Mondial de handball : une France sans médaille, le Danemark champion du monde

Les Bleus ont perdu face à l’équipe d’Espagne (29-35) lors de la finale des vaincus pour la troisième place du tournoi, laissant la médaille de bronze à leurs rivaux ibériques. Le Danemark, lui, conserve son titre.

 Au Caire, dimanche, les Français ont concédé la défaite par un écart net, de six buts, face aux Espagnols.
Au Caire, dimanche, les Français ont concédé la défaite par un écart net, de six buts, face aux Espagnols.  REUTERS/Mohamed Abd El Ghany

L'équipe de France rentrera d'Egypte dans les prochaines heures par le premier vol sans médaille. Les Bleus de Guillaume Gille ont été battus (29-35) ce dimanche dans la petite finale du Championnat du monde égyptien par l'Espagne. C'est la quatrième fois seulement en 30 ans que la France rentre d'un Mondial sans breloque autour du cou.

Comme (trop) souvent depuis le début du Mondial, l'entame des Bleus a été poussive. L'Espagne, double championne d'Europe (2018, 2020) en titre a tout de suite pris les commandes de la partie en marquant les quatre premiers buts (0-4, 5e) en maintenant dans les minutes suivantes (2-6, 8e) cet écart déjà important (4-8, 12e; 6-10, 15e). En mode diesel, les joueurs de Guillaume Gille ont peiné à refaire ce handicap, laissant l'initiative du jeu à des Ibériques mieux inspirés (7-12, 18e) et portés par leur buteur Alex Dujshebaev.

Quand enfin les Français ont réussi à percer la muraille espagnole en première mi-temps, ils sont tombés sur l'efficacité du gardien Rodrigo Corrales. L'ancien Parisien a fait douter ses ex-partenaires. On l'a vu vendredi avec la demi-finale face à la Suède : quand un gardien de but est bon comme ce fut le cas des portiers Suédois, la moitié du chemin vers la victoire est déjà ouverte (8-13, 21e).

Pas de miracle en deuxième période

« Les Français ne sont toutefois pas des lapins de six semaines, avait prévenu Philippe Gardent l'entraîneur de Toulouse et consultant du groupe TF1. Ils jouent à Paris, Montpellier, Barcelone. Ils ont l'habitude de se sortir de ces situations. » C'est sûrement avec cette expérience que les Bleus ont gratté petit à petit leur retard (12-14, 28e). Pas suffisamment pour être revenus à hauteur la pause (13-16) mais assez toutefois pour rester en vie pour les 30 dernières minutes.

Pour bien faire, il aurait fallu que les Bleus le refassent dès l'entrée de la deuxième mi-temps. Ce n'est pas arrivé. Les Espagnols ont continué la course en tête (10-24, 43e ; 23-27, 46e). Sans solution miracle, les Français ont continué à courber l'échine comptant sur le money-time qui leur a si bien réussi en Egypte pour inverser la tendance. Cela aussi n'est pas arrivé non plus : les Bleus de Guillaume Gille sont restés, presque jusqu'au bout, à 5 buts derrière l'armada espagnole (25-30, 50e).

A force de se rapprocher du coup de sifflet final, l'écart devenait trop important. L'Espagne a pu dérouler en fin de match, sûre de sa victoire. Elle était en jambes pour monter sur la troisième marche du podium. Celles des Bleus étaient trop lourdes, fatiguées par une campagne d'Egypte qu'ils terminent bredouilles avec la hotte tout de même pleine d'espoirs pour les futures échéances. « C'est clairement une remise en question pour ce qui arrive », a reconnu Quentin Mahé. Ce qui arrive, c'est le Tournoi de Qualification Olympique (12 au 14 mars) pour décrocher un billet pour les Jeux de Tokyo pour lesquels les Bleus ne sont toujours pas qualifiés.

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

Plus tard dans la soirée, le Danemark du Parisien Mikkel Hansen a conservé son titre de champion du monde remporté en 2019 en battant la Suède, tombeur de la France en demi-finale, 26-24.

FRANCE - ESPAGNE : 29-35 (13-16)

Arbitres : MM ; Matija et Milosevic (Cro.)

France : Abalo (1 but), Acquevillo (2), Descat (8 dont 2 pen.), Guigou (3), Mahé (2 dont 1 pen), Fabregas (3), Mem (2), Porte (2), Remili (2), Tournat (4). Entr. : Gille.