L’ancien champion de boxe français Jean Josselin est mort

Dans sa quête du titre mondial, ce double champion d’Europe avait échoué aux points, après 15 rounds, face au Texan Curtis Cokes, le 28 novembre 1966 à Dallas.

Jean Josselin lors d'un combat à Paris en 1969.
Jean Josselin lors d'un combat à Paris en 1969. AFP

Il avait été sacré champion d’Europe de boxe en 1966 et 1969. Jean Josselin est décédé dimanche à l’hôpital de Gray (Haute-Saône) à l’âge de 81 ans.

Natif de Besançon, champion de France en 1965, Jean Josselin avait disputé 117 combats chez les amateurs (114 victoires) et 89 chez les professionnels (66 victoires dont 41 par KO, 16 défaites et 7 nuls). Dans sa quête du titre mondial, il avait échoué aux points, après 15 rounds, face au Texan Curtis Cokes, le 28 novembre 1966 au Mémorial Auditorium de Dallas.

Parmi les « grands hommes du noble art »

Atteint il y a peu de temps par la maladie d’Alzheimer et une infection aux poumons, « il est parti très rapidement. En l’espace de deux jours, son état de santé s’est énormément dégradé », a déclaré son fils, Christophe Josselin. « Il était serein, il s’est éteint en douceur ».

« Jean Josselin faisait partie des grands hommes du noble art », a commenté la Fédération française de boxe dans un communiqué publié sur son site Internet. « Une étoile s’est éteinte ».

VIDEO. Un reportage sur les traces de Jean Josselin avant son combat à Dallas (INA)

Au terme de sa carrière sportive, il avait tenu une grande brasserie à Strasbourg, A La Ville de Paris, avant de revenir à Besançon dans les années 1970, où il avait ouvert un café-restaurant, Le Ring, revendu quelques années plus tard.

Dans sa ville, il s’était également investi dans le club de boxe, le Ring Olympique Bisontin, qui a ouvert la voie à d’autres boxeurs de renom. « C’est lui qui m’a donné envie de devenir champion », a déclaré Morrade Hakkar, lui-même champion de France des poids moyens à deux reprises et champion d’Europe en 2002 et 2005.

Il ne touchait qu’une maigre retraite d’ouvrier

La salle du club avait été rebaptisée « Salle Jean Josselin » en 2017, selon le quotidien L’Est Républicain. La ville lui avait rendu hommage en 2019 en organisant un gala au Palais des sports avec un combat opposant Raphaël Tronché, alors champion de France en titre des lourds, à son challenger, Zakaria Azzouzi, et un autre combat, féminin, avec la championne de France Myriam Dellal.

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

L’objectif était notamment de réunir 10 000 euros pour lui venir en aide, alors qu’il ne touchait qu’une maigre retraite d’ouvrier. « C’est un champion, auréolé d’un immense palmarès, qui disparaît », a regretté la maire de Besançon, Anne Vignot, dans un communiqué. Elle a souligné « l’humilité et la pugnacité qui le caractérisaient ». Un registre de condoléances a été ouvert en mairie, et une cérémonie d’hommage sera organisée jeudi à 10 heures à l’église Saint-Joseph-de-Besançon.