Argenteuil : les bords de Seine accessibles un jour aux piétons et cyclistes ?

Des élus d’opposition réclament qu’un passage soit aménagé aux abords du port à sable. C’est ce que prévoyait la convention d’occupation de l’entreprise qui l’exploite.

 Argenteuil. Le port à sable, situé en bords de Seine, est exploité par la société Fayolle.
Argenteuil. Le port à sable, situé en bords de Seine, est exploité par la société Fayolle. LP/Thibault Chaffotte

Quand les Argenteuillais pourront-ils accéder à la Seine? Les municipalités successives ont tenté d'apporter chacune une réponse à cette question, sans parvenir jusqu'ici à réaliser ce vieux rêve. Il y a quelques jours, c'est le groupe d'opposition Argenteuil solidaire et écologique (PCF et LFI) qui a interpellé la majorité sur ce sujet. Dans une lettre ouverte, les trois conseillers municipaux demandent que la mairie fasse aménager un passage pour piétons et cyclistes le long du port à sable.

Situé au bord de la Seine, ce site industriel appartient à Port de Paris et est exploité par la société Fayolle. C'est à cet endroit, tout près des piles du viaduc de Gennevilliers, que s'arrête un chemin de plusieurs kilomètres qui va jusqu'à l'embouchure du canal de Saint-Denis. Impossible d'aller plus loin quand on vient d'Épinay-sur-Seine, il faut quitter les bords de Seine par la rue Claude-Monet. Quant au reste des berges argenteuillaises, il est occupé par la D 911 jusqu'au pont de Bezons.

« Nous déplorons cette quasi-spoliation de l'espace public »

Les trois élus d'opposition citent un passage de la convention d'occupation passée avec la mairie et Port de Paris en 2013. « La Ville d'Argenteuil souhaite en conséquence que des échanges fonciers aient lieu avec la société Fayolle pour parvenir à un aménagement des abords du site satisfaisant et prendra toute disposition pour maîtriser le foncier permettant de réaliser des cheminements doux », indique le préambule de la convention. « Nous déplorons cette quasi-spoliation de l'espace public, trop longtemps tolérée », écrivent les élus.

« On est bien en discussion avec la société Fayolle pour établir un passage piéton et vélo, indique la mairie. Il faut qu'on arrive à avoir un accord. » Ces discussions auraient commencé à la fin de l'été.

« Le port à sable est un obstacle puisqu'il coupe la continuité avec Épinay », reconnaît la municipalité. Elle indique en outre que le camp de Roms qui s'est installé au pied des piles du viaduc de Gennevilliers doit être démantelé prochainement. Une enquête sociale est en cours auprès des familles qui le composent. Une évacuation devrait intervenir par la suite. La mairie prévoit aussi de débarrasser les déchets accumulés par les Roms qui ramassent de la ferraille.

Interrogée à ce sujet la société Fayolle indique avoir pour principe de ne jamais s'exprimer dans la presse.