Auvers-sur-Oise : qui s’acharne sur la ferme des Vallées ?

Le distributeur installé devant l’exploitation spécialisée dans la volaille est parti en fumée ce week-end. Un nouveau coup dur pour la ferme qui avait presque entièrement brûlé l’an dernier.

 Le distributeur de volailles, œufs et autres produits de la ferme des Vallées a été entièrement détruit dans un incendie.
Le distributeur de volailles, œufs et autres produits de la ferme des Vallées a été entièrement détruit dans un incendie. LP/Marie Persidat

« Deux fois, cela commence à faire beaucoup… » Dès ce lundi, la ferme de Vallées s'est organisée pour continuer à pouvoir servir ses clients habituels. Mais la pilule est dure à avaler : un nouvel incendie a touché le site spécialisé dans la volaille ce week-end, un peu plus d'un an seulement après le terrible sinistre qui avait dévasté l'exploitation située sur les hauteurs d'Auvers-sur-Oise.

Cette fois-ci, c'est le distributeur automatique qui est parti en fumée, dans la nuit de samedi à dimanche. Sur place, au milieu du verre brisé, se dresse la carcasse calcinée des 160 casiers habituellement remplis de poulets et autres produits de ferme. De la petite construction en bois qui protégeait la machine, il ne reste absolument rien. Le feu a grignoté la haie de conifères, s'arrêtant finalement au milieu de l'un des arbustes. « C'est la pluie qui nous a sauvés », pensent les membres de la famille Brard en contemplant le triste spectacle.

Plus de 100 000 euros de dégâts

Par chance, les flammes ne se sont pas propagées à la ferme elle-même, dans laquelle se trouvent actuellement quelque 3500 animaux. À l'approche des fêtes de fin d'année en effet, oies et chapons viennent grossir les rangs des traditionnels poulets élevés à Auvers-sur-Oise.

Malgré tout les dégâts restent importants. « J'ai trouvé le distributeur détruit en venant chercher le camion que j'utilise pour les marchés dimanche matin », raconte Philippe Brard. « Il y en avait pour plus de 100 000 € entre la machine, le chalet et bois et la dalle de béton. » La gendarmerie, qui s'est déplacée sur place, ne fait pour le moment pas de commentaire mais a déjà commencé à enquêter.

« Je pense que c'est criminel »

Inquiet, l'agriculteur lui n'a pas de doute sur l'origine du feu. « Je pense que c'est criminel », lance-t-il. L'éleveur ne croit pas du tout à un éventuel problème électrique, l'installation étant régulièrement entretenue par des professionnels. « Mais j'ai vérifié, le détecteur de présence s'est déclenché à 2h50 du matin… »

La ferme des Vallées n'avait pourtant pas encore fini de panser ses plaies, suite à l'incendie qui l'avait en grande partie détruite dans la nuit du 13 au 14 août 2019. À l'époque, 200 volailles avaient péri et une grande partie des infrastructures et du matériel de l'exploitation était partie en fumée. Le feu s'étant propagé partout, il avait fallu plus d'une cinquantaine de pompiers et onze engins pour maîtriser le sinistre. Si l'origine criminelle du foyer ne semble guère faire de doute (deux départs de feux, un dans le tracteur et un dans un camion, ayant à l'époque été repérés), aucune piste n'a mené aux auteurs.

Grâce à une détermination sans faille et à une grande chaîne de solidarité, la ferme - propriété de la famille Brard depuis 1973 - avait réussi malgré tout à remonter la pente.

La famille Brard a remplacé son distributeur calciné par l’un de ses camions de vente ambulante afin de continuer à approvisionner ses nombreux clients. LP/Marie Persidat
La famille Brard a remplacé son distributeur calciné par l’un de ses camions de vente ambulante afin de continuer à approvisionner ses nombreux clients. LP/Marie Persidat  

Les assurances ont finalement dédommagé l'entreprise en juin dernier. Depuis le mois de juillet, un nouveau bâtiment a commencé à sortir de terre pour remplacer ceux qui ont été détruits. « En termes de vente, nous avons rattrapé notre niveau d'avant l'incendie », détaille Philippe Brard. « Mais en ce qui concerne l'outil de production, nous travaillons encore de façon précaire. Tout prend plus de temps. »

La famille s'organise pour maintenir ce circuit de vente

La ferme des Vallées emploie une dizaine de personnes et c'est via le distributeur qu'elle écoulait environ un tiers de ses produits. Installé depuis 2013, l'équipement avait été renforcé en 2016 pour pouvoir répondre à la demande. Pas question pour l'entreprise, de renoncer à ce circuit de vente. « Cela va être compliqué mais il va falloir s'organiser. D'autant que la période des fêtes de fin d'année représente notre plus gros chiffre d'affaires. » Dès ce lundi, l'un des camions d'ordinaire utilisé pour les marchés a remplacé le distributeur. Grâce au véhicule, la vente sera maintenue tous les jours de 9 heures à 20 heures. Lorsque le camion sera appelé ailleurs pour un marché, la boutique à la ferme prendra le relais en étendant ses plages d'ouverture.

L'exploitation possède un autre distributeur, de taille plus modeste, en centre-ville près du marché proposant des œufs. La machine a déjà été vandalisée deux fois depuis son installation.