Covid-19 : rideau sur les grands centres commerciaux du Val-d’Oise

A l’instar des 3-Fontaines, 12 autres centres commerciaux dépassant 20 000 m2 de superficie ont fermé leurs portes dans le cadre des mesures de lutte contre l’épidémie. Les contrôles du respect des jauges pour les commerces ouverts se multiplient.

 Le centre commercial des 3-Fontaines à Cergy, est fermé en raison de la crise sanitaire.
Le centre commercial des 3-Fontaines à Cergy, est fermé en raison de la crise sanitaire. LP/Frédéric Naizot

Les centres commerciaux les plus vastes du Val-d'Oise ont fermé leurs portes. Les services de police ont fait le tour des principaux visés par le décret gouvernemental, pendant une grande partie de la journée de ce dimanche, afin de faire respecter la fermeture. L'objectif étant de limiter la propagation de l'épidémie dans des lieux favorisant le brassage de la population.

Avec ses quelque 60 000 m2 de surface, les 3-Fontaines, à Cergy, ont baissé le rideau samedi à 18 heures. Douze autres centres ont également fermé leurs portes : Côté Seine à Argenteuil, les Quatre-Tulipes à Montigny, les Portes de Taverny, Art de Vivre à Eragny, Cora à Ermont, Ikea à Franconville et Gonesse (ce dernier a fermé alors qu'il n'était pas listé), le centre commercial Carrefour à Saint-Brice, Usine Center à Gonesse (28 000 m2), les Flanades et My Place à Sarcelles.

Quai des Marques, à Franconville, est toutefois resté ouvert ce dimanche. Le centre passerait juste sous la barre des 20 000 m2 au-delà de laquelle la fermeture est inévitable.

« Nous avons dû expliquer la situation à deux ou trois boutiques du centre commercial Carrefour Saint-Brice, deux autres aux Flanades, qui ont essayé d'ouvrir. Nous avons aussi précisé la situation à Usine Center à Gonesse. Hormis cela, le contrôle s'est déroulé sans accroc, confie le commissaire Laissy. La démarche était avant tout pédagogique et personne n'a été verbalisé. »

« Des contrôles renforcés »

Pour les commerces qui vont rester ouverts, le respect de la jauge maximum de clients dans l'établissement continue de faire l'objet de contrôles. Samedi après-midi, le préfet du Val-d'Oise l'a lui-même vérifié avec les services de police à la Patte-d'Oie d'Herblay, au niveau du mail des Copistes. Un haut-lieu de la consommation qui présentait samedi après-midi le visage habituel de parkings et d'axes routiers saturés.

« C'est aux commerçants de tout mettre en œuvre pour respecter la jauge, c'est de leur responsabilité », souligne Amaury de Saint-Quentin, en rentrant dans le Décathlon d'Herblay, un établissement qui s'affiche comme « le plus grand magasin de sport d'Ile-de-France ».

« Comment effectuez-vous le contrôle de la jauge ? Comment savez-vous qu'il n'y a pas trop de clients ? » La question posée au responsable de l'exploitation est directe. « Nous avons des capteurs aux portes qui comptent les clients qui entrent et qui sortent, répond celui-ci. Nous pouvons consulter à tout moment l'application qui relève les chiffres pour vérifier. Nous connaissons en temps réel le nombre de clients dans le magasin. »

« Nous avons la chance de pouvoir ouvrir. Nous n'allons pas jouer avec le feu ! »

Avec ses 8 000 m2 de surface de vente, le Décathlon Herblay, était autorisé à accueillir un maximum de 1 000 personnes ce samedi. La jauge mise en place depuis ce dimanche dans le cadre de la crise sanitaire passant de 8 m2 à 10 m2 par client, pour les commerces de plus de 400 m2. La jauge réduite à 800 personnes ne devrait pas pénaliser le magasin. Le responsable montre les graphiques de son ordinateur qui relève la présence de 253 clients à 16 heures, 237 à 16h25.

Newsletter L'essentiel du 95
Un tour de l'actualité du Val-d'Oise et de l'IDF
Toutes les newsletters

« Nous avons la chance de pouvoir ouvrir. Nous n'allons pas jouer avec le feu ! » « Mais si vous dépassez la jauge ? » demande encore le préfet. « Nous régulons à l'entrée » assure le responsable d'exploitation qui précise : « Lors du pic d'activité, l'été, nous tournons autour de 700 à 800 personnes au maximum. Nous avons pu être surpris lors du premier confinement au mois de mai, notamment au niveau de l'activité vélo. Nous avons mis en place des files d'attente. »

Dans le mail des copistes les autres magasins affichent clairement la jauge à l'entrée. Comme Courir devant lequel les clients font sagement la queue en attendant que les places se libèrent.

D'autres contrôles ont été menés dans le Val-d'Oise, notamment à Argenteuil, au centre commercial Côté Seine, et Sarcelles, ainsi qu'en zone gendarmerie.

« Je suis hallucinée, personne ne fait attention »

« On se sentira mieux quand nous serons tous vaccinés », confie un client d'Herblay qui comprend la nécessité des nouvelles mesures gouvernementales. « J'ai un avis partagé. Dans un sens, c'est bien. Cela permet de limiter la propagation du virus », prolonge Sofiane, qui vient de quitter Leroy Merlin, à proximité. « A l'intérieur on est un peu les uns sur les autres quand même. Malheureusement, les règles de distanciation ne sont pas respectées. Pour l'économie, c'est autre chose. Quoique pour le e-commerce, dans lequel je travaille, c'est un avantage… » confie-t-il, ajoutant revenir d'Ikea Franconville où les clients, selon lui, se serrent beaucoup dans les rayons et aux caisses.

Parmi eux, Martine, venue de Boulogne (Hauts-de-Seine) acheter un canapé pour sa mère âgée. Sur le parking d'Ikea, elle confirme et trouve les mesures justifiées : « Je suis hallucinée ! Il y a beaucoup de monde et personne ne fait attention. La distance n'est pas respectée. »

« Il faut que tout le monde ait conscience que si les mesures sanitaires sont respectées par tout le monde, on devrait pouvoir éviter un nouveau confinement », souligne le directeur de cabinet du préfet au cours de l'intervention qui se déroule avec la présence de policiers, qui estime nécessaires les contrôles : « Il faut éviter que le comportement de certains pénalise toute la collectivité. »

14 PV pour non-port du masque et 43 autres pour non-respect du couvre-feu

Policiers et gendarmes se sont déployés pour faire respecter le couvre-feu. Samedi, 481 contrôles ont été ainsi menés par les forces de l'ordre qui ont constaté 14 infractions pour le non-port du masque, 43 pour le non-respect du couvre-feu. Par ailleurs 31 établissements recevant du public ont reçu la visite des forces de l'ordre. Dimanche soir, une quinzaine de points de contrôle étaient programmés sur le Val-d'Oise pour vérifier le respect du couvre-feu à partir de 18 heures.