Roland-Garros : «Ça devient ridicule !», Azarenka quitte le court à cause de la météo

Victoria Azarenka, finaliste du dernier US Open, a carrément quitté le court Suzanne-Lenglen pour protester contre les conditions de jeu.

 « Je ne vais pas rester assise là, à devenir gelée », a lancé Victoria Azarenka aux officiels alors qu’elle était opposée, sous la pluie, sur le court Suzanne-Lenglen, à la Monténégrine Kovinic.
« Je ne vais pas rester assise là, à devenir gelée », a lancé Victoria Azarenka aux officiels alors qu’elle était opposée, sous la pluie, sur le court Suzanne-Lenglen, à la Monténégrine Kovinic. AFP/Thomas Samson

Cela ne pouvait pas mieux commencer… Il n'aura pas fallu attendre bien longtemps pour voir les joueurs se plaindre des conditions de jeu dans ce Roland-Garros covidesque. Pendant que le Belge Goffin et l'Italien Skinner ouvraient officiellement les débats sous le toit du court Philippe-Chatrier, une première dans l'histoire du tournoi, les autres matchs ont été lancés sur les courts « extérieurs » dans la bruine et le vent.

Et certain(e) s n'ont guère apprécié de se voir proposer un bain de boue matinal. Sur le court Suzanne-Lenglen, Victoria Azarenka, finaliste du dernier US Open, a même pris les choses en main en allant dire vertement aux officiels qu'il était hors de question qu'elle et son adversaire, la Monténégrine Kovinic, courent le moindre risque.

« Ça devient un peu ridicule ! »

« Vous plaisantez les gars, a lancé la Biélorusse, vous ne voyez pas ce qui se passe ? Qu'est-ce qu'on fait là ? Je ne me plains pas mais ça devient un peu ridicule ! Je ne vais pas rester assise là, à devenir gelée. » Résultat, match interrompu pendant… une grosse heure.

Même spectacle à l'autre bout du site sur le court Simonne-Mathieu où la Belge Mertens et la Russe Gasparyan, en legging et sweat à manches longues, ont dû insister pour retarder d'environ 45 minutes le début de leur match… avant d'exiger une interruption dès le 3e jeu après plusieurs glissades non contrôlées sur une surface aux allures de patinoire avec ses lignes lisses.

Roland-Garros : «Ça devient ridicule !», Azarenka quitte le court à cause de la météo

Pas de révolte sur les sept autres annexes concernées par des matchs officiels. Et une mention spéciale à l'Australienne Sharma, capable de jouer en jupette et débardeur moulant sur le n°10. Mais que certain(e) s ont de la chance de pouvoir goûter au nouveau toit…