«C’est une victoire !» : à Argenteuil, Lidl renonce à son projet sur la butte d’Orgemont

Les riverains étaient vent debout contre ce magasin qui devait être construit en bordure d’un des plus grands espaces verts de la ville.

 Argenteuil, mercredi 7 octobre. Sur ce terrain (appelé la friche Sifru), situé à l’angle de la rue du Clos-des-Moines et l’avenue de Stalingrad, la végétation s’est largement développée.
Argenteuil, mercredi 7 octobre. Sur ce terrain (appelé la friche Sifru), situé à l’angle de la rue du Clos-des-Moines et l’avenue de Stalingrad, la végétation s’est largement développée. LP/Thibault Chaffotte

C'est la fin d'un feuilleton. L'entreprise Lidl renonce à son projet de construction d'un magasin au pied de la butte d'Orgemont, le long de l'avenue de Stalingrad. Le maire (LR) d'Argenteuil l'a annoncé lors du dernier conseil municipal. Il s'agissait d'un projet contesté par des riverains et auquel la municipalité s'est opposée.

Le projet avait été découvert tardivement en mars 2019 par un groupe d'habitants du quartier quand ils avaient aperçu sur place le panneau du permis de construire. Lidl prévoyait de construire un bâtiment de 2300 m² et un parking de 7000 m² sur un terrain de 2,2 hectares, qui a jadis accueilli des activités industrielles liées à l'exploitation du plâtre. La végétation s'y est largement développée.

Heureux d’annoncer en préambule de ce Conseil que le Groupe Lidl a décidé de retirer son projet d’implantation sur le terrain dit Sifru,au pied de la butte d’Orgemont.

Posted by Georges Mothron on Tuesday, October 6, 2020

Une réunion de présentation avait eu lieu fin mars 2019 à la maison de quartier Joliot-Curie, dans un contexte préélectoral. Les riverains avaient été unanimes pour exprimer leur volonté de préserver la nature sur ce terrain. La butte d'Orgemont avait été précédemment aménagée sur 80 hectares par l'Agence régionale des espaces verts en 2016, ce qui avait consacré son rôle de poumon vert de la ville. Certaines voix s'étaient aussi émues de la concurrence qu'aurait aussi à subir l'Intermarché du quartier.

Le Collectif de défense de la butte d'Orgemont, aussitôt constitué, avait adressé un recours gracieux contre le permis de construire à la municipalité. Le maire (LR), Georges Mothron, avait alors décidé d'y donner suite en retirant le permis de construire. Il s'appuyait sur l'absence d'étude d'impact alors que celle-ci était rendue nécessaire par la présence d'un parking de plus de 50 places dans le projet.

Protéger une espèce rare de crapaud

La préservation d'une espèce rare, le crapaud calamite, faisait aussi partie des arguments employés. Naturellement, Lidl avait contesté cette décision devant les tribunaux et la justice aurait dû trancher ce litige si l'enseigne de hard discount était allée au bout de son projet.

C'est une grande victoire!!! Lidl retire son projet sur la friche Sifru!!! Le maire tente de récupérer la bataille pour...

Posted by Marine Chailloux on Tuesday, October 6, 2020

« C'est une victoire car tout le monde nous disait que c'était perdu d'avance, estime Marine Chailloux, porte-parole du Collectif de défense de la butte d'Orgemont. Mais la suite, c'est l'avenir de la friche. » Pour le moment, le terrain est toujours classé en zone d'activité économique. La municipalité explique avoir fait ce choix dans le passé quand l'urbanisation du quartier battait son plein pour la soustraire aux appétits des constructeurs de logements. L'idée de l'époque était d'en faire une jardinerie.

Parmi les projets évoqués par la mairie : une ferme pédagogique

Aujourd'hui, la majorité municipale y verrait bien une ferme pédagogique ou une activité qui « corresponde au cadre environnemental ». Mais pour ça, il faudrait convaincre le propriétaire de céder le terrain. « Il appartient à une foncière privée américaine qui demande un prix très important. C'est un problème qui s'est posé à toutes les municipalités », confie l'entourage du maire. Le coût de l'acquisition a découragé l'agence régionale des espaces verts qui possède la butte d'Orgemont de l'acquérir. L'intercommunalité a lancé une enquête afin de geler les dépôts de permis de construire et réfléchir à l'usage de cette zone élargie. Une fois achevée, elle devait permettre d'éclairer les choix des élus.

Contacté, Lidl a refusé de répondre à nos questions concernant les raisons de l'abandon de ce projet.