Roland-Garros : suspicion de pari illégal sur un match de double féminin

La justice a ouvert une enquête sur une rencontre de double féminin du 1er tour du tournoi parisien autour duquel des paris suspects auraient été enregistrés.

 Les soupçons portent sur le match qui a opposé Andreea Mitu et Patricia Maria Tig à Madison Brengle et Yana Sizikov.
Les soupçons portent sur le match qui a opposé Andreea Mitu et Patricia Maria Tig à Madison Brengle et Yana Sizikov. LP/Guillaume Georges

C'est une affaire dont se serait bien passé le tournoi. Déjà perturbé par la crise sanitaire du Covid-19, Roland-Garros pourrait être victime d'un autre mal. Selon les informations du journal allemand Die Welt, une enquête du Service central des courses et jeux (SCCJ) de la police judiciaire serait en cours concernant un match de double féminin du 1er tour opposant les Roumaines Andreea Mitu et Patricia Maria Tig à la paire russo-américaine composée de Yana Sizikov et Madison Brengle.

Si les Roumaines, favorites, l'ont logiquement emporté (7-6, 6-4), les soupçons portent sur le cinquième jeu du deuxième set. Selon plusieurs sources, d'importantes sommes ont en effet été misées chez plusieurs opérateurs de paris, dans différents pays, sur le gain de ce jeu par les joueuses roumaines. Ces dernières ont remporté un jeu blanc, bien aidées par leur adversaire Yana Sizikova qui a commis deux doubles fautes lors de ce jeu.

Selon les informations du journal L'Equipe (article réservé aux abonnés), les soupçons portent principalement sur la joueuse russe. Les sommes misées atteignent plusieurs centaines de milliers d'euros. Interrogée par le quotidien sportif, Elsa Trochet-Macé, directrice de la communication de l'Autorité nationale des jeux (ANJ), a indiqué que l'organisme n'avait « pas relevé de paris atypiques en France sur ce match ».

Mardi, le parquet de Paris a confirmé qu'une enquête pour « escroquerie en bande organisée » et pour « corruption sportive active et passive » a été ouverte le 1er octobre.