Pandémie : dans le Tarn, un rugbyman menacé d’expulsion faute de pouvoir renouveler son visa

Dean van der Westhuizen, en France depuis près de deux ans, n’a plus de visa. Inquiète, sa compagne a lancé une pétition.

 Dean van der Westhuizen et sa compagne Auréliane Cléostrate chez eux à Mazamet, dans le Tarn.
Dean van der Westhuizen et sa compagne Auréliane Cléostrate chez eux à Mazamet, dans le Tarn. PQR/La Dépêche du Midi/J.M.-Guilbert

Faute d'avoir pu renouveler son visa en raison de la pandémie de Covid-19, Dean van der Westhuizen, rugbyman sud-africain de Mazamet (Fédérale 1) dans le Tarn, est sous le coup d'une obligation de quitter le territoire depuis le 17 décembre dernier. Une situation que sa compagne, Auréliane Cléostrate, ne comprend pas. Elle a donc créé une pétition pour tenter de faire bouger les choses. « Dean a un CDI, une convention de rugby, est inscrit fiscalement en France, énumère la jeune femme. Et nous souhaitons nous marier. »

Le recours déposé le 23 décembre est encore en médiation et la décision peut prendre de trois mois à un an. « Si cela est confirmé, il devra rentrer dans son pays alors que c'est justement parce qu'il n'a pas pu rentrer que son visa n'a pas été renouvelé », souligne-t-elle.

Un jeune parfaitement intégré

D'abord venu passer des vacances en France, Dean rencontre Auréliane en mars et décide de tenter sa chance dans l'Hexagone comme joueur de rugby. De retour le 19 août avec un visa salarié, grâce une promesse d'embauche et une lettre d'engagement du club de Rieumes (Fédérale 2), en banlieue de Toulouse (Haute-Garonne), il commence sa vie en France. Aujourd'hui salarié de la Cosmer, l'entreprise de l'un des présidents du Sporting Club Mazamet, Daniel Rouanet, le jeune homme de 24 ans est parfaitement intégré.

« C'est très stressant pour lui au quotidien. Il ne sait pas s'il va pouvoir rester alors que nous voulons faire notre vie ici. D'autant que la situation est tendue en Afrique du Sud en raison des tensions interraciales. » A la suite de la pétition, des élus se sont saisis de la question. De quoi donner un peu d'espoir au jeune couple.