Top 14 : avec Georges-Henri Colombe, le Racing 92 tient un talent brut

L’impressionnant pilier du Racing 92 Georges-Henri Colombe enchaîne les titularisations avec le club francilien avant d’être sans doute rappelé par le XV de France.

 Nanterre, Paris La Défense Arena, 11 septembre 2020. Georges-Henri Colombe ballon en main lors du match contre Montpellier.
Nanterre, Paris La Défense Arena, 11 septembre 2020. Georges-Henri Colombe ballon en main lors du match contre Montpellier.  Icon Sport/Sandra Ruhaut

Tout s'accélère pour Georges-Henri Colombe. Le jeune pilier droit du Racing 92 au physique hors-norme (1, 93 m pour 133 kg) connaît un début de saison faste entre les rencontres de Top 14 qui se succèdent et la découverte du XV de France la semaine dernière. Il n'a pas été appelé pour le prochain rendez-vous face aux Fidji le 15 novembre mais il pourrait faire ses débuts internationaux lors des trois rencontres suivantes. « Le staff des Bleus m'a fait comprendre que si je continuais à bosser comme je le faisais ça paierait dans un futur proche ou un peu plus lointain », confie le pilier qui défie Pau avec le Racing, ce samedi soir (18h15).

A 22 ans, le natif de Nanterre (Hauts-de-Seine) qui a grandi non loin de l'actuelle Paris La Défense Arena, mesure déjà le chemin parcouru depuis sa détection lors d'un atelier découverte du rugby proposé par l'association Rugby de l'ancien Racingman Stéphane Jourdan. « Je me souviens très bien du jour où Georges-Henri est venu avec son centre de loisirs. Il avait déjà un gabarit impressionnant mais ballon en main il présentait des aptitudes au-dessus de la moyenne pour son âge et sa taille. »

Jourdan, dont l'association n'a pas vocation à recruter des licenciés, oriente alors le phénomène vers le club de Nanterre. « Je pratiquais pas mal de discipline, indique le jeune homme issu d'une famille sportive. Basket, football, natation mais j'ai finalement choisi le rugby. J'ai tout de suite accroché et je me suis fait plein de copains. »

«A lui de mettre en applications ses qualités sur 80 minutes»

« Il faut laisser le temps à ces jeunes pleins de talent de s'épanouir dans une structure à l'esprit familial et ne pas forcément tout de suite les pousser dans de la championite (sic) aiguë », assure Stéphane Jourdan. Le cursus de Colombe l'amène ensuite au Racing et au pôle espoirs du lycée Lakanal à Sceaux. « Nanterre et le Racing sont deux clubs très liés. C'est un peu la même famille », souligne le colosse dont les charges dévastatrices commencent à avoir leur petite réputation sur les pelouses.

Depuis le début de saison, le manager Laurent Travers en a fait un des hommes de base de son pack jusqu'à le titulariser en finale de la Coupe d'Europe face à Exeter. Le technicien sait qu'il détient là un talent brut qu'il faut encore polir. « Il a énormément de capacités physique et technique et de talent, énumère Travers. Il est important qu'il en prenne conscience et qu'ils les mette en application sur 80 minutes. A lui de faire ce qu'il faut maintenant. »

De son stage à Marcoussis où il a pu découvrir les entraînements à haute intensité concoctés par le sélectionneur Fabien Galthié, Colombe n'est pas revenu transformé mais plutôt rassuré avec une feuille de route à respecter et de son propre aveu « une grosse marge de progression ». « C'est fatigant mais c'est une belle expérience. Cela donne de la confiance et des objectifs. Je vais tout faire pour prouver que j'ai ma place ce week-end avec mon club et avec les Bleus. » Colombe a un nouveau statut à assumer. Mais cela ne lui fait pas perdre sa placidité.