Maladies chroniques, cancers… comment les Fédérations sportives vous aident à vous reconstruire

Tennis, escrime, volley… dans plusieurs disciplines, des dispositifs adaptés ont été conçus pour les personnes sédentaires ou souffrant de maladie. Des enseignants ont également été formés pour encadrer les participants.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 La Fédération de volley a mis en place un dispositif «volley santé», où les exercices sont adaptés aux besoins spécifiques et surtout aux pathologies.
La Fédération de volley a mis en place un dispositif «volley santé», où les exercices sont adaptés aux besoins spécifiques et surtout aux pathologies. FFV

Non, la pratique en club n'est plus seulement réservée aux férus de sport en quête de performance. Beaucoup de fédérations ont mis en place des dispositifs « santé », destinés à des personnes atteintes de pathologies chroniques, de cancers ou concernées par le vieillissement. Les programmes s'adressent également aux gens en proie à la sédentarité, un phénomène en hausse depuis le confinement. « Quelqu'un qui ne fait aucune activité physique développe certaines pathologies, comme l'hypertension ou le diabète, prévient le docteur Bernard Montalvan. Les gens âgés qui sont les moins malades sont ceux qui pratiquent une activité régulière, soit environ quatre ou cinq heures par semaine. »

Il y a quelques années, le médecin a mis en place le « tennis santé » au sein de la Fédération française de tennis, en s'appuyant notamment sur une étude réalisée par le « British Journal of Sports » qui révèle que la pratique du coup droit et du revers entraîne une diminution de 47 % du risque de mortalité (toutes causes confondues) et un abaissement de 56 % du risque de mortalité d'origine cardio-vasculaire. « Nous avons travaillé avec des experts qui nous ont confortés sur le fait que l'activité physique, notamment le tennis, est un véritable outil thérapeutique et protège », poursuit Bernard Montalvan.

Les cours peuvent être remboursés par l'Assurance maladie

Le dispositif est ouvert à tous, « mais adapté à chacun, afin de rendre l'activité physique possible quelle que soit sa pathologie », précise le médecin. On peut ainsi réduire la taille du terrain, baisser la hauteur du filet, proposer des raquettes plus légères et des balles plus lentes… 400 enseignants ont reçu une formation spécifique et 124 clubs sont actuellement labellisés sur l'ensemble du territoire (www.fft.fr/la-federation/nos-engagements/sport-sante/tennis-sante). Les personnes souhaitant bénéficier du dispositif peuvent se rendre chez leur médecin qui les orientera vers l'une des maisons sports-santé ou rejoindre directement un club labellisé. Les cours pour les malades longue durée peuvent être remboursés par l'Assurance maladie.

Raquettes plus légères, réduction de la taille du terrain… La Fédération française de tennis propose des séances adaptées à tous les profils./ FFT/Frederic Stevens
Raquettes plus légères, réduction de la taille du terrain… La Fédération française de tennis propose des séances adaptées à tous les profils./ FFT/Frederic Stevens  

D'autres Fédérations ont franchi avec aisance le pas du sport santé, comme l'escrime. « Le programme escrime santé a pour objectif de développer la pratique à des fins de santé et de bien-être, notamment pour les seniors ou personnes sédentaires explique-t-on à la Fédération. Il offre des outils aux personnes atteintes de pathologies chroniques, éloignées des pratiques sportives volontaires. »

Comme au tennis, les enseignants ont été spécifiquement formés et on peut pratiquer sur prescription médicale (dans ce cas le coût des cours est pris en charge). Augmentation de l'endurance cardio-respiratoire, maintien ou amélioration de la masse musculaire, de la force, de la souplesse, amélioration de l'image de soi et de la perception de son corps, maintien ou amélioration de l'équilibre, de l'autonomie, de la mémoire, prévention du surpoids… Les bonnes raisons de se tourner vers l'« escrime santé » ne manquent pas.

La fin des tabous

Un dispositif spécialement conçu pour les femmes atteintes du cancer du sein (en cours ou non de traitement) a également été déployé partout en France par l'association Solution Riposte. Les séances sont individuelles ou collectives et permettent, par des exercices adaptés et soumis à un avis médical (et à un suivi régulier), de compléter la rééducation kiné. Plusieurs centaines de femmes ont d'ores et déjà bénéficié de ce programme qui les accompagne dans la maladie et permet également de lutter contre le repli sur soi.

Enfin, la Fédération de volley a, elle aussi, mis en place un dispositif « volley santé », à travers trois programmes. Le « soft volley », pratiqué avec un ballon plus gros et des règles spécifiques, réservé notamment aux seniors. Le « fit volley », pour ceux qui veulent se dépenser. Le « volley adapté », qui s'adresse aux personnes souffrant de pathologies chroniques, de déficiences mentales ou motrices, ainsi qu'aux personnes âgées. Là encore, les exercices sont adaptés aux besoins spécifiques et surtout aux pathologies. Faire du sport lorsqu'on est obèse, âgé ou en phase de rémission d'un cancer n'est désormais plus tabou.