XV de France : contaminations en série, le match contre l’Ecosse menacé

À une semaine de la suite du Tournoi des Six Nations, deux titulaires (Haouas et Villière) et un membre du staff (Gheza), testés positifs au Covid-19, s’ajoutent à la liste des contaminés (Galthié, Servat, Dupont).

 Antoine Dupont et Mohamed Haouas ont contracté le Covid-19.
Antoine Dupont et Mohamed Haouas ont contracté le Covid-19.  AFP

Lundi 15 février, le XV de France, mené par Fabien Galthié, a entamé une nouvelle semaine de préparation d'un Tournoi des Six Nations rondement mené : deux victoires en autant de déplacements ( Italie, Irlande) et une première place au classement. Mais depuis le mardi 16 février, le ciel bleu s'est sérieusement assombri au-dessus du centre national de rugby, à Marcoussis, et le rendez-vous dominical contre le XV du Chardon semble compromis.

La bulle sanitaire, censée protéger les Bleus en cette période de pandémie mondiale depuis leur arrivée en stage à Nice le 26 janvier, a éclaté en une poignée de jours. Chaque jour apporte son lot de nouveaux contaminés : Mohamed Haouas, Gabin Villière et le coentraîneur des avants Karim Ghezal sont venus gonfler ce samedi une liste déjà composée de Fabien Galthié, William Servat et Antoine Dupont, contrôlés positifs au Covid-19 dans la semaine pour les deux membres du staff et avant-hier pour le demi de mêlée.

La dernière salve de tests effectués vendredi a rendu son verdict pour 29 autres joueurs de l'effectif : négatif. Les Bleus risquent de transpirer cette semaine, et pas qu'à cause des entraînements à haute intensité : ils seront testés ce dimanche soir dès leur retour à Marcoussis, puis tous les deux jours, et les résultats pourraient encore contraindre l'encadrement du XV de France à couper dans les forces vives.

Antoine Dupont asymptomatique, selon la FFR

Pour anticiper ce risque, la Fédération française de rugby dévoilera ce dimanche une nouvelle liste de 31 joueurs chargés de s'entraîner en vue de se venger de l'Ecosse, seule équipe venue à bout des « coqs » français lors du Tournoi 2020. Il serait très surprenant de retrouver dans cette liste les « Covidés ».

En théorie, si tous les joueurs sont asymptomatiques, comme c'est le cas pour Antoine Dupont d'après la Fédération française de rugby, leur isolement sera levé au bout de sept jours, soit la veille de France-Ecosse (16 heures) : le timing paraît compliqué d'autant que les règles sur l'isolement se corsent à partir de lundi avec désormais une période de dix jours à respecter.

Dans ces conditions, comment préparer convenablement un match charnière du Tournoi ? Comment Fabien Galthié, qui s'est voulu rassurant sur son état de santé après son test positif, va-t-il organiser les entraînements alors que son staff est amputé de trois éléments ?

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

De nombreuses interrogations restent en suspens et la tenue du match pose question tant le risque d'un « cluster » paraît possible. Rare satisfaction au milieu de cette accumulation de mauvaises nouvelles : les joueurs du XV de France, qui ont fréquenté à l'entraînement un membre de l'équipe de France à 7 testé positif au Covid-19, ne sont pas considérés comme cas contact. « Sur des critères médicaux, il a été décidé que ce cas de figure ne déclenchait pas la désignation des joueurs comme cas contact », a précisé le communiqué de la FFR, après réunion du Comité médical.

La colère de Patrice Collazo

« Cas contact », deux mots à l'origine d'un imbroglio entre l'équipe de France et Toulon. Convoqué dans le premier groupe de 31 joueurs, Swan Rebbadj, deuxième ligne du RCT, est annoncé « cas contact » par la FFR après des cas de Covid dans son club. Une information contredite dans la foulée par le club varois. Résultat : le joueur de 26 ans a joué 80 minutes ce samedi soir en Top 14 à Pau et se présentera ce dimanche au rassemblement des Bleus. Mais l'entraîneur toulonnais Patrice Collazo n'a pas du tout apprécié l'épisode. « C'est aberrant et même anormal », a tancé le technicien visant la communication de la Fédération dans cette histoire. « À ce moment-là, j'avais 30 mecs qui étaient cas contact. Moi avec. On suit les recommandations de la Ligue. À partir du moment où on a passé des tests, les positifs ont été sortis. […] J'ai trouvé ça naze. Communiquer comme ça à deux heures du match sur un joueur, qui en plus part en sélection… J'ai envie de dire que chacun s'occupe de ses problèmes. »

Invaincu sur le terrain, le XV de France entame un match face à son plus coriace adversaire : le Covid. Et la partie semble loin d'être gagnée.