Ligue 2 : «la victoire à l’Euro U 17 restera gravée à vie», confie Bradley Danger

Le défenseur de Chambly a été sacré champion d’Europe en 2015 aux côtés de Dayot Upamecano, Jonathan Ikoné ou Jeff Reine-Adélaïde. Cette expérience incroyable reste, à ce jour, le plus beau souvenir de sa carrière.

 Stade Pierre-Brisson, Beauvais, le 12 septembre. Bradley Danger a rejoint le FC Chambly cet été, en provenance d’Avranches (Nat.).
Stade Pierre-Brisson, Beauvais, le 12 septembre. Bradley Danger a rejoint le FC Chambly cet été, en provenance d’Avranches (Nat.). Valentin DESBRIEL/LP/Icon Sport

Bradley Danger n'oubliera jamais la date du 22 mai 2015. Ce jour-là, à Burgas en Bulgarie, l'équipe de France U 17 corrigeait l'Allemagne (4-1) pour s'adjuger le titre de Champion d'Europe de la catégorie. Le défenseur de Chambly (L 2), en quête d'une premier succès devant Châteauroux ce samedi soir (19 heures), appartenait à cette génération dorée, dont le football français commence à recueillir les fruits. Jonathan Ikoné (Lille) et Dayot Upamecano (Leipzig), appelés respectivement chez les A en septembre 2019 et 2020, figuraient dans l'équipe, tout comme le Lyonnais Jeff Reine-Adélaïde.

À l'époque, Danger, arrivé dans l'Oise cet été en provenance d'Avranches (National) était pensionnaire du centre de formation du Havre. Après avoir manqué le dernier tour de qualification en raison d'une entorse à une cheville, il a disputé une seule rencontre, face à la Grèce en phase de poules. Pas suffisant pour écorner ce souvenir indélébile. « Même si j'étais un peu frustré de n'avoir pu jouer davantage, j'étais tout de même très fier d'être là, se souvient le joueur de 22 ans. Cela reste à coup sûr le plus beau souvenir de ma carrière… »

Une rencontre avec Zinedine Zidane

Extirpé durant quelques semaines du cocon de son centre de formation normand, le Camblysien a eu la sensation de sauter à pieds joints dans le grand bain du professionnalisme. « C'était un peu fou. Je n'aurais jamais imaginé vivre pareil truc étant petit, confie-t-il. La convocation à Clairefontaine, la préparation, le voyage, on sentait l'atmosphère des grands rendez-vous. On était dans des grands hôtels avec toutes les nations. Il y avait aussi des réunions pour évoquer les paris sportifs ou le dopage. J'ai pris énormément d'expérience et de maturité en très peu de temps. Tout était démesuré, c'était un autre monde.

Un bonheur n'arrivant jamais seul, l'adolescent et ses copains ont droit à un autre cadeau à leur retour en France. Invités par la Fédération au match amical France-Belgique, ils rencontrent à la mi-temps un certain Zinedine Zidane, dont le fils Luca était le gardien de l'équipe. « On a pu échanger avec lui et prendre quelques photos, sourit Danger. Il était très accessible. Luca savait très bien que pour nous, son père était une idole. Mais il était très humble vis-à-vis de ça, il ne voulait pas être considéré comme un joueur à part. »

Depuis cette aventure hors-du-commun, chacun de ces Bleuets poursuit son petit bonhomme de chemin, avec plus ou moins de visibilité. Quand Danger découvre la Ligue 2 depuis deux mois, certains de ses anciens coéquipiers pointent donc leur nez dans la sélection de Didier Deschamps. « Je suis fier d'eux, ils le méritent, souffle le Camblysien, sans jalousie aucune. Après, chacun a sa carrière, son parcours. Il y a beaucoup de choses qui entrent en compte, des choix, des blessures, et on ne maîtrise pas tout. Leur réussite me motive à continuer à progresser, à mon rythme… »

CHAMBLY - CHÂTEAUROUX, ce samedi (19 heures), au stade Pierre-Brisson de Beauvais.

Arbitre : M. Kherradji.

Chambly : Pontdemé - Danger, Jaques (cap.), Dequaire - Soubervie, Derrien, Beaulieu, Flochon, El Hriti - Susnjara, Stojanovski. Entr. : B. Luzi.

Châteauroux : Fabri - Fofana, Cissé, Mboné (cap.), Alhadur - Sanganté, Mulumba - Nouri, Leroy, Sunu - Kény. Entr. : Usaï.