Rolex Paris Masters : on n’arrête plus Ugo Humbert

Le n°34 mondial s’est qualifié ce jeudi pour les quarts de finale en dominant Marin Cilic en trois sets. Il affrontera Milos Raonic vendredi…

 Qualifié pour les quarts de finale, Ugo Humbert a les moyens de viser plus haut…
Qualifié pour les quarts de finale, Ugo Humbert a les moyens de viser plus haut… REUTERS/Gonzalo Fuentes

La fatigue, quelle fatigue? Deux jours après son marathon victorieux contre le Grec Tsitsipas, Ugo Humbert, 22 ans et 34e mondial, était encore assez frais pour dominer Marin Cilic (6-3, 6-7 (4), 6-3 en 2h24). « Je ne suis pas surpris mais ça n'a pas été facile, souffle-t-il, un brin entamé. Physiquement, les deux premiers matchs ont laissé des traces. Mais j'ai su trouver les ressources au fond de moi, tout va bien et je suis content d'être là. »

Après avoir réussi le break dès le premier jeu de service du géant croate et mené 3-0, le gaucher messin, souvent pris de vitesse, s'est vite retrouvé à 3-3, avantage Cilic.

Et c'est là qu'on voit ce que peut faire un joueur en pleine confiance. En trois aces d'affilée, le n°3 français s'est remis dans le sens de la marche… avant de breaker de nouveau sur sa troisième opportunité au jeu suivant. Les traits pourtant tirés sous la casquette, le Lorrain n'a pas tremblé pour conclure la manche.

Une série de huit victoires…

Au deuxième set, malgré une baisse légitime d'intensité et d'engagement physique, Humbert a tenu le choc, sauvant notamment une balle de break à 4-3 pour arriver jusqu'au tie-break, un exercice qu'il affectionne. Mais une double faute à 3 points partout et quelques erreurs inhabituelles dans le money time ont fait baisser ses statistiques récentes (il avait remporté huit de ses neuf derniers jeux décisifs dont trois sur quatre depuis le début de la semaine) et remis en selle le lauréat de l'US Open 2014.

Sur un fil, le Tricolore a dû de nouveau écarter une balle de break dès l'entame de la dernière manche. Mais la fortune sourit aux audacieux et aux pugnaces. Grâce à un revers let à 3-2, il s'est offert trois balles de break qu'il n'a pas laissé passer… Totalement relâché, limite décontracté, le Messin est resté solide sur ses deux dernières mises en jeu. « Les jambes ne suivaient pas mais je me suis dit vas-y, lâche tes coups », résume-t-il.

Humbert, qui assure un statut de tête de série au prochain Open d'Australie, vient désormais d'enchaîner huit victoires de rang (avec les cinq de son titre à Anvers). Vendredi, pour son premier quart de finale en Masters 1000, le nouveau pensionnaire de la All In Academy affrontera le Canadien Milos Raonic, facile vainqueur du qualifié américain Giron (7-6 (1), 6-2). Avec un beau coup à jouer…

« Milos a de très bons résultats depuis la reprise et c'est un gros serveur. Je vais essayer de bien récupérer, anticipe-t-il. Je vis au jour le jour cette semaine. Je suis très fort mentalement depuis un mois. Je vais essayer de tout donner comme depuis le début. Je me fais confiance, je ne me mets pas de pression, je me dis que ce n'est pas une fin en soi… »