Six Nations : le huis clos en Irlande va-t-il aider le XV de France ?

Les Bleus affrontent le XV du Trèfle dimanche dans un stade où les supporters poussent fort leur équipe d’ordinaire. Mais l’enceinte sera vide à cause des contraintes sanitaires. Un avantage ?

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Là où l’Aviva Stadium peut accueillir jusqu’à 50 000 spectateurs en temps normal, le stade sera vide ce dimanche.
Là où l’Aviva Stadium peut accueillir jusqu’à 50 000 spectateurs en temps normal, le stade sera vide ce dimanche. AFP/Brian Lawless/Pool

Ces dernières années, un déplacement en Irlande dans le Tournoi des Six Nations obéissait à des principes plutôt clairs : la perspective d'une soirée agitée et houblonnée dans le quartier de Temple-Bar pour les courageux qui vont jusqu'à Dublin, peu de chances de voir gagner le XV de France qui ne s'est pas imposé sur la pelouse de son homologue du Trèfle depuis dix ans, mais surtout la promesse d'une chaude ambiance à l'Aviva Stadium, où jusqu'à 50 000 supporters peuvent porter à bout de bras leur équipe.

Mais voilà, le Covid-19 et ses contraintes sanitaires sont passés par là. Comme partout dans ce Tournoi des Six Nations, il n'y aura personne dans les travées de l'enceinte pour le choc entre les deux formations ce dimanche (16 heures, France 2). Un huis clos généralisé dans la compétition dont les Bleus pourraient tirer profit pour remporter le Tournoi sur une année impaire, où deux déplacements ardus sont au programme : l'Irlande, donc, et l'Angleterre, le 13 mars, battue à domicile par l'Ecosse samedi pour la première fois depuis… 1983.

«Sans supporters, la pression est moins forte»

« Sans supporters, la pression est moins forte, explique le trois-quarts centre des Bleus Gaël Fickou. Ils poussent derrière leur équipe et peuvent influer sur les choix de l'arbitre. Disons que ça équilibre le rapport des forces entre les deux équipes. » « Pour avoir un public normalement très actif à La Rochelle, ça te donne un truc en plus qui t'encourage », renchérit le talonneur Pierre Bourgarit.

Des avis confirmés par les statistiques. Selon nos calculs, réalisés sur les rencontres de saison régulière de Top 14 entre les exercices 2016-2017 et 2019-2020, 25 % des matchs se soldent par une victoire à l'extérieur quand le public est présent. Un chiffre qui monte à 33 % pour ceux disputés à jauge réduite cette saison, et jusqu'à 40 % pour les matchs joués à huis clos.

« Quand on rentre sur le terrain, il y a une réalité qui est la phase de combat et qui dépend des 30 joueurs, ainsi que de l'arbitre. On n'a pas gagné là-bas depuis dix ans, c'est une nation majeure du rugby, souligne l'entraîneur des avants tricolores, William Servat. Le public n'étant pas là, on pourrait penser que ça sera plus abordable, mais la réalité est tout autre. » Aux Bleus d'assommer leurs adversaires, battus au pays de Galles (21-16) pour leur entrée en lice dimanche. Même silencieuse et en très petit comité, une victoire à Dublin reste une jolie performance.