Top 14 : le Stade Français boit la tasse à Clermont

Les Parisiens, malgré une bonne entame, ont subi un lourd revers, dimanche soir, en Auvergne, en s’inclinant 41-27.

 Face à Peni Ravai (de face), les Parisiens ont souffert ce dimanche soir.
Face à Peni Ravai (de face), les Parisiens ont souffert ce dimanche soir. AFP/THIERRY ZOCCOLAN

Le Stade Français regrette peut-être que le couvre-feu ne soit pas en vigueur en Auvergne. Cela lui aurait peut-être évité une lourde défaite à Clermont. Face à l'ASM, en effet, les Parisiens ont passé une soirée compliquée. Même s'ils n'ont jamais rien lâché, montrant même parfois de bonnes choses, ils ont subi une défaite claire et nette (41-27), la première à l'extérieur cette saison.

Le stade Marcel-Michelin reste donc bel et bien une forteresse imprenable. Après Toulouse (33-30) et Agen (31-20), c'est le Stade français qui est venu s'y casser les dents. Seul le Racing 92, en Coupe d'Europe, s'est imposé chez les Jaunards clermontois.

Ce qu'il faut retenir

La soirée avait bien commencé pour les Parisiens qui ont ouvert le score par un essai de Telusa Veainu dès le coup d'envoi (2e) . Par la suite, hélas pour eux, la marée jaune les a emportés. Les Clermontois ont marqué trois essais coup sur coup grâce à Adrien Pélissié (7e), Alexandre Lapandry (11e) et Sébastien Bézy (36e). A la pause (24-13), c'était déjà mal engagé.

Un peu mieux repartis dès l'entame de la seconde période avec un essai de Tolu Latu (50e), les Parisiens ont continué à courir après le score. Quand ils ont donné l'impression de recoller à la marque, ils ont aussi offert les ballons importants aux locaux qui n'ont pas manqué de les exploiter, notamment sur un nouvel essai de Sébastien Bézy à 13 minutes de la fin. Le dernier essai de Sefanaia Naivalu (73e) n'a rien changé à l'affaire.

Le joueur

Joris Segonds. C'est lui le meilleur marqueur de la soirée côté parisien. Il transformé les deux premiers essais, inscrits par Veainu et Latu, et marque deux pénalités dans les 20 premières minutes de la partie. Insuffisant pourtant pour permettre à Paris de s'imposer au pays des volcans.

La phrase

« Nous sommes tombés sur une belle équipe de Clermont qui avait faim. Nous avons plus joué qu'eux et on méritait mieux mais ils ont été plus réalistes », Gaël Fickou, ailier du Stade Français, au micro de Canal +

Le chiffre

5. Clermont va-t-il devenir la bête noire du Stade Français ? Ce dimanche soir, les Auvergnats ont remporté leur cinquième victoire consécutive face à des Parisiens qui ne les ont plus battus depuis avril 2018.