Martinique : à 12 ans, il nage 40 km dans l’océan en faveur de la lutte contre le cancer

Pour aider la lutte contre le cancer du sein dont souffre sa maman, Christophe Maleau a nagé 40 km entre Sainte-Lucie et la Martinique en plein océan. A seulement 12 ans.

 La veille de son 13e anniversaire, Christophe Maleau, qui s’est entraîné pendant deux ans, a nagé 40 km entre deux îles des Caraïbes pour aider la lutte contre le cancer du sein.
La veille de son 13e anniversaire, Christophe Maleau, qui s’est entraîné pendant deux ans, a nagé 40 km entre deux îles des Caraïbes pour aider la lutte contre le cancer du sein. DR/Facebook Christophe Maleau

Il a la bouille rieuse d'un enfant de son âge : 12 ans. C'est un mini-bout de chou pas très épais mais déjà terriblement déterminé. Chez lui, aux Antilles, quand il va à la piscine avec ses potes, c'est pour s'amuser. Mais pas seulement : lui reste plus longtemps que ses camarades pour aligner les longueurs. Le petit Christophe Maleau n'est pas un nageur comme les autres.

Le gamin vient de réussir un exploit déjà incroyable pour un très bon nageur adulte. Il a parcouru en pleine mer, au milieu de vagues pas toujours accueillantes 40 kilomètres entre Sainte-Lucie, un petit Etat insulaire indépendant et la Martinique. On ne parle pas là d'une nage entre deux plages tranquilles mais bien de la traversée d'un morceau de l'Atlantique. Pour vous donner une idée, 40 km à la nage, c'est l'équivalent de… 800 allers-retours dans un bassin de 25 m.

Une traversée réputée difficile avec les courants

Dans les Caraïbes, cette traversée est réputée particulièrement difficile à cause des courants. Avant lui, seuls de vrais champions de nage en eau vive avaient relevé le défi comme Jacques Sicot ou le champion d'Europe des 25 km Gilles Rondy.

En partant à 5 heures du matin le 10 octobre deux jours avant son 13e anniversaire, il a mis un peu moins de 14 heures (NDLR : 13h 50'47") pour réussir ce drôle d'exploit en s'alimentant toutes les 20 minutes. « Quand j'ai vu les lumières des téléphones des gens qui m'attendaient sur la côte, j'ai su que j'étais arrivé », a rigolé le jeune champion arrivé de nuit dans une eau noire et inquiétante. Des bateaux d'assistance l'ont évidemment accompagné dans son périple et ses proches ne l'ont pas quitté des yeux une seule seconde.

«Pour ne pas m'ennuyer, j'ai chanté des chansons»

En piscine, les nageurs disent qu'ils comptent les carreaux au fond du bassin pour passer le temps. Le petit Christophe lui n'a pas eu cette distraction et il n'a pas pu compter les poissons : « Alors pour ne pas m'ennuyer, dit-il, j'ai chanté des chansons et j'ai pensé à tous les encouragements qu'on pouvait m'envoyer sur les réseaux sociaux. »

A son âge normalement, on ne passe pas des heures dans l'eau : on joue dans sa chambre ou à la console. Alors pourquoi tout ça ? Pour la bonne cause et pas directement la sienne : Christophe Maleau a nagé pour aider la recherche contre le cancer du sein dans le cadre d'Octobre rose. Cette saleté de crabe ronge sa maman qui lutte contre la maladie : « J'ai eu faim par moments pendant la traversée, j'ai parfois eu envie de m'arrêter parce que j'étais fatigué, confie le jeune champion. Mais quand cette idée me traversait, je me disais que je n'avais pas le droit. Je devais continuer pour la cause que je défendais. »

« C'est lui qui finissait par m'encourager, confie son papa Sylvain qui le suivait en kayak. Sur la fin, il y avait de la houle, des plus grosses vagues et bien sûr, j'étais un peu inquiet. Mais quand il me regardait, je sentais que lui allait bien. Il ne voulait pas abandonner. Il n'en était pas question. » Alors il a continué en nage libre à remuer les bras avec une simple paire de lunettes de piscine sur le nez.

Il s'est entraîné pendant 2 ans

Le petit bonhomme ne s'est évidemment pas réveillé le matin de l'exploit en se disant qu'il allait se jeter à l'eau. Il a préparé cette journée pendant deux ans en s'entraînant comme un athlète de haut niveau. Il a travaillé comme un fou à raison de 3-4 séances hebdomadaires pour un total de kilomètres qui est monté à 45-50 par semaine au plus fort de sa préparation.

Il n'en était du reste pas à son coup d'essai. Avant son marathon maritime, le mal nommé Maleau avait rallié à la nage de l'Anse Mitan aux Trois Îlets, soit 6 km en crawl, puis les 26 km entre l'île du Diamant et Schœlcher, une station balnéaire martiniquaise. Petit détail : à l'époque, il avait entre 9 et 10 ans.