Philippe Enjolras, nouveau président de Creil : « Si je peux retourner au foot sans me faire traiter de tous les noms »

Après avoir mis sa passion entre parenthèses depuis le 13 décembre 2017, l’ancien homme fort de Beauvais est désormais à la tête du club amateur de Creil.

 Beauvais, 20 juin 2019. Candidat malheureux aux élections municipales en mars dernier, Philippe Enjolras, président de la CCI Oise et ancien homme fort de l’AS Beauvais Oise pendant trois ans, est le nouveau président de l’AFC Creil (Régional 2). Il revient aux affaires après une parenthèse de trois ans.
Beauvais, 20 juin 2019. Candidat malheureux aux élections municipales en mars dernier, Philippe Enjolras, président de la CCI Oise et ancien homme fort de l’AS Beauvais Oise pendant trois ans, est le nouveau président de l’AFC Creil (Régional 2). Il revient aux affaires après une parenthèse de trois ans. LP/Patrick CAFFIN

Il s'était mis en « retrait total » du football le 13 décembre 2017. Philippe Enjolras vient de reprendre du service. Presque trois ans après avoir démissionné de la présidence de l'AS Beauvais Oise, qu'il avait prise le 21 février 2014, celui qui dirige la Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Oise depuis 2016 a été élu vendredi dernier président de l'AFC Creil (Régional 2). Son prédécesseur, Malek Kismoune, reste au comité directeur et « va superviser l'aspect sportif », précise le nouvel homme fort de l'AFC.

Philippe Enjolras renfile ainsi une casquette de responsable de club de football qu'il affectionne, six mois après sa tentative ratée d'enlever la mairie de Beauvais à Caroline Cayeux. La liste « Ensemble pour Beauvais » qu'il avait constituée pour les municipales en mars dernier n'a en effet recueilli que 5,75 % des suffrages (4e position), loin de la maire sortante réélue avec 50,75 % des voix. « La politique n'a pas voulu de moi, c'est bon j'ai compris », glisse-t-il aujourd'hui avec philosophie.

Le foot creillois, en revanche, lui a ouvert grand ses portes. « C'est un bon petit challenge sympa, sourit Philippe Enjolras. Le foot dans une bonne ambiance me manquait. » Un tacle à deux étages.

Un premier en direction, notamment, du Collectif Isarien, le groupe de supporters de Beauvais avec qui les relations s'étaient tendues. « J'aime aller sur le bord du terrain, si je peux y retourner sans me faire traiter de tous les noms par un groupe de mecs, c'est mieux », précise-t-il. Un second en direction de la municipalité de la ville-préfecture, dont il assure qu'elle ne le soutenait plus. « Un club ne peut avancer qu'en faisant les choses de concert avec la ville dans laquelle il se trouve », poursuit-il.

Célébré lors de l'assemblée générale vendredi dernier, en présence du maire de Creil et de son adjoint chargé des sports notamment, le mariage entre Philippe Enjolras et le club de la ville se préparait depuis plusieurs semaines. « Des gens sont venus me voir. Un certain nombre de Beauvaisiens sont sur Creil et ont parlé de moi aux gens du club », raconte-il.

Parmi eux : Rachid Jhouri. Formé à Beauvais, entraîneur en jeunes puis un temps en charge de l'équipe fanion avant un divorce avec l'Asbo consommé en octobre 2019, il est aujourd'hui directeur sportif de Creil. « Il a été l'un des liens, mais il y en a eu d'autres », glisse Enjolras.

À Creil, le nouveau président n'arrive pas en terrain totalement inconnu. Outre Rachid Jhouri, il retrouvera d'anciens Beauvaisiens, qu'il a côtoyés pendant sa présidence, notamment le milieu offensif Paulinho Tavares et l'avant-centre Mickaël Brisset. Il retrouvera également Alex Kibikula, l'ancien capitaine de l'Asbo qui a pris les rênes de l'équipe creilloise en août 2018. Des retrouvailles après une séparation intervenue sur un différend financier. « Avec Kibi (NDLR : le surnom de Kibikula), on a eu une petite merdouille à la fin mais sinon on s'entendait vachement bien, tempère Enjolras. Il est intelligent, je ne suis pas trop sot, on connaît tous les deux la réalité de tout ça, et on a tous les deux la même envie maintenant. »

Une envie d'accessions. Au pluriel. Et de croissance. « L'ambition est de monter deux fois sur les deux années à venir, conclut le nouvel homme fort. Mais je veux aussi structurer le club, lancer le foot féminin à Creil et continuer tout le bon boulot qui a été fait chez les jeunes au niveau de la formation. »