National 2 : la revanche d’Ismail Haddou

Il avait passé une saison compliquée à Auxerre en 2018-2019, ne disputant que 3 matchs avec l’équipe réserve. Le milieu offensif de Beauvais s’est rappelé aux bons souvenirs du club de l’Yonne en inscrivant le le 4e et dernier but de Beauvais (4-1) ce samedi.

 Stade Pierre-Brisson à Beauvais, samedi 10 octobre 2020. Auteur du 4e et dernier but de Beauvais face à la réserve d'Auxerre, Ismail Haddou s'est rappelé aux bons souvenirs du club de l'Yonne où il a passé une saison compliquée en 2018-2019.
Stade Pierre-Brisson à Beauvais, samedi 10 octobre 2020. Auteur du 4e et dernier but de Beauvais face à la réserve d'Auxerre, Ismail Haddou s'est rappelé aux bons souvenirs du club de l'Yonne où il a passé une saison compliquée en 2018-2019. Photo D.R.

Il en avait rêvé toute la semaine, il en avait aussi beaucoup parlé à ses coéquipiers à l'entraînement. Ismail Haddou l'a fait à la 88e minute du match remporté par Beauvais (4-1) face à la réserve d'Auxerre ce samedi soir au stade Pierre-Brisson. Auteur du dernier but de l'Asbo lors de cette 8e journée du groupe B de National 2, il a parachevé un succès que les Auxerrois n'ont jamais été en mesure de contester. Sa troisième réalisation cette saison en championnat, mais aussi sans doute la plus savoureuse.

«Je tenais beaucoup à ce but, souligne le milieu offensif de 24 ans arrivé en juin dernier en provenance d'Endoume (N2, relégué en N3 cette saison). Il boucle tout le travail fait par l'équipe. » Pas seulement... Car ce but a aussi valeur de revanche pour celui qui est désormais co-meilleur buteur de Beauvais avec Eduardo Rodrigo, toutes compétitions confondues.

Tout simplement parce qu'il a été inscrit contre l'équipe de David Carré, l'entraîneur à qui il reproche d'avoir transformé sa saison 2018-2019 en cul de sac dès le mois de septembre. Lorsqu'il quitte la réserve de l'OM à l'été 2018, Haddou espère poursuivre sur les bords de l'Yonne son rêve de passer pro. Il ne disputera en tout et pour tout que trois matchs avec la National 3 - deux en août, un en septembre - sous les ordres de David Carré. Forcément, la rancoeur a refait surface cette semaine à l'approche de la rencontre. « C'était comme ça, c'était un choix du coach, indique Ismail Haddou. Jusqu'à aujourd'hui, je n'ai pas de réponse. »

Il a donc choisi de se rappeler aux bons souvenirs de son ancien club, et plus spécifiquement de l'entraîneur auxerrois. Lorsqu'il voit son ballon au fond des filets, Ismail Haddou, ivre de joie, sprinte au milieu de ses coéquipiers pour célébrer son but avec eux. Puis, dans son élan, il s'offre une longue glissade sur les genoux vers le banc d'Auxerre. Bras levés en V en direction de David Carré, il savoure son message sans ambiguïté. Puis il porte ses index à ses oreilles. «C'était pour lui dire que je ne l'écoute plus, quoi qu'il arrive, explique Ismail Haddou. Je passe à autre chose. »

Un but tout en symbole pour refermer définitivement une plaie. « Ca a été une année compliquée à Auxerre, confie Ismail Haddou. Ca m'a fait plaisir de leur montrer que je peux être bien ailleurs, et que j'avais juste besoin d'ailleurs pour être bien. Il fallait que je remette les pendules à l'heure, leur montrer de quoi je suis capable. Aujourd'hui, je suis l'homme le plus heureux du monde dans ce club (NDLR : Beauvais).»