Tennis : Djokovic a sévèrement valsé à Vienne

En quart de finale face à l’Italien Sonego, le numéro un mondial a subi sa pire défaite au meilleur des trois manches (6-2, 6-1) en 17 ans de carrière. Le Serbe avait la tête ailleurs...

 Novak Djokovic ne veut pas voir ça. Le tableau d’affichage a pourtant été sans pitié pour le Serbe, balayé par l’Italien Sonego.
Novak Djokovic ne veut pas voir ça. Le tableau d’affichage a pourtant été sans pitié pour le Serbe, balayé par l’Italien Sonego. Reuters/Lisi Niesner

Novak Djokovic ne s'en était pas caché. Le Serbe avait choisi de passer la semaine à l'ATP 500 de Vienne pour asseoir son statut de numéro un mondial et voler vers le record de semaines sur le trône de Roger Federer (310), qu'il devrait dépasser au printemps prochain.

Sauf que le Djoker s'est pris un sacré râteau en quart de finale face à l'Italien Sonego, 42e mondial et lucky loser en Autriche. Le Turinois, qui n'avait jamais battu de top 10 en trois tentatives, a signé l'exploit de sa carrière en infligeant à l'homme aux 17 Grands Chelems sa plus grosse raclée (6-2, 6-1 en 1h08) en 17 ans de circuit.

A égalité avec une correction donnée par Safin à l'Open d'Australie 2005 (6-0, 6-2, 6-1). Mais, à cette époque, on était loin de l'insubmersible Novak Djokovic, qui n'avait perdu que deux matchs sur trente-neuf cette saison. Le premier avec cette improbable disqualification pour jet de balle en 8e de finale de l'US Open, le second face à l'extra-terrien Rafael Nadal en finale de Roland-Garros.

«J'espère finir fort à Londres»

L'œil hagard, l'air ailleurs, le tenant du titre du Rolex Paris Masters, qu'il a décidé de zapper cette année, avait juste envie que le calvaire se termine, à l'image d'un dernier jeu de service bâclé. Sur le court, Djokovic n'a fait part d'aucun problème physique.

Mentalement, en revanche, le protégé de Marian Vajda a semblé totalement vidé après sa victoire au tour précédent face au Croate Coric, qui lui assure la quasi-certitude de terminer l'année sur le trône pour la sixième fois et devenir l'égal de Pete Sampras.

« J'étais venu avec l'intention de sécuriser ma place de numéro un en fin d'année et cela m'a perturbé, a-t-il expliqué. J'ai fait ce pour quoi j'étais ici et je repars parfaitement tranquille. C'est une bénédiction de savoir que je vais retrouver les miens. Je suis en bonne santé et j'espère finir fort à Londres. »

Le dernier Masters dans la capitale britannique aura lieu du 15 au 22 novembre. Djokovic a remporté cinq fois le rendez-vous des Maîtres, mais son dernier succès remonte à 2015…