L’annonce de la fermeture de la Trésorerie à Louvres ne passe pas

Ce centre des finances publiques couvrant au total onze communes doit baisser le rideau à la fin de l’année 2021. Une décision qui s’inscrit dans un plan national de réductions des effectifs de ce service public.

 Louvres, ce jeudi 4 février 2021. Comme d’autres communes dans le département, la trésorerie de la commune doit fermer ses portes définitivement à la fin de l’année.
Louvres, ce jeudi 4 février 2021. Comme d’autres communes dans le département, la trésorerie de la commune doit fermer ses portes définitivement à la fin de l’année. LP/A.C

« On ne peut qu'être contre cette décision. Après le départ de la CAF, de la CPAM… C'est le dernier service public, avec la gendarmerie, encore présent dans la commune », affirme le maire (SE) de Louvres, Eddy Thoreau. Ce jeudi matin, une bonne partie du conseil municipal, écharpe tricolore en bandoulière, s'était donné rendez-vous devant le centre des finances publiques de la ville dont les portes étaient closes.

Les personnels étant en grève dans le cadre d'un mouvement national mais aussi local. Car cette mobilisation s'inscrit dans la lutte menée depuis des mois pour tenter d'inverser le cours annoncé des choses.

En effet, la trésorerie de Louvres fait partie des neuf centres des finances publiques (DGFiP) qui ont fermé récemment ou doivent l'être d'ici à 2022. Ils s'ajouteront à la dizaine qui a déjà baissé le rideau ces cinq dernières années dans le département. Et le Val-d'Oise n'est pas une exception : l'Etat prévoit 5 000 suppressions de postes à la direction générale des Finances publiques (DGFiP) et la fermeture d'un tiers des trésoreries dans l'Hexagone.

« C'est un vrai service de proximité »

« Des décisions hors-sol, prises au détriment des habitants et des classes populaires ! », estime de son côté le syndicat FO DGFiP 95 qui s'est saisi du dossier depuis plusieurs années.

Une aberration également pour les élus et tous les présents ce jeudi. « C'est un vrai service de proximité et pas seulement pour les habitants de Louvres. Ce centre couvre onze communes au total », rappelle notamment Paul Benoît, ancien percepteur du centre désormais à la retraite.

Que ce soit pour demander conseil, payer leurs impôts, la cantine mais aussi pour percevoir les aides exceptionnelles versées par les communes, une trentaine d'usagers poussent chaque jour la porte du centre de Louvres. Une fréquentation moyenne qui augmente fortement dès l'été arrivée. « Dès que l'on approche des échéances d'impôts, ce sont une centaine de personnes qui se présentent quotidiennement », précise-t-on.

Le centre de Garges, le plus proche, déjà saturé

Autant de gens qui, en cas de fermeture, devront alors se rendre à Garges-lès-Gonesse. « Non seulement c'est loin, peu accessible mais en plus le centre est déjà surchargé avec parfois une file d'attente dès l'ouverture », poursuit l'ancien fonctionnaire.

« Je pense notamment aux personnes âgées. Comment vont-elles faire ? Souvent sans voiture, elles ne vont pas aller à Garges ou pouvoir se tourner vers Internet qu'elles n'utilisent pas », s'inquiète le maire pas convaincu des réponses reçues de la DGFiP.

Newsletter L'essentiel du 95
Un tour de l'actualité du Val-d'Oise et de l'IDF
Toutes les newsletters

« On nous dit que ce sont les maisons France Service qui pallieront le manque. Ce n'est évidemment pas satisfaisant, estime-t-il. D'autant plus que nous ne savons même pas si Louvres sera retenu pour en accueillir une. Et dans tous les cas, ce sera la commune qui portera en partie la charge du désengagement de l'Etat, encore une fois ».