AbonnésSportsTennis

Roland-Garros : l’épatant Hugo Gaston prend date pour l’avenir

Le gaucher toulousain, 239e mondial, a frôlé l’exploit en poussant Dominic Thiem, 3e à l’ATP, à batailler en cinq sets ce dimanche pour se qualifier en quarts. Il aura fait vibrer le public du Central et offert une lueur d’espoir au tennis français.

 Au terme d’un improbable et indécis combat de cinq sets (6-4, 6-4, 5-7, 3-6, 6-3), Dominic Thiem est finalement venu à bout d’Hugo Gaston, l’invité surprise tricolore.
Au terme d’un improbable et indécis combat de cinq sets (6-4, 6-4, 5-7, 3-6, 6-3), Dominic Thiem est finalement venu à bout d’Hugo Gaston, l’invité surprise tricolore. LP/Arnaud Journois

Il est 20h17. Debout, le millier de spectateurs du Central crie son admiration et applaudit à tout rompre la sortie du Central d'Hugo Gaston. Assis sur sa chaise, Dominic Thiem lève le pouce pour saluer le gladiateur français. Au terme d'un improbable et indécis combat de cinq sets (6-4, 6-4, 5-7, 3-6, 6-3) et plus de 3h30, le n°3 mondial est finalement venu à bout de l'invité surprise tricolore. « Cela fait très longtemps que je n'avais pas vu un joueur avec autant de toucher, glisse l'Autrichien, qui reste sur deux demi-finales et deux finales à Paris. Je suis chanceux d'avoir gagné. Ses amorties semblent venir d'une autre planète (NDLR : il en a tenté 55!). S'il continue comme ça, il sera un très, très grand et comblera ce stade de bonheur à l'avenir. »

Déjà auteur d'une performance majuscule en terrassant Stan Wawrinka au tour précédent avec une roue de bicyclette dans la dernière manche, le gaucher toulousain, 20 ans et 239e joueur mondial, a fait trembler jusqu'au bout le vainqueur du dernier US Open. Proche d'un exploit hystérique. Qui aurait pu croire à une telle résistance en étant mené deux sets à rien?

Le toit refermé du court Philippe-Chatrier cachait peut-être le ciel, mais une étoile est née ce dimanche soir… « Ce n'est pas passé loin, souffle le perdant magnifique du jour. Il y a un peu de déception mais beaucoup de fierté. Je n'ai pas de regret car je sors la tête haute. Voir qu'on tient pendant longtemps contre des joueurs comme ça, ça donne envie… »

«Je vais m'entraîner pour être encore plus fort»

Le joueur de Blagnac manie la raquette comme un pinceau. Avec finesse, justesse et tout ce qu'il faut d'inspiration. Semblant comme par magie être toujours placé au bon endroit du chevalet. Recalé de l'INSEP et d'une possible entrée au Centre national d'entraînement (CNE) de la fédération française à cause de son modeste gabarit (1,73 m), Gaston montre que la taille ne fait pas forcément la grandeur du bonhomme.

LIRE AUSSI > Au tennis club de Blagnac, on a vibré pour Gaston, l'enfant du pays

Le médaillé d'or des derniers JO de la Jeunesse compense par son mental et surtout un gros travail physique. Avant sa rafraîchissante épopée parisienne, il n'avait encore jamais disputé de matchs en cinq sets. Fort d'une préparation intensive dans les jours précédant le tournoi, il en a enchaîné deux en deux jours. Capable de courir encore des heures. Galvanisé par le soutien de tribunes qu'il découvrait et qui venaient à peine de le découvrir.

« Ils m'ont aidé, poussé, raconte-t-il. Jouer contre des grands sur de grands courts, il n'y a que ça pour donner un maximum d'expérience. » En ce début d'automne, la France s'est découvert un incroyable talent. Vivement le printemps prochain pour remettre ça ! « Maintenant, je vais profiter, savourer et repartir sur des Challengers parce que c'est mon circuit, sourit-il. L'objectif est d'entrer le plus vite possible dans le Top 100 (NDLR : il va monter autour de la 160e place). Je vais m'entraîner pour être encore plus fort. J'espère que l'année prochaine je serai dans le tableau à Roland-Garros sans invitation… »