Covid-19 : un cluster et des questions pour le XV de France

Le Comité des Six Nations se penche mercredi soir sur la tenue de la rencontre entre les Bleus et l’Ecosse dimanche.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Sans certitude sur la tenue du match de dimanche, Fabien Galthié et  Raphaël Ibanez (ici avant un match des Six Nations, la saison dernière) naviguent à vue.
Sans certitude sur la tenue du match de dimanche, Fabien Galthié et Raphaël Ibanez (ici avant un match des Six Nations, la saison dernière) naviguent à vue. Icon Sport

Les Bleus reverront-ils le Stade de France pour la première fois de l'année dimanche? C'est la délicate question sur laquelle va se pencher le Comité du Tournoi des Six Nations mercredi soir. La réunion doit décider si le XV de France, plombé par le variant anglais du Covid-19 depuis une semaine, doit accueillir l'Ecosse ou non dimanche dans ce qui devait être une potentielle nouvelle étape d'un Grand Chelem attendu depuis 2010 par le rugby tricolore. En attendant, de nombreuses questions se posent sur ce cluster.

La situation s'améliore-t-elle ?

Un ouf de soulagement a parcouru les allées du Centre national de rugby mardi matin. Les tests PCR pratiqués la veille au soir sur le staff et les joueurs réunis à Marcoussis (Essonne) sont tous revenus négatifs du laboratoire. Une première alors que chacun des communiqués de la Fédération française de rugby depuis les premiers cas il y a une semaine apportait son ou ses nouveaux contaminés à la liste aujourd'hui fournie de dix joueurs – plus le troisième ligne de Pau, Baptiste Pesenti, testé positif avant son arrivée à Marcoussis – et quatre membres de l'encadrement, dont le sélectionneur Fabien Galthié.

Comme le veut le protocole mis en place dans l'urgence, les Bleus doivent réaliser de nouveaux tests PCR ce mardi soir. « S'ils sont encore tous négatifs, on pourra estimer que la vague initiale de contaminations est derrière eux, estime l'infectiologue à l'hôpital de Garches (Hauts-de-Seine), Benjamin Davido. A condition qu'il n'y ait pas eu entre-temps de contacts entre les négatifs et les positifs. »

Tout dépendra également d'une éventuelle contamination pendant le break accordé aux joueurs en fin de semaine dernière. Selon les publications de certains joueurs sur les réseaux sociaux, tout porte à croire que le principe de limiter au maximum les échanges avec le monde extérieur pendant cette période de repos n'a pas été scrupuleusement respecté. En attendant, tout ce beau monde est à Marcoussis, où les entraînements se font sans contact et sans ballon avant une possible reprise mercredi.

Comment va être décidé le report ou non du match ?

Dans la famille des acronymes aux sonorités barbares, voici le « Tog ». Le Testing Oversight Group du Six Nations, qui centralise les informations médicales des sélections engagées dans la compétition, se réunit ce mercredi soir pour se pencher sur le bien-fondé de disputer ou non dimanche (16 heures) la rencontre entre les Bleus et l'Ecosse, seule nation à les avoir dominés lors de l'édition 2020 du Tournoi.

Contacté, le Comité des Six Nations n'a pas répondu à nos demandes d'éclaircissement des critères qui seraient retenus pour décider ou non de la tenue de la rencontre dimanche. Contrairement à ce qui peut se pratiquer dans le football, aucun nombre de cas pour justifier du report d'une rencontre n'a été communiqué. Bref, c'est le flou. Plusieurs sources nous indiquent que « la situation sanitaire et sa dynamique seront déterminantes ». Comprendre que s'il n'y a pas de nouveaux cas mercredi, la rencontre devrait être maintenue.

Mais en attendant le verdict, l'hypothèse d'un report inquiète les Écossais. Lundi, ils ont déjà fait part de leur opposition à tout ajournement du match. La Fédération française de rugby (FFR) assure également vouloir disputer le match, même si en interne les débats ont été vifs, comme l'a révélé l'infectiologue Eric Caumes, membre du comité médical de la FFR.

Quelle est la responsabilité de la Fédération française de rugby ?

Fin janvier, le manager du XV de France, Raphaël Ibañez, promettait une bulle sanitaire « ultra-stricte » tout au long du tournoi. Mais plusieurs proches du dossier nous assurent qu'elle ne l'a pas été suffisamment. Selon des informations de L'Equipe, le sélectionneur des Bleus Fabien Galthié a rompu la bulle sanitaire au début de la semaine avant le déplacement en Irlande.

La ministre des Sports Roxana Maracineanu s'est entretenue lundi avec le président de la FFR Bernard Laporte – en retrait depuis le début de la crise – sur la gestion des exigences sanitaires dans le tournoi. Mais le dirigeant du rugby français avait-il connaissance de ce manquement au protocole ? Et l'a-t-il dit à l'ancienne nageuse ?

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

En parallèle, le point médical quotidien des Bleus est également transmis au ministère. Pas d'enquête – l'entourage de la ministre assure que ce genre de situations ne le permet pas – mais un suivi attentif de la situation.

« Pour le moment, on fait bloc derrière l'équipe de France, mais je suis gêné par l'écart entre les promesses des dirigeants et la réalité, tacle Florian Grill, candidat battu à la présidence de la FFR et membre de son comité directeur. On a eu des clusters sur les moins de 20 ans, l'équipe de France à sept et maintenant celui-ci. Une fois cette crise derrière nous, il faudra faire une analyse sérieuse de ce qui s'est réellement passé. »