Le commissaire de Carpentras surpris dans un restaurant clandestin muté à Sarcelles : une punition ?

Surpris dans un restaurant, un commissaire de Carpentras (Vaucluse) a été muté de force à Sarcelles (Val-d’Oise). Le maire, Patrick Haddad, réagit vivement à ce qui est présenté comme une «punition».

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Sarcelles. Un nouveau commissariat pourrait voir le jour, une volonté des élus locaux depuis une quinzaine d’années.
Sarcelles. Un nouveau commissariat pourrait voir le jour, une volonté des élus locaux depuis une quinzaine d’années. LP/V.T.

Adieu soleil et cigales, bienvenue dans les cités de la banlieue parisienne. Ses quelques verres au comptoir d' un restaurant présumé clandestin de Carpentras (Vaucluse) ont valu au commissaire central de cette ville… une mutation forcée à Sarcelles.

Le commissaire va prendre en charge le poste de chef de la sûreté urbaine de Sarcelles, qui était vacant. Sur le plan hiérarchique, comme le deuxième commissaire en charge de la tenue, il est sous les ordres de la commissaire Fabienne Azalbert, chef de la circonscription de Sarcelles.

Celle mutation apparaît clairement comme une sanction disciplinaire, puisque le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, avait annoncé dans un premier temps, sur France Inter, qu'il avait demandé « la suspension du commissaire » dès le lendemain des faits, s'ils étaient avérés. C'est finalement un changement de poste qui aura lieu, sans que ce soit à la demande du policier.

Dès cette annonce dans les médias, Patrick Haddad (PS), le maire de Sarcelles s'est ému de cette mauvaise publicité pour sa commune. « J'ignorais qu'être muté dans notre ville faisait partie des sanctions qu'encouraient les fonctionnaires de ce pays. Au moment où nous rivalisons de projets ambitieux pour donner un nouvel avenir à la ville, je constate avec consternation que la haute hiérarchie du ministère de l'Intérieur reste imprégnée de clichés désastreux, que de surcroît, elle renforce », a réagi l'édile.

Des fonctionnaires déjà mutés dans le Val-d'Oise pour des raisons disciplinaires

Le commissaire avait été surpris samedi 30 janvier au restaurant Chez Serge de Carpentras, en compagnie d'un vice-procureur du parquet du tribunal judiciaire de Carpentras. Si ce dernier nie les faits et indique avoir retiré un repas au click-and-collect, le commissaire, lui, a entièrement reconnu. Selon nos confrères du Midi Libre, une enquête judiciaire a été ouverte au parquet de Nîmes et les investigations sont menées par les policiers du SRPJ de Montpellier.

« Nous avons déjà eu le cas de personnes mutées dans le Val-d'Oise pour des raisons disciplinaires », confie Franck Lebas, secrétaire départemental du syndicat de police Unité SGP Police FO, qui souhaite « laisser arriver le nouveau commissaire sans le mettre par avance en difficulté ».

« Ce qui est dommage, poursuit-il, c'est que cette décision administrative donne une image peu reluisante pour la ville de Sarcelles. C'est vrai également pour les collègues qui travaillent à Sarcelles. Il n'y a pas que des personnes mutées de force dans ce commissariat. Il y a des policiers motivés qui ont demandé à s'y investir. »

«Il y a pire sanction que de devenir un des nôtres»

Patrick Haddad adresse également aux fonctionnaires de police en poste à Sarcelles « sa plus vive sympathie ». « Ils ont appris par voie de presse que devenir un de leurs collègues peut être une sanction », se désole-t-il.

Newsletter L'essentiel du 95
Un tour de l'actualité du Val-d'Oise et de l'IDF
Toutes les newsletters

Le maire en profite pour réaffirmer la volonté de la municipalité « d'aider à la construction d'un nouveau commissariat » pour Sarcelles « pour lequel nous avons identifié plusieurs terrains idéalement situés », dont l'un aux abords du centre sportif Nelson-Mandela. Une question de bien-être et de sécurité pour les fonctionnaires, qui n'ont par exemple pas de parking attitré. La localisation et la configuration de l'actuel commissariat ne sont pas des vecteurs d'attractivité.

Et de saluer le commissaire contraint de rejoindre le Val-d'Oise : « Je souhaite évidemment la bienvenue à ce nouveau commissaire qui découvrira finalement qu'il y a pire sanction que de devenir un des nôtres ».