement a commencé en 2011 comme pour les Espaces numériques de travail. »