Le patron des JO de Tokyo s’excuse après ses propos sexistes

«Les conseils d’administration avec beaucoup de femmes prennent beaucoup de temps» car elles ont «du mal à finir» leurs interventions, a notamment affirmé mercredi le président de Tokyo-2020, ancien Premier ministre japonais connu pour ses maladresses.

 Après ses propos, tenus lors d’une réunion ouverte à la presse, Yoshiro Mori a tenu une conférence de presse à Tokyo ce jeudi.
Après ses propos, tenus lors d’une réunion ouverte à la presse, Yoshiro Mori a tenu une conférence de presse à Tokyo ce jeudi. AFP/Pool/Kim Kyung-Hoon

Les JO de Tokyo s'entourent décidément de mauvais signes. Après le report d'un an du fait de la pandémie, leur coût, après l es spéculations sur leur annulation pure et simple, voici venu le temps de la polémique d'un autre temps. Le président du comité d'organisation des Jeux olympiques de Tokyo-2020, Yoshiro Mori, est sur la sellette pour des propos sexistes qu'il a tenus mercredi.

En ouverture d'une réunion du Conseil du Comité olympique, ouverte à la presse, l'ancien Premier ministre du Japon (2000-2001), âgé de 81 ans, a voulu exprimer une « opinion privée et s'est plaint que « les conseils d'administration avec beaucoup de femmes prennent beaucoup de temps », car elles ont selon lui « du mal à finir » leurs interventions. « Les femmes ont l'esprit de compétition. Si l'une lève la main (pour intervenir, NDLR), les autres croient qu'elles doivent s'exprimer aussi. C'est pour ça que tout le monde finit par parler », avait-il développé lors d'une réunion avec le comité olympique japonais qui était ouverte à la presse. Au contraire de ces conseils d'administration interminables, les femmes membres du comité d'organisation de Tokyo-2020 savent « rester à leur place », s'était-il félicité, ajoutant : « Nous avons environ sept femmes au comité d'organisation, mais tout le monde comprend leur place ».

« C'était une remarque inappropriée »

Le conseil d'administration de Tokyo-2020 compte 25 membres, dont cinq femmes. Selon le journal Asahi Shimbun, des rires ont parfois fusé pendant que Mori s'exprimait.

« C'était une remarque inappropriée qui allait à l'encontre de l'esprit du mouvement olympique et paralympique », a déclaré ce jeudi le vieil homme, lors d'une conférence de presse. « Je m'en excuse profondément », a-t-il dit, le teint gris, sans envisager de démissionner pour autant.

Renho, une figure de l'opposition parlementaire au Japon qui s'appelle Renho Murata et n'utilise que son prénom dans sa carrière politique, a qualifié de « honteux » les propos de M. Mori, qui vont selon elle à l'encontre des valeurs olympiques, opposées à toute forme de discrimination. D'anciens athlètes japonais ont aussi réagi, comme Kaori Yamaguchi, ancienne judoka et membre du comité olympique japonais, qui a jugé « malheureux » les commentaires de M. Mori. L'égalité des sexes est censée « être un prérequis pour organiser les Jeux de Tokyo », a-t-elle ajouté.

Yoshiro Mori est connu pour avoir commis de nombreux impairs durant son cours mandat de Premier ministre. En début de semaine, il a provoqué une autre controverse en affirmant haut et fort que les JO de Tokyo se tiendraient cet été « quoi qu'il arrive » sur le front épidémique.

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

Jeudi, un comique japonais populaire, Atsushi Tamura, a annoncé sur YouTube qu'il renonçait à participer au relais de la flamme olympique après les propos péremptoires de M. Mori sur les Jeux. Il les a jugés « incompréhensibles » au regard de la pandémie, qui touche aussi le Japon.