AbonnésSportsRugby

Mort de Christophe Dominici : portrait d’un homme tourmenté

Le rugby est en deuil. L’ancien ailier du Stade français est mort ce mardi. Il se serait jeté du toit d’un bâtiment dans le parc de Saint-Cloud. Joueur de tempérament, international à 67 reprises, il a marqué son époque.

 Christophe Dominici, ici en 2009, a été marqué à tout jamais par la mort de sa grande sœur dans un accident de la route. Il n’était âgé que de 14 ans.
Christophe Dominici, ici en 2009, a été marqué à tout jamais par la mort de sa grande sœur dans un accident de la route. Il n’était âgé que de 14 ans. LP/Matthieu de Martignac

L'homme a souvent marché sur un fil, hanté par un vide qui l'a figé à l'adolescence. Ce mardi, autour de 14 h 40, Christophe Dominici est mort. A 48 ans. Le drame s'est déroulé dans le parc de Saint-Cloud dans les Hauts-de-Seine. L'ancien rugbyman a escaladé la caserne Sully, un bâtiment désaffecté, puis il aurait sauté. La chute de plus de dix mètres lui a été fatale, sur le coup. Un choc, un séisme au sein d'un univers ovale dont il aura été une étoile. Et même au-delà. Au bout du fil, Max Guazzini est en pleurs. Il vient d'apprendre la nouvelle. « C'était le joueur dont j'étais le plus proche, murmure l'ex-président du Stade français sous les couleurs duquel l'ailier de poche a connu la gloire. Je savais qu'il était fragile mais de là à… »

Raconter Christophe Dominici, c'est plonger dans une vie tourmentée, tricotée autour d'une fêlure dont il ne s'est jamais vraiment débarrassé. Une blessure d'enfance qui l'a martyrisé au point de l'empêcher de goûter pleinement à ces morceaux de rêve qu'il offrait aux autres en l'attirant, à répétition, vers un côté sombre et volcanique. Pascale, sa grande sœur, a été tuée dans un accident de voiture alors qu'il avait 14 ans. Elle en avait dix de plus. « A sa mort, je me suis mis en autodéfense, raconte-t-il dans son autobiographie, Bleu à l'âme, parue en 2007. J'en voulais à la terre entière. Je voulais prouver à mes parents que j'étais encore là, moi. Mais je ne savais plus que détruire. »

A Solliès-Pont, dans le Var, où vit la famille, il s'enferme dans sa chambre pendant trois mois. Il en sort furieux. Les copains, les fêtes, les bagarres, s'enchaînent et débouchent sur des vols de motos ou de voitures et quelques nuits en garde à vue. Il abandonne l'école à 16 ans, vit de petits boulots. Son don est ailleurs. Il surclasse les autres au football mais file vers le rugby, à Solliès d'abord, puis à La Valette et au RC Toulon. « Pas assez de solidarité dans le foot », lâche-t-il. Au rugby, il peut laisser traîner les mains, libérer son énergie et calmer sa soif d'affection dans des nuits à rallonge.

La suite est une ascension vers les sommets, crampons aux pieds, et des dégringolades tout aussi brutales dans la vie courante. Côté jardin, il arrive au Stade Français en 1997, où il décrochera cinq titres de champion de France jusqu'à sa retraite en 2008, y noue des amitiés indélébiles avec Max Guazzini, son président, Bernard Laporte, son entraîneur, et les joueurs trop nombreux pour être tous cités.

«Une spirale infernale»

Il se retrouve propulsé chez les Bleus (67 sélections, 25 essais) au bout de quelques mois. Un diablotin que le grand public découvre les cheveux peroxydés un soir d'octobre 1999, le 31, en demi-finale de Coupe du monde à Twickenham. Un lilliputien (1,72 m) face aux All Blacks de Jonah Lomu qui écrit la légende par ses crochets ravageurs, ses sprints insaisissables et son essai envoyant les Tricolores dans les étoiles (43-31 score final). « Nous étions des révoltés, nous a-t-il confié plus tard. Au fil du match, j'ai vu dans le regard de ces joueurs imbattables, qu'ils avaient peur de nous. »

La dépression le fauche quelques mois plus tard. Eté 2000. Un ami meurt, puis Ingrid, sa femme, le quitte. Rongé par la fatigue, il abandonne un stage du XV de France. Il reste onze jours à la clinique des sports de Paris. « Je n'avais pas dormi pendant trois semaines, avait-il expliqué. On m'a plongé dans un sommeil artificiel. On me surveillait tout le temps. Après la Coupe du monde 1999, j'ai été pris dans une espèce de tourbillon médiatique qui est devenu une spirale infernale. »

Dominici soigne le corps et la tête, raccroche les crampons en 2008, et devient l'adjoint au Stade Français de l'Australien Ewen McKenzie. Il ne reste qu'une saison. Il se diversifie ensuite. En 2010, il fonde Monte Bacco Group et produit du vin. Deux ans plus tard, il participe à l'émission « Danse avec les stars » sur TF1. Il tourne aussi un téléfilm. Il est également consultant sur RTL. On le retrouve cet été à Béziers, émissaire d'investisseurs émiratis pour une reprise, infructueuse et mouvementée, du club de Pro D2.

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

Dans la foulée, il déraille en volant un chapeau et en agressant une commerçante dans une boutique de Sanary-sur-Mer dans le Var. Il semblait avoir retrouvé de la stabilité en commentant les matchs du XV de France cet automne. L'Assemblée nationale a rendu un vibrant hommage ce mardi après-midi à celui qui a porté si haut les couleurs tricolores. Un homme attachant qui laisse derrière lui une femme, Loretta, et deux petites filles, Chiara et Mya.