Deux Cités éducatives de plus dans le Val-d’Oise : «C’est une excellente nouvelle pour nos jeunes»

Argenteuil et Goussainville viennent s’ajouter aux trois villes déjà labellisées dans le département depuis l’an dernier. A la clé pour les communes, une enveloppe qui reste à déterminer.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Ici, le collège Maximilien-de-Robespierre à Goussainville.
Ici, le collège Maximilien-de-Robespierre à Goussainville.  LP/A.C.

L'annonce a été faite par le Premier ministre en fin de semaine dernière. Deux villes du Val-d'Oise comptent parmi les 46 nouvelles « Cités éducatives » actées à l'occasion d'un comité interministériel à la ville, organisé dans l'Essonne vendredi. Argenteuil et Goussainville viennent rejoindre Sarcelles, Garges-lès-Gonesse et Villiers-le-Bel qui disposent déjà de ce label depuis un an.

Créé dans la foulée du plan Borloo remis en avril 2018 avant d'être enterré, il entend « intensifier les prises en charges éducatives des enfants à partir de 3 ans et des jeunes jusqu'à 25 ans, avant, pendant, autour et après le cadre scolaire ».

L'objectif n'est pas de créer ex nihilo de nouveaux dispositifs mais « de mieux coordonner et renforcer ceux déjà existants » sur le terrain. C'est donc avant tout une enveloppe contractualisée sur trois ans qui est à la clé pour les villes sélectionnées.

En mars dernier, Garges-lès-Gonesse s'était ainsi vu allouer 1,8 million d'euros, Villiers-le-Bel 1,65 million d'euros et Sarcelles 1,95 million d'euros. Les sommes restent encore à déterminer pour les deux nouvelles villes labellisées. Un budget global de 17 millions d'euros figure cependant dans le projet de loi de finances 2021.

« Des moyens supplémentaires pour la réussite des jeunes »

Malgré tout à Goussainville, qui aurait souhaité y entrer dès la première vague de 2019, l'annonce a été apprise avec « beaucoup d'enthousiasme ». « C'est une excellente nouvelle pour notre ville, nos enfants et nos jeunes, qui vont pouvoir bénéficier de moyens supplémentaires pour leur réussite, une des priorités du projet municipal, souligne la mairie. Cela permettra d'actionner de nombreux leviers, tout au long du parcours de vie de 0 à 30 ans, et de fédérer les acteurs du territoire qui pourront intervenir avec la ville : de l'accompagnement scolaire, en passant par le sport, la culture, la petite enfance… »

A Argenteuil, si la ville accueille elle aussi l'annonce « favorablement », elle reste prudente en attendant de connaître l'enveloppe. « Toute aide est bonne à prendre mais on attend de voir concrètement quels dispositifs déjà existants cela va nous permettre de développer, quelles seront les réalisations et les retombées pour la commune, les habitants, note la mairie. Il y a parfois des effets d'annonce qui ne sont pas toujours suivis dans les faits. »

Bientôt Gonesse ?

Zivka Park, députée LREM de la 9e circonscription comptant Goussainville, ne cache pas sa satisfaction face à ces deux nouveaux labels et assure avoir fait un long travail auprès de la ministre déléguée à la ville en ce sens. « Les retours des Cités existantes sont très positifs car on ne réinvente pas mais on soutient ce qui fonctionne », affirme l'élue.

Newsletter L'essentiel du 95
Un tour de l'actualité du Val-d'Oise et de l'IDF
Toutes les newsletters

C'est donc une « très bonne nouvelle pour l'est du Val-d'Oise et pour Argenteuil qui le mérite tout autant. Il y avait une déception en 2019 à Goussainville, cette fois-ci, c'est fait. Je serai aussi très active pour que Gonesse puisse l'intégrer bientôt. »

Mais la ville en question ne semble pas pressée. « On ne regrette pas de ne pas avoir été choisi puisqu'on n'avait pas postulé. Ce n'était notre priorité car nous avons d'autres choses à mener de front. Cela le deviendra peut-être par la suite », tempère la mairie de Gonesse.