Football : «Je ne suis pas venu pour rester en R2», assure l’ex-pro Teddy Bertin, qui arrive à Beauvais

Il a remporté la Coupe de France 2001 avec Strasbourg. Agé de 51 ans, l’ancien défenseur central aux 322 matchs de L1 a pris les rennes de l’équipe réserve de Beauvais (R2) ce lundi.

 Teddy Bertin, ici en septembre 2019 alors qu’il coachait l’ACBB en National 3, est désormais le nouvel entraîneur de l’équipe réserve de Beauvais, pensionnaire de R2.
Teddy Bertin, ici en septembre 2019 alors qu’il coachait l’ACBB en National 3, est désormais le nouvel entraîneur de l’équipe réserve de Beauvais, pensionnaire de R2. LP/Icon Sport/Sandra Ruhaut

C'est un nom du football français. Il est désormais associé à l'AS Beauvais Oise. Teddy Bertin (51 ans) vient en effet de rejoindre le club de National 2 (13e du groupe B) pour prendre en main l'équipe réserve, actuellement 7e du groupe B de Régionale 2 (1V, 1D).

Vainqueur de la Coupe de France 2001 avec Strasbourg, l'ancien défenseur central a dirigé sa première séance d'entraînement ce lundi soir après avoir été présenté à sa nouvelle équipe par les deux présidents Guillaume Godin et Sylvain Reghem.

Le début d'une nouvelle aventure pour lui, libre de tout contrat depuis son départ de l' AC Boulogne-Billancourt (N3, Ile-de-France) à l'issue de la saison dernière, mais aussi une vraie référence pour les jeunes Beauvaisiens.

Le CV du Picard né à Flixecourt (Somme) affiche en effet 497 matchs professionnels en 17 saisons (1991-1992 à 2006-2007). A son actif, 322 en Ligue 1 (37 buts) avec Le Havre, Marseille et Strasbourg, pour 175 en Ligue 2 (23 buts) avec Strasbourg et Châteauroux.

Un parcours remarquable dans lequel la date du 26 mai 2001 scintille encore. Ce jour là, le club alsacien inscrit son nom au palmarès de la Coupe de France pour la 3e fois après 1951 et 1966 en battant Amiens SC au bout du suspense (0-0, 5-4 t.a.b.). Un exploit marqué de l'empreinte de Teddy Bertin.

Numéro 5 dans le dos, ses cheveux longs tenus par un élastique derrière la tête, il inscrit le premier tir au but de Strasbourg, répondant ainsi parfaitement à Peter Sampil qui avait lancé la séance pour Amiens. Pas le moins du monde déstabilisé par les gestes du gardien Julien Lachuer, qui gesticule des bras à gauche puis à droite, Teddy Bertin frappe en force. Un tir imparable ponctué par un uppercut rageur du poing gauche vers le ciel. Quelque minutes plus tard, le gardien paraguayen de Strasbourg, José Luis Chilavert, qui avait stoppé le 4e tir d'Amiens, parachève le travail en inscrivant le 5e et dernier tir au but des Alsaciens.

La saison suivante, Bertin dispute 2 matchs de coupe de l'UEFA avec une équipe de Strasbourg...reléguée en Ligue 2. Et c'est encore avec une équipe de L2, Châteauroux, qu'il dispute deux nouvelles rencontres de coupe de l'UEFA en 2004-2005 (les Castelroussins avaient été battus en finale de la Coupe de France le 29 mai 2004 par une équipe du PSG (1-0, but de Pauleta ) qualifiée pour la Ligue des Champions.

« C'est un challenge excitant et intéressant »

« Tout le monde me dit : pourquoi tu vas à Beauvais pour prendre une R2, glisse Teddy Bertin. Ce n'est pas une question de R2. Au contraire, c'est un challenge excitant et intéressant. On a toujours l'envie d'être coach n°1 d'une équipe de N2 ou N3, mais pour moi l'idée aujourd'hui est surtout de remettre les pieds sur le terrain, de reprendre goût à faire des séances d'entraînement. Le discours de Sylvain Dailly, avec qui j'ai de très bonnes relations, et du président m'a plu. Je veux apporter mon expérience. »

Son vécu en tant que joueur mais aussi son profil de formateur ont évidemment séduit les responsables de l'Asbo. «Je sais qu'il y a des bons jeunes, indique celui qui a joué en CFA 2 et DH (Cozes, Amiens AC, Eu) à l'issue de sa carrière pro et a entraîné Neiges Le Havre (CFA 2) ou encore Harondel (Interdistricts Somme). Je suis ambitieux, je suis un compétiteur, je ne suis pas venu pour rester en R2. J'ai envie que l'équipe évolue un peu plus haut. »