MMA : le premier gala en France a conquis le public

À Vitry-sur-Seine, près de 600 personnes ont assisté aux premiers combats de ce sport de combat extrême, légalisé en compétition depuis peu.

 Le Français Pierre Rouvière a remporté le premier combat autorisé en MMA contre l’Arménien Ben Zakar.
Le Français Pierre Rouvière a remporté le premier combat autorisé en MMA contre l’Arménien Ben Zakar. LP/Aurélie Ladet

Huit mois après sa légalisation par le ministère des Sports, le premier gala officiel, sur le sol français, de ce sport de combat extrême, a eu lieu ce jeudi soir au Palais des sports de Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne), sous l'égide de la Fédération française de boxe. Près de 600 personnes - la capacité de 1200 places ayant été réduite de moitié pour des raisons sanitaires - se sont pressées pour l'événement, le MMA Grand Prix, qui présentait six combats, avec uniquement des représentants français.

Trois quarts d'heure avant l'ouverture des portes, la file d'attente est déjà longue sur l'avenue qui passe juste devant le palais des sports. Pour la famille Morel-Benzaim, venue d'Ozoir-la-Ferrière (Seine-et-Marne), c'est une demi-découverte. Abdel, le père, est accompagné d'Audrey, son épouse, et de ses deux ados, Sofiane et Maëlys : « Nous voulions absolument être présents à cette première exceptionnelle, raconte Audrey. Dès que nous avons su que les places étaient en vente, nous les avons tout de suite prises. Nous nous rendons bien compte que nous sommes des privilégiés. Je souhaite qu'il y ait encore plein d'autres soirées de ce genre. »

Maëlys, 14 ans, attendait ce moment depuis longtemps : « J'ai débuté le MMA il y a quelques semaines, raconte la collégienne, qui pratique également le krav-maga. La différence est que l'on peut se défendre au MMA. C'est surprenant de voir toutes les techniques que l'on peut utiliser. » La famille est aussi venue pour encourager l'un des combattants, Alioune Nahaye, leur professeur au club. En arrivant dans la tribune, ils découvrent au milieu du terrain de basket l'octogone éclairé par les spots multicolores. La musique vibre dans les enceintes pour ce grand show à l'américaine.

Il faut néanmoins prendre son mal en patience, la soirée ayant pris beaucoup de retard. Ce n'est pas là l'essentiel pour Skender Rahmani. Arrivé parmi les premiers, le président de l'US Créteil Lutte est venu en voisin : « Ce premier gala de MMA est une très bonne chose. Cela permet de mettre en avant tous les sports de combat, y compris le nôtre. Ce n'était pas évident à organiser. »

Tandis que les combattants se préparent dans les vestiaires sous la tribune en béton, la salle se remplit à son rythme. Un groupe d'une vingtaine de personnes arbore fièrement un tee-shirt blanc avec la même inscription. Un prénom et un nom plus précisément : « Nous sommes tous venus pour encourager Laetitia Blot (NDLR : ancienne championne de France de judo et de lutte, qui dispute son premier combat), sourit Sophie. Personnellement, je n'ai jamais vu de MMA, même sur un écran. Ça fait quand même un peu peur, surtout pour Laeti. Mais j'ai confiance. J'espère qu'elle va gagner »

À 20 h 45, les deux présentateurs, costume noirs et nœuds papillons mettent le feu au micro. Ils demandent au public de faire un maximum de bruit. Forcément, ça fonctionne, l'attente a été tellement longue… « Ça prend un peu de temps, mais c'est parce que l'on vérifie tout ce qui peut l'être », justifie l'un des deux speakers. À 21 heures, l'hymne spécialement composé pour l'occasion résonne, accompagné par des percussionnistes de musique africaine.

La ministre des Sports dans le public

Il est 21 h 35. Le premier duel peut enfin commencer. L'histoire retiendra que Pierre Rouvière est le premier vainqueur d'un combat en France : « Je suis super fier ! Cette victoire, il ne fallait pas que j'y pense en entrant sur le ring. Il y avait beaucoup de pression, et beaucoup d'émotions devant la famille et les amis. »

Parmi les VIP, Roxana Maracineanu, la ministre chargée aux sports qui a œuvré pour la légalisation de la discipline. Mais aussi Rayane Bensetti est aux anges. Le vainqueur de « Danse avec les Stars » en 2015, est un passionné : « C'était logique que je sois là, rigole le comédien. Je suis un fan de MMA, je suis tous les combats qui passent sur la chaîne UFC Fight Pass (service de streaming vidéo américain), même la nuit. Ça fait plaisir de voir une cage en France. Il faut que ça continue, avec tous les meilleurs combattants du monde. On les voit à Londres, à Los Angeles, à Dubaï. Mais pas encore chez nous. »

La soirée inaugurale de ce jeudi va être très vite suivie d'une autre. Ce samedi, Bellator, organisation internationale reconnue, proposera treize combats à l'AccorHotels Arena (Paris XIIe), avec le Français Cheick Kongo à l'affiche.