Argenteuil : ArgenTri a besoin d’un local pour concrétiser son projet de recyclerie

Récupérer des objets usagés pour leur donner une seconde vie en les vendant à moindre coût et créer à plus long terme des emplois, c’est le projet de l’association ArgenTri. Pour démarrer son activité, il lui manque un local.

 Illustration. Une recyclerie est un lieu où on peut déposer des objets dont on ne se sert plus et qui peuvent être revendus à petit prix.
Illustration. Une recyclerie est un lieu où on peut déposer des objets dont on ne se sert plus et qui peuvent être revendus à petit prix. LP/Cécile Chevallier

C'est un projet qui suscite d'ores et déjà beaucoup d'enthousiasme. L'association ArgenTri, créée cet été, souhaite créer une recyclerie à Argenteuil. « Une recyclerie, c'est un lieu où on collecte tout type d'objets dont veulent se débarrasser les particuliers. La recyclerie les trie, les nettoie, les répare éventuellement et les remet en vente à prix solidaire », explique Sandra Touchaud, cofondatrice d'ArgenTri.

Le premier objectif vise à réduire le volume des ordures ménagères. « A Argenteuil, chaque habitant met aux encombrants 34 kg de déchets par an », souligne Sandra Touchaud. Beaucoup parmi ceux-là pourraient trouver une deuxième vie s'ils étaient récupérés.

A long terme, créer des emplois

Cette recyclerie a aussi un but social. « Grâce à elle, les gens pourraient s'équiper à des prix dérisoires », rappelle-t-elle. Le troisième objectif est de créer des emplois. « Et pourquoi pas créer un chantier d'insertion à plus long terme car il faut s'entourer d'une équipe avec un savoir-faire. »

Ce projet est né il y a environ un an quand un groupe d'Argenteuillais s'est réuni pour la première fois au Café Smile. Les réunions de travail se sont poursuivies toute l'année et en août l'association a été créée. Elle compte une trentaine de membres. Pour mettre au point le projet, le collectif s'est renseigné sur le fonctionnement d'autres recycleries, dont celle de l'association Imaj à Villiers-le-Bel.

Des contacts ont été pris auprès des institutions locales. L'association a rencontré les élus de la municipalité, la députée Fiona Lazaar (NI), le Syndicat Azur, AB habitat. « Aujourd'hui, notre projet est bien ficelé mais le point bloquant, c'est qu'on a besoin d'un local », indique Sandra Touchaud.

Des sites en passe d'être identifiés

« C'est un projet qui intéresse la ville. On espère le voir aboutir, précise la municipalité. Ils ont des contraintes assez importantes car ils cherchent une grande surface et un loyer le plus modéré possible. » La mairie précise être en train d'identifier des lieux qui pourraient accueillir la recyclerie.

En attendant de trouver ce local, l'association dispose déjà d'un petit espace où elle a commencé à récupérer des objets. « On espère pouvoir commencer très bientôt des collectes ponctuelles en pied d'immeuble sur des objets spécifiques comme les jouets », indique Sandra Touchaud. Beaucoup d'habitants attendent aussi avec impatience que l'association se lance pour de bon. « Au forum des associations, plus d'une centaine de personnes sont passées nous voir pour nous dire qu'elles étaient intéressées », précise Sandra Touchaud.