Top 14 : le Stade Français déplumé à Bordeaux

Les Parisiens se déplacent ce samedi à Bordeaux-Bègles, très diminués à cause d’une cascade de blessures.

 Paris, stade Jean-Bouin, le 31 janvier. L’ailier Telusa Vainu sera une des principales armes offensives du Stade Français samedi à Bordeaux.
Paris, stade Jean-Bouin, le 31 janvier. L’ailier Telusa Vainu sera une des principales armes offensives du Stade Français samedi à Bordeaux. LP/Icon Sport/Anthony Dibon

Avant d'affronter La Rochelle sur ses terres lors de la prochaine journée, le Stade Français se frotte ce samedi (14h45) à un autre gros du Top 14 qui a l'habitude d'occuper les premières places de classement. Après un début de saison inconstant, Bordeaux-Bègles (5e) semble avoir trouvé le bon rythme et reste sur cinq matches sans défaite (4 victoires, 1 nul). Les Parisiens (8es) seraient bien inspirés d'imiter leur rival régional, le Racing 92, seule formation à s'être imposée à Chaban-Delmas cette saison (17-12). Trois choses à savoir avant la rencontre.

Une infirmerie pleine

Le manager parisien Gonzalo Quesada n'a pas caché son inquiétude en milieu de semaine, quand il s'est agi de dresser l'état de ses troupes. « Sans exagérer, j'espère qu'on aura 23 joueurs pour aller à Bordeaux. A l'heure où je vous parle, ce n'est pas le cas. » Pas épargné par le Covid-19 en début de saison, l'effectif parisien est cette fois touché par une cascade de blessures, avec quinze joueurs au tapis, soit une équipe au complet. « Je suis inquiet sans aucune langue de bois », a ajouté l'Argentin.

Ses inquiétudes se portent surtout sur la première ligne et les postes de centre. Au poste de pilier gauche, Béthune, Clément, Mavinga, Melikidze et Camara sont indisponibles. Seul Kakovin semble apte. A l'absence de Gaël Fickou, retenu avec le XV de France pour le voyage en Irlande, s'ajoutent celles de Macalou (commotion), Burban (épaule), Danty (cuisse) et Waisea et Delbouis. Paris ne se déplace pas dans les meilleures conditions et sans ses cadres. Ah, quand même une bonne nouvelle : après sa suspension pour trois cartons jaunes reçus, l'Argentin Pablo Matera retrouve ses coéquipiers.

Le Stade perd goût aux voyages

Dans ces conditions, il serait étonnant que les Parisiens améliorent leur bilan comptable à l'extérieur. Les deux raclées contre Toulon et Toulouse demeurent encore dans toutes les mémoires. Ainsi que le dernier revers à Montpellier (31-6). Plutôt en réussite à Jean-Bouin (6 victoires, série en cours), le Stade perd ses moyens en déplacement (6 défaites en autant de rencontres). Comment expliquer ces montagnes russes? « On a envie de montrer à l'extérieur qu'on peut être aussi précis qu'à domicile » et « corriger les petits détails », assure le deuxième ligne parisien Paul Gabrillagues.

Les premiers pas de Léo Barré ?

Remplaçant au coup d'envoi au stade Chaban-Delmas, Léo Barré, international des moins de 20, pourrait effectuer ses grands débuts avec le Stade Français. Le demi d'ouverture âgé de 18 ans, originaire de Versailles puis formé au pôle espoirs du lycée Lakanal à Sceaux, est arrivé cet été en provenance de Massy après cinq saisons dans l'Essonne. Barré épouse la même trajectoire que Macalou ou Delbouis, passés également par Massy.

Bordeaux-Bègles - Stade Français

Stade Chaban-Delmas, samedi 13 février à 14h45

Arbitre : Sébastien Minery

Bordeaux-Bègles : Buros - Delguy, Mignot, Uberti, Lam - (o) Botica, (m) Lucu - Petti, Tauleigne, Higginbotham - Marais, Cazeaux - Cobilas, Maynadier, Poirot (cap.)

Stade français : Hamdaoui - Veainu, Arrate, Etien, Lapegue - (o) Segonds, (m) Coville - Grobler, Gray, Matera - Kremer, Gabrillagues - P. Alo-Emile (cap.), Latu, Kakovin.