Ligue 2 : Joachim Eickmayer, la fin du tunnel pour le milieu de terrain de Chambly

Il était sorti sur blessure la saison dernière le 13 décembre 2019, touché au genou droit. Initialement estimée à huit semaines, son absence a finalement duré quasiment dix mois. Le milieu de terrain Joachim Eickmayer a effectué son retour au sein du groupe professionnel ce vendredi à l’occasion du match amical à Amiens SC (1-1).

 Stade Pierre-Brisson à Beauvais, le vendredi 26 juillet 2019. Joachim Eickmayer, ici face à Valenciennes lors du tout premier match de Chambly en Ligue 2 (victoire 1-0), est revenu au sein du groupe professionnel ce vendredi lors du match amical (1-1) à Amiens SC (L2) après une blessure au genou droit qui l’avait tenu éloigné des terrains pendant dix mois.
Stade Pierre-Brisson à Beauvais, le vendredi 26 juillet 2019. Joachim Eickmayer, ici face à Valenciennes lors du tout premier match de Chambly en Ligue 2 (victoire 1-0), est revenu au sein du groupe professionnel ce vendredi lors du match amical (1-1) à Amiens SC (L2) après une blessure au genou droit qui l’avait tenu éloigné des terrains pendant dix mois. LP / Florent Perville

Joachim Eickmayer ne figurait pas dans le groupe retenu par Bruno Luzi pour affronter Lens (3e de L1) ce jeudi après-midi en amical dans le Pas-de-Calais (défaite 2-0). Mais ce n'était que partie remise pour le milieu de terrain de Chambly. Son grand retour, crampons aux pieds et numéro 6 sur le dos, le natif de Bully-les-Mines l'a effectué ce vendredi après-midi sur le terrain annexe du stade de la Licorne, à l'occasion du match de travail (1-1) contre Amiens (17e de L2), le deuxième en deux jours pour Chambly (18e de L2 avec 1V, 2N, 3D) pendant la trêve internationale. Titulaire, il a été remplacé par Correa (lui-même sorti à la 69e minute en raison d'un ischio-jambier douloureux) à l'issue de la première période. La fin d'un très long tunnel pour lui.

A la suite de sa sortie sur blessure au genou droit, le 13 décembre 2019 à Charléty face à Niort ( victoire 3-2 lors de la 18e journée de la toute première saison de Chambly en L2), les examens n'étaient médicaux pas alarmistes outre mesure. La fissure du ménisque décelée ne devait initialement le tenir éloigné des terrains que deux mois. Son absence aura finalement duré quasiment cinq fois plus longtemps!

Avec une énorme douche glaciale en février dernier, à l'occasion d'un match amical disputé avec la réserve de Chambly (alors en N3) lors d'un match amical contre Compiègne (R1). Censée le relancer, cette rencontre le coupe en fait dans son élan. «Au bout de 5 minutes de jeu, mon ménisque à lâché, il a cassé sur un changement de direction, se souvient celui qui a rejoint Chambly en juin 2018 en provenance des Herbiers avec qui il avait battu le FCCO en demi-finale de la coupe de France. Le bruit est impressionnant, ça fait mal, je n'arrivais plus à tendre la jambe. On s'attend au pire. On se dit c'est peut-être les ligaments croisés. A l'arrivée, ça a mis plus de temps, ça aurait peut-être été mieux de me faire un croisé... »

Stade Charléty à Paris (XIIIe), vendredi 13 décembre 2019. Blessé au genou droit lors du match face à Niort, Joachim Eickmayer, ici entre le docteur Philippe Bourlet (à g.) et l’ostéopathe Mathis Le Roux, revient ce vendredi dans le groupe pro après 10 mois d’absence/LP/Florent Pervillé
Stade Charléty à Paris (XIIIe), vendredi 13 décembre 2019. Blessé au genou droit lors du match face à Niort, Joachim Eickmayer, ici entre le docteur Philippe Bourlet (à g.) et l’ostéopathe Mathis Le Roux, revient ce vendredi dans le groupe pro après 10 mois d’absence/LP/Florent Pervillé  

La faute à des complications et au confinement, qu'il a passé dans sa famille à Lens. Opéré du ménisque le 18 février dernier, il vit une rééducation plus compliquée que prévu. « Il n'y avait pas de kinés, pas de kinés de sport en tout cas, se souvient Joachim Eickmayer. J'essayais de faire les exercices chez moi, après j'ai couru et c'est là que mon genou a mal réagi. Il était inflammé, chaud. On ne comprenait pas pourquoi ça gonflait. J'ai fait des images, on ne voyait pas grand chose à part la tendinite rotulienne. J'ai tout arrêté. »

Le début d'une longue période de doute et de galère morale. «Je n'ai jamais connu de blessure comme ça, aussi longue, souligne Joachim Eickmayer. C'était vraiment compliqué. Depuis la reprise, j'étais ici, je regardais les copains s'entraîner. Moi j'étais en soin, je faisais mes exercices, c'était dur à gérer. Sans le foot on n'est rien. Le moral était vraiment bas. » Il fait certes bonne figure chez lui, mais le paraître n'efface pas l'être. «Chez moi, je faisais abstraction de ça, mais en arrivant ici mon visage était plus fermé parce que je savais ce que j'allais faire, indique Joachim Eickmayer. Tu fais des soins, et tu ne touches pas le ballon. Tu dis dis qu'est-ce que je fous là, et quand tu rentres à la maison tu te dis que tu ne vas jamais reprendre... C'était dur à gérer. »

Le match amical contre Amiens ce vendredi est arrivé à point nommé pour lui, bien décidé à aider dès que possible en championnat ses coéquipiers, à nouveau en difficulté au classement (18e) après la défaite à Sochaux ( 3-2 ) le 26 septembre lors de la 6 e journée de Ligue 2. « Il y a eu du mieux à chaque match au niveau des prestations, souligne le milieu de Chambly. Après, c'est sûr qu'on n'a pas la même réussite que l'année dernière... Même si on fait des erreurs ces derniers temps, il ne faut pas que le groupe soit impacté par ça. Il ne faut pas qu'on lâche, on doit continuer à travailler, au bout d'un moment ça va payer et on va se sortir de là. »