Ligue 2 : « On a l’impression de monter en puissance », indique Guillaume Dequaire

Très en vue, ce samedi, lors de la 4e journée, le défenseur central de Chambly a même failli trouver l’ouverture. Il revient sur ce bon point (0-0) pris à Caen, un prétendant à la montée.

 Stade Michel d’Ornano à Caen (Calvados), samedi 19 septembre 2020. Guillaume Dequaire, ici au sol, vient d’être victime d’une faute de Yacine Bammou.
Stade Michel d’Ornano à Caen (Calvados), samedi 19 septembre 2020. Guillaume Dequaire, ici au sol, vient d’être victime d’une faute de Yacine Bammou.  PHOTOPQR/OUEST FRANCE/MAXPPP/DAVID ADEMAS

Si Chambly n'a pas encore débloqué son compteur de victoires en quatre matchs cette saison, il a pris un très bon point ce samedi soir à Caen (0-0). Le défenseur central Guillaume Dequaire, auteur d'une frappe de la tête qui a failli faire mouche, revient sur la performance de son équipe.

Comment analysez-vous ce point pris à Caen ?

Guillaume Dequaire. On est une équipe qui joue le maintien, donc tous les points sont bons à prendre. C'est la différence entre Caen et nous. On ne fait pas le même championnat. C'est un bon point. Maintenant, la physionomie du match fait qu'on peut, peut-être, penser, à chaud, qu'on aurait pu engranger deux points de plus. Il y a eu des barres, des poteaux, on va revoir…

La saison dernière, lors de la 4e journée, vous aviez déjà obtenu le 0-0 face à ce même adversaire…

C'est bien ici (rires). Aucun but encaissé ici en deux saisons. Bon, aucun but marqué non plus, mais comme l'a dit le coach c'est un bon point de pris.

C'est la première fois en quatre journées que Chambly n'encaisse pas de but. Ca vous rassure ?

Il y a eu l'effet covid-19, la coupure, la préparation… On n'avaitt pas très très bien commencé, il faut le dire. On a l'impression qu'on monte en puissance. On prend les matchs comme ils arrivent, et pour le coup, ce soir, ce n'est pas trop mal.

Chambly a eu les ballons pour l'emporter. Est-ce un regret ?

Pour le capital confiance, ça aurait été pas mal pour nos attaquants d'en mettre un. Nos étrangers (NDLR : le Slovène Luka Susnjara et le Macédonien Vlatko Stojanovski) découvrent le championnat, il faut aussi qu'ils mettent leur premier but pour se lancer. Ça va venir.

Vous avez même été tout près d'ouvrir le score. Que s'est-il passé sur cette action précise ?

Je touche la balle, je ferme les yeux. J'aurais préféré qu'elle rentre. J'ai demandé au gardien après, il m'a dit que ça a tapé sur l'angle… On sait qu'on est plutôt bons offensivement sur coups de pied arrêtés. On essaie de jouer notre va-tout dans ce sens. Ça aurait pu faire mouche ici.

En voulez-vous à Bammou, l'attaquant de Caen, coupable à votre adresse d'une faute qui a provoqué son expulsion ?

C'est un fait de jeu. La tension était montée sur l'action d'avant. On défend notre gardien, eux leur attaquant, il y a un petit attroupement, le sang est un peu monté au cerveau des sanguins… Est-ce que Bammou est encore là-dedans sur l'action juste après et il veut se venger ? Je ne pense pas, ce n'est pas le style de joueur. C'est un mauvais geste, mais je sais que ce n'est pas méchant de sa part. C'était un tournant, on aurait voulu appuyer un peu plus…